happy days

Archive for the ‘cinema’ Category

Un dramatique « fait divers » a eu lieu récemment au Chambon-sur-Lignon et c’ est ainsi que le nom de cette localité est revenu dans l’ actualité .

________________

Mais le Chambon-sur-Lignon est surtout un exemple de ce que les hommes peuvent donner de meilleur .

« En 1990, le gouvernement israélien reconnut toute la région et ses habitants comme « Justes parmi les Nations » pour leur action humanitaire et leur bravoure face au danger. Un jardin et une stèle honorent la région du Chambon au Mémorial de Yad Vashem. »

Honneur exceptionnel rendu à une collectivité .
______________________

« Nous ignorons ce qu’est un juif, nous ne connaissons que des hommes »
PASTEUR ANDRE TROCME
______________________

Fidèle à la tradition cévenole, Chambon, localité huguenote depuis le XVI ème siècle, a été l’ honneur de l’ humanité à travers le courage exemplaire du pasteur André Trocmé et de Magda, son épouse .

Dès 1940, ils encouragèrent la population à accueillir et protéger les juifs poursuivis par les nazis et leurs complices et leurs fournirent aussi papiers et facilités pour se réfugier en Suisse .
Cela ne se fit pas sans pertes, ainsi, Daniel Trocmé, un cousin d’ André, mort en déportation .

Pierre Sauvage, juif né au Chambon pendant la guerre et protégé, puis installé aux USA a fait, à cet égard’, un film documentaire remarquable en 1989 « LES ARMES DE L’ ESPRIT » que je conseille vivement, existe en DVD .

On estime à plus de 5000 juifs le nombre de personnes réfugiées et sauvées, ainsi, par la population de la région .

Mieux et plus que tous les discours officiels, à mes yeux, c’ est ce témoignage de Pierre Sauvage qui nous dit l’ essentiel .

« Le défi du Chambon
par Pierre Sauvage*

Le Figaro, le 13 juillet 2004

« Juif né et protégé sous l’Occupation dans ce coin de France salué récemment en personne par le chef de l’État comme celui où « s’est incarnée la conscience de notre pays », je suis très sensible à cette extraordinaire reconnaissance de ce lieu « symbole de la France fidèle à ses principes, fidèle à son héritage, fidèle à son génie ». Le président, qui fut le premier à admettre officiellement, cinquante ans après la fin de guerre, la grande responsabilité de la France dans le martyre des Juifs, sera donc également celui qui, soixante après la Libération, aura proclamé avec éclat toute l’importance qu’il faut attribuer à l’action de la région du Chambon-sur-Lignon pendant la guerre.

Il a été estimé qu’environ cinq mille Juifs, dont beaucoup d’enfants, ont trouvé refuge à un moment ou à un autre dans cette France-là qui ne cessa jamais d’être libre. Et pourtant la route vers la reconnaissance publique fut longue. Il fallut plus de trente ans pour qu’une poignée d’anciens réfugiés fassent poser en face du temple protestant la plaque qui proclame que «le souvenir du juste restera pour toujours». C’est en 1982 que je retournai enfin moi-même au Chambon pour recueillir les derniers témoignages des Justes dans ce qui devint en 1989 mon documentaire Les Armes de l’esprit, diffusé à la télévision française en 1998 au milieu de la nuit.

Il y a un mois seulement, sans qu’on s’intéresse à nous au niveau national, nous avons été une centaine d’anciens réfugiés de la région à faire le pèlerinage au Chambon pour célébrer les « Journées mémoires du plateau » et pour proclamer notre attachement à cette terre d’asile où nous avons pu survivre.

Si face à la montée des intolérances, de l’antisémitisme, du menaçant repli communautaire, c’est au Chambon-sur-Lignon que le président a choisi d’appeler les Français solennellement à un sursaut devant le danger actuel, c’est bien évidemment que l’exemple du Chambon lui a paru d’une pertinence aiguë, peut-être même indispensable. Il nous faut assurément des exemples du meilleur dont nous sommes capables, individuellement et collectivement. La population du Chambon et d’une bonne partie du plateau environnant a assurément donné cet exemple. Mais un exemple de quoi, plus précisément ? Pourquoi eux ?

Bien sûr, comme le président n’a pas manqué de le relever, Le Chambon était un vieux fief huguenot. Mais l’histoire à elle seule aurait-elle poussé cette population au « choix du courage, de la générosité et de la dignité » ? Si l’Histoire à elle seule suffisait pour nous apprendre à mieux agir, le monde entier ne serait-il pas un vaste océan de fraternité et de compréhension mutuelle ?

N’est-ce pas parce que dans cette « Montagne » protestante le souvenir des persécutions subies était alors encore vivace que cette population a pu si aisément faire « du beau verbe résister leur étendard » ? Ne faut-il pas admettre que c’est parce qu’il y avait encore au Chambon et dans la région un très fort sentiment d’identité « communautaire » que cette histoire a compté, a pu jouer, a pu produire cette singulière conspiration pour le bien ? Du reste, partout en France où il y avait une importante présence huguenote il y a eu un important accueil de juifs.

Dans une dérive troublante, le mot « communauté » – sauf lorsqu’il est appliqué à la communauté nationale – est en voie de devenir péjoratif en France. Dans son discours, Jacques Chirac a demandé aux Français « de toujours porter avec fierté notre héritage ». Mais ne le ferons-nous pas encore mieux si nous reprenons l’habitude de porter également avec fierté nos héritages plus individuels ou « communautaires » ?

Certes, je suis un Français vivant aux États-Unis et je suis influencé par la vision que l’on a outre-Atlantique de ces questions-là. Comment pourtant faire l’éloge du Chambon tout en acceptant que le vilain mot « communautarisme » continue à ensevelir tout ce qu’il peut y avoir de généreux, d’ouvert aux autres, de productif dans l’appartenance fière et entière, sans équivoque, sans malaise, à une certaine communauté de valeurs ?

Si cette question compte tellement pour moi, c’est que, pour ma part, j’ai été élevé sans ce sentiment de communauté. Non seulement je ne fus pas élevé dans le culte du Chambon, mais mes parents me cachèrent jusqu’à l’âge de 18 ans qu’ils étaient juifs – que j’étais juif. Je me croyais vaguement issu de la France profonde avec laquelle, élevé très Français à New York, je n’avais pourtant guère de liens. De leurs vrais noms Léopold Smotriez et Barbara Suchowolska, un Juif plus ou moins lorrain marié à une Juive polonaise, mes parents, Léo et Barbara Sauvage (mon père fut pendant vingt-cinq ans le correspondant de ce journal à New York), m’ont transmis avec succès leur amour de la culture française et leurs sentiments profondément anticommunautaristes et même antireligieux.

Pour moi, c’était l’évidence même jusqu’à mon retour au Chambon avec ma caméra : la religion n’était qu’une source d’obscurantisme et de conflits, les êtres religieux étaient des gens bornés, repliés sur soi, fondamentalement bêtes. Ce n’est qu’en montant mon film, en visionnant un nombre incalculable de fois les témoignages des Justes du Chambon, que je commençai à déchiffrer le contenu explosif pour moi de ce qu’ils avaient à dire, malgré toute leur retenue.

Lorsque je pressai de questions Henri et Emma Héritier sur les risques d’abriter des Juifs, même aux moments les plus dangereux, Mme Héritier se contenta d’une courte réponse, définitive, suivie d’un haussement d’épaule : « On était habitués. » Autre témoignage, celui de Georgette Barraud : « Ça s’est fait tellement naturellement, on ne comprend pas qu’on fasse tant d’histoires autour ».

Mais à quoi donc la population était-elle habituée ? Comment une telle attitude pouvait-elle être si naturelle alors que c’est collectivement – fait unique en France et presque unique en Europe – que les habitants du Chambon-sur-Lignon et des communes voisines ont reçu la désignation Justes des nations, attribuée par le mémorial israélien de la Shoah, Yad Vashem ?

Me trouvant un jour au Chambon avec une cousine, nous avons croisé dans la rue Marie Brottes, qui avait agi, elle, en grande partie, parce que « les Juifs étaient le peuple de Dieu ». Aussitôt présentées, elles s’embrassèrent sans retenue, comme des soeurs qui se retrouvaient enfin après des années de séparation. Ma cousine m’expliqua les larmes qui lui étaient venues aux yeux : « C’était comme si j’embrassais un arbre. »

Pour devenir à notre tour des arbres, n’avons-nous pas besoin de racines ? Même si nous ne sommes plus religieux, beaucoup de nos ancêtres l’étaient bien. Pourquoi ne pas identifier et accepter ce qui reste d’eux en nous ? Pourquoi ne pas tirer fierté du fait que nos racines ont été irriguées par de grandes et diverses traditions religieuses ? Quelques mots essentiels me semblaient donc manquer à l’émouvant hommage du président, des mots qui paraissent aujourd’hui proscrits en France du langage d’un représentant de l’État. C’est un Juif non croyant qui ose l’écrire : ce sont des mots tels que « foi », « religion », « croyances »…

Bien sûr, on ne peut qu’applaudir le souhait du président de voir dans l’action du Chambon l’incarnation « des principes humanistes qui rassemblent notre communauté nationale », des principes « qui font la France ». On comprend qu’à la veille de notre fête nationale M. Chirac ait terminé son discours au Chambon en rappelant que la France a inscrit au fronton de ses édifices l’appel historique à la Liberté, l’Égalité, la Fraternité.

Cependant, ce n’était pas la devise de la République que le président pouvait lire sur le fronton du temple protestant en face de la cour de l’école où il prononça son allocution. C’était une injonction religieuse : « Aimez-vous les uns les autres. » C’est dans ce temple, quartier général de l’action du Chambon-sur-Lignon s’il en fut, qu’au lendemain de la signature de l’armistice avec l’Allemagne nazie les deux pasteurs du Chambon exhortèrent la population à résister « avec les armes de l’Esprit ». Aurait-il été si déplacé pour le chef de l’État laïque et républicain de traverser la rue pour se recueillir brièvement dans ce havre de mémoire et de fidélité ?

Si c’est bien une laïcité ouverte et généreuse qu’il s’agit de défendre et de promouvoir, ne devons-nous pas prendre soin de ne pas enlever à la foi ce qui lui revient en propre ? N’est-ce pas dans la spécificité des uns que se bâtit souvent l’avenir des autres ? Une meilleure connaissance des succès de la religion ne pourrait-elle pas nous être bénéfique dans la lutte contre ses excès ? La France n’a-t-elle pas encore beaucoup à apprendre de l’histoire du Chambon-sur-Lignon ? »

* Réalisateur du documentaire Les armes de l’esprit, lauréat de l’Emmy de la télévision américaine; président de la Fondation Chambon (USA) et de l’association française Amis du Chambon (www.chambon.org). Ces associations travaillent [mise à jour : ont
travaillé] à la création dans la région du Chambon-sur-Lignon de l’ensemble muséographique Mémoires du Plateau.

(copyright)

Affiche du film "Premier de cordee" de Louis Daquin

Une projection unique, cet ete a Chamonix, dans le cadre des films de montagne, « Premier de cordee » de Louis Daquin, d’ apres le roman eponyme de Roger Frison-Roche .

Ce film fut tourne l’ ete 1943, a 3000 metres d’ altitude, dans le massif du Mont-Blanc, sans aucun truquage et l’ equipe d’ une quarantaine de personnes, s’ est decouverte des talents d’ alpiniste, quatre mois a devoir vivre la-haut, le temps du tournage .

L’ histoire : Pierre Serrevetaz est le fils du meilleur guide de Chamonix .
Ce dernier , Jean, ne souhaite pas que son fils suive ses traces, et veut qu’ il devienne hotelier, « pas dangereux et rapporte gros » .

Mais, Pierre a la passion de la montagne et en cela trouve une alliee, Aline, la femme qu’ il aime .

Au cours d’ une course entre amis, le jeune homme est victime de la « montagne pourrie », une chute de pierre le blesse a la tete et a la suite de cela, il se decouvre souffrir de vertige .

Une catastrophe qu’ il cache a tous .

Il tente , par des courses solitaires de vaincre cette peur qui le paralyse, en vain .

Il ne pourra etre premier de cordee .

Il fait alors semblant de se ranger a l’ avis de son pere, et sans adieux, part deux annees a Paris, en hotellerie, mais, la passion ne s’ est pas eteinte et c’ est en voyant une acrobate de cirque monter dans les cintres et tournoyer, seulement liee a la corde par une cheville, tete en bas, qu’ il decide de retourner a Chamonix , la ou il existe . A Paris, il etait « cadenasse » .

Il retrouve Aline qu’ il avait abandonnee, il lui avoue sa « faiblesse », elle lui pardonne son long silence et l’ entraine a l’ escalade, mais le vertige est toujours la .

Jean Servettaz, le pere, continue de son cote, malgre la promesse faite a son epouse d’ arreter la montagne, de guider des clients et c’ est au cours d’ une course qu’ il se trouve foudroye en plein orage .

Il est fixe pour l’ eternite en une pose altiere et noble, il meurt debout contre la paroi, le visage statufie, la main levee pour guider la corde de rappel .

Noblesse du devoir .

Une expedition part chercher son corps malgre le danger, et Pierre decide de se joindre a ses amis, son devoir l’ appelle la-haut, il s’ agit de son pere .

Ainsi, le garcon vainc son vertige et deviendra guide de haute-montagne, ce que son pere approuvait, les dernieres minutes de sa vie, en parlant avec le porteur de la course mortelle, George, le meilleur ami de Pierre .
Coherence et continuite .

Ce recit est avant tout un merveilleux hommage aux guides de haute-montagne de Chamonix et met en valeur leur professionnalisme exigeant , meme si la passion est la .

C’ est aussi une simple et sublime histoire d’ Hommes, animes par une passion et vivant pleinement et honnetement les valeurs essentielles de leur art .

Histoire epique qui rappelle dans sa trame les westerns, la recherche de conquete virile, les espaces, risques et dangers, soit pour mieux vivre, soit par passion, les femmes ont un role domestique, et ne font pas partie de ce qui relie les hommes entre eux, l’ amitie virile et l’ entr’ aide .

Aucun truquage, et c’ est emouvant de suivre les escalades, on est interloque par la nature du materiel, des equipements, vetements et accessoires .

Mains nues, dechirees par le glissement de la corde de rappel que l’ on freine, les lourds marteaux pour enfoncer les pitons, les crampons ficeles autour des chaussures , les berets sur la tete , les vestes ceinturees .

Le site du massif du Mont-blanc est filme dans sa majeste, on revoit le petit train du Montenvers, la Mer de Glace qui a tant fondu depuis et est devenue grise de pollution et caillasse, de nos jours !

Les Drus, l’ Aiguille verte, la vallee de Chamonix, le Brevent, a revoir tout cela, filme en noir et blanc il y a 70 ans, on eprouve un vertige de bonheur, d’ autant plus grand quand cela est deja familier au regard .

On s’ etonne presque de retrouver les memes nuages, les memes orages .

La meme glorieuse beaute .

La distribution de ce film est particulierement remarquable, Paul Frankeur, Jean Davy, Albert Duvaleix, le pere de Christian Duvaleix, Dufilho tout jeune homme, le premier role de Jean-Marc Thibault au cinema, Louis Seigner en medecin des hopitaux, a trois courtes scenes, et Maurice Baquet, beau jeune homme souriant, « ecureuil des montagnes », un veritable grand alpiniste impressionnant d’ aisance .

Il faut voir les images du tournage, pour mieux apprecier encore le resultat .

A la fin de la projection du film, puis du film du tournage, les spectateurs ont applaudi …

(Copyright)

Étiquettes : , ,

 » Buck up – Never say die
We’ ll get along !!!  »

SMILE

Souris
Même si ton coeur souffre
Même si tout semble brisé
Quand il y a des nuages dans le ciel

Tu t’ en sortiras
Avec tes peurs et tes chagrins

Et peut-être que demain
Tu verras le soleil
Revenir et briller pour toi

Eclaire de joie ton visage
Efface toute trace de tristesse

Même si les larmes sont encore si proches
C’ est le moment d’ essayer et de continuer
A quoi sert de pleurer

Tu trouveras que la vie vaut la peine
Juste si tu souris

……….

Les « Temps Modernes » est le dernier film muet de Chaplin et le dernier rôle pour Charlot , sorti en 1936 .
Les musiques du film écrites par Charplin « Smile » et « Titine » vivront pour leur propre compte, en dehors du film .
Nat King Cole fut le premier interprète de Smile .

Étiquettes : , ,

L’ information saisit au corps
Gerard Philipe est mort

Personne pour le croire
Pour comprendre
Gerard Philipe est mort

La nouvelle foudroie
Comme le cancer
A foudroye l’ acteur

Les treize lettres de son nom
Ne l’ ont pas protege

Magnifique trentenaire
La jeunesse enthousiaste
Au corps
Il est mort

Il aura a jamais
L’ ardeur de ses roles
Comme ses personnages
Jamais ne viellira

Il est a l’ eternite des acteurs

Joli visage sculpte
Chevelure abondante
A peine disciplinee
Gestuelle troublante
Voix parfois eraillee
Diction particuliere

Qui etait -il vraiment
Un joyeux Fanfan
Tulipe entre les dents
Un Joueur tourmente
Le cynique amant
Seducteur sans coeur
Le charmant d’ Artagnan

Generosite beaute ardente
Talent
Seduction bouleversante

Une telle jeunesse
Ne pouvait pas mourir

Il revet pour toujours
Les atours
Du Prince de Hombourg

Gerard Philipe 4/12/22 – 25/11/59

Étiquettes :

mai 2017
L M M J V S D
« Jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
mai 2017
L M M J V S D
« Jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Blog Stats

  • 129,781 hits
%d blogueurs aiment cette page :