happy days

Posts Tagged ‘jaune

Vincent est dans les champs
De colza au printemps

Il a pressé des milliers
De milliers
De tubes de peinture
Une aventure de jaune
De chrome et d’ or
Et d’ocre

Et voila l’ artiste
Courbé
Van gogh comme autiste
Reste du monde oublié

Il étale fébrilement la pâte lumineuse
Ses mains nerveuses
Façonnent les volutes
On dirait que le vent
A rendu vivants
Les champs

Mais ce n’ est que Vincent

Et quand le jaune
De chrome et d’ or
A perte de vue
Est répandu
Sur ces étendues

Le peintre fatigué s’ endort

Quand il s’ éveille
C’ est la lune qui veille

Alors de sa boîte
Il peint la voie lactée
Qu’ il va accrocher
Au coeur de la nuit moite

Et pour éclairer
La voûte céleste
Il doit rentrer à pieds
De son pas leste

Du bout de son doigt taché
Il peint des étoiles par milliers
Sa voie est tracée

Vincent peint sur le vivant
A même les champs

De ses mains nerveuses
Il trace les volutes
On croirait que le vent
A modelé les champs

Mais en fait c’ est Vincent

A une terrasse de café
Installée
C’ est le soir
Je rêve en couleur
Dans la douceur
Du noir
Vincent m’ a visitée

(Tous droits réservés)

Lettre de Vincent à sa soeur au sujet du tableau « Terrasse d’ un café le soir »
 » … un nouveau tableau représentant l’extérieur d’un café le soir. Sur la terrasse il y a de petites figurines de buveurs. Une immense lanterne jaune éclaire la terrasse, la devanture, le trottoir, et projette même une lumière sur les pavés de la rue qui prend une teinte de violet rose. Les pignons des maisons d’une rue qui file sous le ciel bleu constellé d’étoiles, sont bleu foncé ou violets avec un arbre vert. Voilà un tableau de nuit sans noir, rien qu’avec du beau bleu et du violet et du vert et dans cet entourage la place illuminée se colore de soufre pâle, de citron vert. Cela m’amuse énormément de peindre la nuit sur place. Autrefois on dessinait et peignait le tableau le jour d’après le dessin. Mais moi je m’en trouve bien de peindre la chose immédiatement. Il est bien vrai que dans l’obscurité je peux prendre un bleu pour un vert, un lilas bleu pour un lilas rose, puisqu’on ne distingue pas bien la qualité du ton. Mais c’est le seul moyen de sortir de la nuit noire conventionnelle avec une pauvre lumière blafarde et blanchâtre, alors que pourtant une simple bougie déjà nous donne les jaunes, les orangés les plus riches .  »

Publicités
Étiquettes : , , , ,

Voici le premier roman, et pas le moindre, d’ Aldous Huxley  (1894-1963) . Ce livre edite  pour la premiere fois en 1921 connut d’ emblee un vif succes tant pour sa forme que pour le fond .

Aldous Huxley avait passe une partie de la premiere guerre mondiale a Garsington Manor, hote de Lady Ottoline Morrell et de son epoux, en compagnie de nombre de membres du Bloomsbury Group qui etaient pacifistes et s’ etaient replies a la campagne . Huxley, pacifiste aussi, etait atteint d’ une serieuse pathologie ophtalmique en cours de lente amelioration et n’ avait pu s’ engager a la guerre .

( Portrait peint par Vanessa Bell, National Portrait Gallery  a Londres ) .

Aldous s’ inspire de cette experience pour composer son roman  » Jaune de Crome  » : le sejour  d’ un jeune homme invite a la campagne par deux hotes, un groupe d’ invites,  rien a  faire si ce n’ est manger, boire, se promener, se seduire,  discuter . Qu’ en sortira-t’ il .

 Huxley respecte les regles du theatre classique  c’ est a dire, l’ unite de temps, de lieu et d’ action,  mais aussi la bienseance en suggerant sans montrer, et jusqu’ a la catharsis qui finit le recit .

Denis,  jeune poete -en-devenir de ving-trois ans,  arrive a Crome Manor, dans la campagne  anglaise, invite a y passer quelques semaines .

C’ est un jeune homme un peu deprime, complique, amoureux des mots et aussi surtout de la niece de ses hotes . Il est insatisfait, pas sur de lui, sans reelle joie de vivre, flottant dans sa jeunesse trop grande pour lui comme un vetement pas a sa taille . Une espece de post-adolescent,  conscient de lui-meme a outrance .

Heureusement, Aldous Huxley va nous raconter cette partie de campagne avec le regard de l’ observateur critique et amuse , avec toutefois, une touche de mepris suavement distille .

Il construit son recit en trente courtes scenes independantes,  dans un ordre chronologique ,  de l’ arrivee de Denis par le train omnibus de Londres,  jusqu’ a son depart anticipe et precipite quelques jours plus tard .

Par ordre d’ apparition :

– Denis arrive au manoir invite par le couple de proprietaires qu’ il connait depuis toujours .

– Il parcourt le manoir vide et trouve Priscilla son hotesse dans son boudoir :   » Bonjour, dit-elle, j’ avais oublie que vous veniez !  »

C’ est une femme masculine, mal arrangee, loufoque, une joueuse qui a perdu des fortunes aux courses . La guerre est finie mais des revers de destin l’ oblige a rester vivre retiree a Crome ou son mari lui a alloue une somme mensuelle a depenser au jeu .

Elle fait le theme astral des chevaux et se fonde sur les resultats pour parier  leurs classements sur les champs de course . De meme pour les footballeurs de la League, mais en reconnaissant toutefois avec une honnetete charmante que tirer consequences de vingt-deux themes qui jouent en meme temps n’ est pas aise et que l’ on peut se tromper parfois,  grand eclat de rire .  Il faut avoir la foi, cela rend la vie tellement amusante .

– Mais,  c’  est l’ heure du the que Henry Wimbush, l’ epoux de Priscilla,  a deja commence a servir .  C’ est le proprietaire, un quinquagenaire aimable dont la vie est  exclusivement dediee a l’ etude et la redaction de  l’  histoire du manoir occupe par sa famille depuis dix generations . Il en raconte des extraits  monstrueux avec fierte .

– Jenny Mullion, la trentaine,  jeune femme sourde qui semble toujours comme amusee par ce qu’ elle observe et qui de temps en temps, comme le coucou sort de la pendule,  participe a la conversation pour s’ en retirer tout aussi soudainement . Elle est coiffee avec deux chignons lateraux, un au-dessus de chaque oreille .

– Mary Bracegirdle,  jeune fille toujours en manque d’ air,  vingt-deux ans, l’ ingenue qui reve beaucoup trop souvent la nuit qu’ elle grimpe a l’ echelle ou qu’ elle tombe dans un puits . Elle en deduit qu’ elle refoule trop ses instincts sexuels .

– Monsieur Scogan, un ami de jeunesse d’ Henry . Il a tout de ces oiseaux-lezards eteints de  l’ Ere Tertiaire, avec des petits yeux vifs et brillants de rouge-gorge .  Il parle pour ne rien dire mais de facon pragmatique, alors que Denis le fait de facon poetique et ainsi, ils passent du temps ensemble a parler sans se comprendre, de facon tres interessante et tout a fait satisfaisante .

– Gombauld, un peintre bel homme brun talentueux et sur de lui, seducteur de trente ans, jalouse par Denis a cause de sa vitalite, et de l’ aisance de ses manieres .

– Anne, la niece de Henry et Priscilla, vingt-sept ans, qui prend la vie du bon cote . Denis l’ aime secretement et douloureusement .

– Le lendemain matin, ils vont visiter la ferme et voila Rowley, le fermier en charge,  tellement conforme a ces ruraux du XIX eme siecle, le profil fier, les rouflaquettes grisonnantes .

Tous s’ extasient devant les cochons !  Une naissance groupee de quatorze magnifiques specimens et chacun de reflechir a la vie, a la mort, aux regimes alimentaires .

– Barbecue-Smith, l’ ecrivain  » qui vend  »  arrive pour le dejeuner du dimanche .  Apres avoir bien denigre ce pauvre Denis et sa maigrelette  oeuvre poetique ( un mince opus, il y a six mois )  il lui donne une confraternelle lecon  « d’ inspiration par auto-hypnotisme  »  ce qui lui permettrait  d’ avoir une production « comme le Niagara  » et de passer ainsi de la pauvrete a la richesse . Denis, accable  par l’ incommunicabilite, et vexe, promet, du bout des levres, de s’ y essayer .

– Bodiham, est assis a son bureau du presbytere, il revient de l’ office qu’ il a celebre comme d’ habitude dans le desepoir . Les habitants de Crome et du village meritent l’ enfer, ces mecreants  .

 Bodiham est tout vilain, c’ est « le masque de fer » . Un visage metallique gris,  des cheveux gris, meme sa voix a la sonorite d’ un gond de porte qui grince . Son bureau est marron partout, du reste, il flotte une odeur marron . Il est fievreux, fanatique, cingle . Il reve d’ Armageddon et attend impatiemment, decu que le conflit mondial soit termine, mais cela va craquer ailleurs !  Le village se moque de lui et Bodiham pense, comme son epouse, que Sodome et Gomorrhe ont reapparu en lieu et place de Crome .

– Ivor arrive dans sa magnifique et enviable petite voiture de sport . C’ est un jeune homme insouciant, parfaitement heureux qui passe son temps, pique-assiette , de manoir en manoir,  seducteur de jeunes filles ,  » les petits details n’ ont aucune importance si l’ impression generale est bonne » est la phrase favorite du charmant Ivor qui est le contraire de Denis  . Denis le hait .

Et c’ est ainsi que ces personnages vont vivre ensemble, partager des emotions, des experiences, se seduire ou pas, s’ amuser ou souhaiter se jeter du haut d’ une tour, selon .

On peut apprecier cette histoire au premier degre . Mais, si on  lit ce livre comme un roman a cle, on s’ arretera sur  certains passages plus serieux, sur la guerre et les souffrances qui ne se partagent pas, le rejet des conventions sociales heritees de l’ ere victorienne, le rejet de l’ emprise ecclesiastique , la psychanalyse que pratiquait un frere de Lytton Strachey , et qui traduisait aussi les oeuvres de Freud publiees chez Hogarth Press,  maison d’ edition des Woolf .

Si l’ on prend en compte  l’ inspiration de son ecriture, c’ est – a dire le sejour a Garsington Manor de l’ auteur pendant la guerre , on constatera qu’ aucun des personnages ne trouve grace aux yeux d’ Huxley dont l’ intelligence impitoyable est mise au service d’ une raillerie implicite et l’ on peut se demander si Aldous, si critique, y fut heureux .

Ce premier roman, ecrit a vingt-sept ans etait prometteur et il fut suivi de quatre autres en dix ans et enfin le fameux « Meilleur des Mondes », publie en 1931 , (  comme  » Toute Passion Abolie  » de Sackville-West ) .

En 1921, annee de la publication de  » Jaune de Crome  » etaient aussi  publies  a Londres  » La Mysterieuse Affaire de Styles  » d’ Agatha Christie ,   » Women in Love  » de D.H. Lawrence , « Biographie de Victoria » par Lytton Strachey et le dernier volume de  » La Saga des Forsyte » de John Galsworthy .

A part la breve apparition de Rowley le fermier, il est a noter qu’ il n’ est fait aucune mention d’ aucun personnel de maison, ce qui ne manque pas d’ etonner . Alors que dans la plupart de ces romans dont le pretexte est une invitation a la campagne, les serviteurs ont souvent un role d’ observateurs ou de faire-valoir et articulent l’ intrigue .

Dans l’ oeuvre contemporaine de P.G. Wodehouse ( 1881-1975)  par exemple, on connait l’ importance donnee au majordome Jeeves et on notera que l’ episode du cochon de Crome est a rapprocher de  » Blandings Castle » ou une magnifique truie  de concours   » Empress of Blandings »  fait la fierte et le bonheur de son proprietaire  Lord Elmworth, ce qui sera le pretexte a des evenements comiques et delicieusements ridicules comme l’ enlevement de la plantureuse bete .

Aldous Huxley partit s’ installer aux USA en 1937 . Il y deceda le 22 novembre 1963 et  la « Grande Histoire »  lui vola sa necro puisqu’ il mourut le meme jour que  J.F. Kennedy .

Une passionnante biographie d’ Aldous Huxley a ete publiee en 2002 « An English Intellectual » par Nicholas Murray  (editions Abacus) .

Jaune de Crome est traduit en francais et publie en 10/18 .

PS : pourquoi ce titre ?  Au-dela du jeu de mots evident avec Jaune de Chrome, la couleur, il nous semble que cela pourrait faire reference au gout immodere de Lady Ottoline, Priscilla dans le roman, pour les couleurs qui etaient, disait-elle, sa vraie nourriture .

Miranda Seymour a ecrit la biographie d’ Ottoline  » Life on a Grand Scale » (1992) et note que le hall d’ entree de Garsington Manor etait peint d’ une vive couleur jaune tournesol . Quant a Virginia Woolf, la dent dure, elle notait :  » l’ air est-il jamais  normal a Garsington? non, je pense que meme le ciel est affuble de soie jaune pale  » .


octobre 2017
L M M J V S D
« Jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
octobre 2017
L M M J V S D
« Jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Blog Stats

  • 130,797 hits
%d blogueurs aiment cette page :