happy days

Posts Tagged ‘klimt

Un pâle reflet blafard
Fait briller ses yeux sombres
Ses longs cils font une ombre
Mystérieuse au regard

Elle se tient
Dans un coin
Du bar

Les fines mains blanches animées
Semblent comme détachées
De l’ homme penché sur le clavier
Et pourtant ses doigts caressent l’ ébène et l’ ivoire
Mais il ne semble pas les voir

Les paupières baissées
Le visage incliné
Est-il concentré
Ou simplement absent
Ne regarde pas les gens

Quelques couples dansant
Sur le parquet glissant
Se serrent tendrement

Au milieu de la piste
Ils ignorent le pianiste

Ils sont déjà ailleurs
Promesse de bonheur

Elle l’ aime cet homme qui joue au piano-bar
Ce n’ est pas par hasard
Qu’ elle est là tous les soirs

Chaque note pour elle
Est comme un mot d’ amour
Sa modeste beauté est celle
Des femmes qui toujours
N’ aimeront qu’ un seul homme

Lui ne l’ a jamais vu
Il prend son verre de rhum
Et quand il l’ a bu

Met son pardessus
Quelques pas dans la rue

Fatigué solitaire
C’ est le dernier métro
Il faut qu’ il accélère

Elle a pris son manteau
Après lui a couru
Mais il a disparu

Eprise du pianiste
Elle reviendra demain
Et enfin osera toucher la fine main
De l’ artiste

(copyright)

On ne m’ a pas appris ma vie

Que faire quand on est tout petit
Et que la vie vous dit « grandis »

Alors on construit une hutte de survie
Avec ce que l’ on a sous la main
Moins que rien

Un peu de pensée magique
Des répétitions des tics
Des tocs
Du bric-broc
Quelques prières à Dieu le Père
Inventées du fond de son lit
Sans aucun savoir-faire
Mais parce que si …

Une illusion de sécurité
Dans cette enfance de brutalité
…………………………………………

Mais aussi le gai savoir ,
Ce couteau suisse
Du solitaire sans repère
La boussole
Du chercheur avec peur
……………………………….

Et la hutte se bétonne
Rien ne nous étonne

On a grandi
Mais on est si petit
Pourtant
Au dedans

Un jour les chaînes de l’ âme
S’ effacent
La prison de la femme
Laisse place

A ma vie

J’ apprends à exister
Et à l’ accepter

Je suis hospitalière de moi-même
Je m’ aime

Bonnement
………………

Il n’ est plus de survie
Parce que je vis
Enfin

Et j’ aime bien

(copyright)

Que serait un jour sans amour
Que serait une journée sans toi

Toi que j’ aime si fort
Bien au-dela des bras

Je te rêve nocturne
Et Je t’ adore diurne

Tout me plait tant
En toi
Chaque cicatrice dit ton histoire
Sans moi

Je suis jalouse de ton passé
Que je ne connais pas

Comme une femelle aimante
Je me blottis
Ton torse m’ émeut
Et me ravit
J’ aime ton odeur rassurante

Doucement j’ effleure tes lèvres
Je les caresse du doigt

J’ étais avant toi
Que serai-je sans toi

Qu’ est-ce qu’ un jour sans amour
Qu’ est-ce qu’ un jour sans toi
Mon amour

(copyright)

Étiquettes : ,

août 2017
L M M J V S D
« Jan    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
août 2017
L M M J V S D
« Jan    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 130,429 hits
%d blogueurs aiment cette page :