happy days

Haïku d’ été (4)

Posted on: 8 juillet 2015

Fernand Maissen

Fernand Maissen

Dans le champ fraîchement

moissonné

 poule faisane

semble désorientée

(copyright)

Publicités

22 Réponses to "Haïku d’ été (4)"

Beau tableau champêtre , Dominique , avec de vraies meules de foin , qui se soutiennent les unes les autres . Il illustre bien votre haïku .
La poule faisane y avait son abri . Son plumage est neutre ; celui du mâle est plus beau , mais devant les chasseurs , la parade n´est pas la bonne parade . ( jeu de mots : )) On hume presque les blés coupés . Réminiscence des jours d´enfance …
En Suède , les blés sont encore très verts . Il faut un mois au moins de soleil , avant les moissons . Mais nous ne verrons pas de meules .
L´époque est aux nouvelles méthodes . Bonne soirée .

Merci darie pour ce commentaire observateur.
Les moissons ici sont précoces cette année et je rencontre beaucoup plus de faisans et leurs poules en roulant sur les chemins de campagne.

Bonsoir Dominique , je n´ai jamais vu de faisans en Suède , mais il me faudrait un expert pour savoir s´il y en a .
Réponse dans huit jours . Ce sont aussi des gallinacés . Il y a un rock & roll des gallinacés . Demain , je vais l´écouter , il est
pas mal , si j´ai bon souvenir . Bises .

Ah, cela doit voler dans les plumes !

Bonsoir Darie, maintenant les meules sont bâchées, on ne voit plus guère ces balles blondes au milieu des champs…les moissons sont en avance, j’avais espéré ramasser quelques épis de blé pour les renouveler dans un bouquet de fleurs séchées champêtres, mais il n’y en a plus, tous fauchés, à part quelques avortons de tiges laissés pour compte dans les ornières. Par ces mêmes moissons, les coquelicots ont été coupés…. la nature d’août sera grillée et monotone, sans une note de couleur. Le soir, c’est très agréable quand le petit vent frais apporte ce parfum de blé coupé, de paille fraîche sous le ciel plein d’étoiles.

Oui : ) Malheureusement , je ne l´ai retrouvé qu´en version enfantine .
Je ne trouve pas d´autres versions . Je verrais demain . Good night .

Voilà un tableau qui pourrait être un champ picard, dans le pays de Bray mais il y manque les éoliennes qui déparent aujourd’hui les champs fertiles.
Ici, le pinceau se fait léger, les lignes sont fuyantes et sans lunettes, j’ai cru voir de dos de gros singes roux assis, les bras ballants ! rire !
La loi de la nature veut que le plumage des mâles soit beaucoup plus beau que celui des femelles, elles se contentent de suivre, ternes et insignifiantes… pareil pour les oiseaux. C’est bien d’évoquer cette poule faisane qui garnit les assiettes en temps de fête au même titre que le mâle, je crois savoir que sa chair est plus fine.
Le haïku colle au tableau comme un fétu de paille, léger.

Darie, le faisan a un plumage probablement unique chez les volatiles, une richesse de couleurs et de reflets, il est de toute beauté mais tellement pédant et bête qu’on en oublie qu’il est beau.

Et comme d’ habitude, Monique, j’ ai choisi le tableau après avoir rédigé le haïku.

Vous avez raison Monique , le faisan a des plumes qui scintillent , et
c´est un bel oiseau en fait . Ils sont originaires de l´Inde , m´a-t-on dit .
Le parc de Nordens Ark , sur la route d´Oslo , possède des animaux rares , dont le cheval de Przewalski ( on se croirait à Lascaux ! ) , et ils ont une belle collection de faisans . J´allais écrire  » faisant  » , le fameux dessinateur qui me faisait rire même toute jeune !
Dominique , nous avons délaissé les poules faisanes , discrètes , et
ce sont les beaux mâles rutilants qui ont attiré nos regards : ) C´est injuste , mais c´est dans l´ordre de la Nature . Bonne journée .

journée d’été ensoleillée
heures a transpirès
fumant comme le thé

pas leger comme la plume
non poète de jolies mots
je délicasse ces frasques

haïkus d’été sans tomber sur le cul
j’acule sous canicule ces préambules
en tantacule dans ma bulle

B’ jour yab, ici c’ est « le coin des poètes » mais en plus vivant, forcément.
Comprends-tu à quoi je fais allusion ?
Un indice : je suis londonienne.

tu est londonienne Dominique ce que je suis sur ton esprit se perd pas sur le fil de la tamise , tu n’est point une poule faisane en cocotte enrobée comme une papillotte , comme moi tu connais le faisan et la poule faisane du yorkshire , de nos jours très rare , qui existe depuis plus du siècle , ton esprit et sagesse n’est pas dans le goulag a finir en filet de poule faisane a la souvarof …

Cher yab, voici la réponse à mon énigme.
Le Coin des Poètes est un lieu dans l’ abbaye de Westminster à Londres, où sont regroupés les tombeaux où monuments à la gloire des artistes, poètes, écrivains.
Ainsi Dickens y repose et Oscar Wilde pourtant chassé d’ Angleterre et venu mourir à Paris, y a , quant à lui, un monument commémoratif.

Dominique , une sorte de Panthéon . C´est incroyable qu´Oscar Wilde ait pu avoir une certaine reconnaissance par l´Eglise , car il menait une vie fort dissolue , et même scandaleuse pour l´époque.

Pas vraiment un Panthéon à la française.
C’ est à échelle humaine, rien d’ écrasant et de supérieur, un lieu de repos… Éternel dans une abbaye.
Des tombeaux, des bustes et des plaques commémoratives qui égrènent les siècles qui passent.

A ne pas manquer, les Aphorismes d’Oscar Wilde chez « arléa ». La Ballade de la geôle de Reading » est sa plus belle œuvre, un extrait figure dans son épitaphe au cimetière du Père Lachaise :

« Et les larmes étrangères viendront remplir pour lui
L’urne de la pitié, depuis longtemps brisée
Car ceux qui pleureront seront d’autres proscrits
Et les proscrits toujours ont besoin de pleurer »

Dickens, Oscar Wilde et Henry James se sont connus, observés, ont jalousé les succès des uns et des autres et c’ est très bien raconté dans le livre vivant de David Lodge « L’ auteur l’ auteur ».

Dominique, nous avons deux livres de David Lodge, je n’ai lu que « La vie en sourdine » . Je vais commander « l’auteur l’auteur » il est en poche.

La vie en sourdine est intéressant par ce qu’ il traite
comme une fiction de sa surdité bien réelle.
Dans le titre original, il fait un jeu de mot dramatique sur deaf la surdité et death la mort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

juillet 2015
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
juillet 2015
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 131,447 hits
%d blogueurs aiment cette page :