happy days

Corbeilles d’ or

Posted on: 10 mai 2015

 
(Allée des capucines Giverny Monet)

 

Corbeilles d’ or 

Capucines

Décors de glycine

Le soleil a percé

 La sombre canopée

L’ été  se profile

En ombres et lumières

Clairière 

Et sous-bois 

Bruissements 

Du printemps finissant

Légère griserie

Enivrement

Parfums subtils

Tout va 

Passer si vite maintenant

Ne pas perdre de temps

Valser sur le gazon

Détacher les lanières

Des souliers

Trop serrés 

Se rire des ornières

Franchir les verts buissons

Ignorer les épines 

Et rire
De plaisir
Tout est tellement

Présent 

(copyright)

Publicités

4 Réponses to "Corbeilles d’ or"

On s´imagine , en lisant votre poème , Dominique , marchant dans cette superbe allée . Et on entend presque , l´imagination aidant , des milliers d´insectes butineurs , et on voit des papillons , une grive feignant d´être affolée . Et on sent aussi la chaleur pesante de l´été . Je grignoterais surement deux ou trois pétales de capucines , car c´est délicieux …
C´est le renouveau de la vie à chaque vers , comme sur le tableau de
Monet , qui nous ravit les yeux . Bonne soirée , et merci pour cette élégante illustration à ce joli poème .

Bonsoir Darie, merci pour ce gentil commentaire.

Bonsoir Dominique,

C’est vrai que les couleurs du printemps sont insaisissables, la nature se réapprovisionne chaque jour dans une autre palette, ce qui était là hier est déjà du passé, les jardins de Monet sont constamment renouvelés, ceux qu’il a immortalisés sur ses toiles sont uniques, probablement. L’été durcira toutes ces couleurs tendres et pastels, les parfums aussi disparaîtront, l’été n’a pas d’odeur et durcit les couleurs. Je vois l’été comme un ogre qui croque les bourgeons du printemps et s’enivre de ses parfums…. août, le cœur de l’été, est pour moi comme un barbare ne laissant qu’une nature grillée.
« Tout est tellement présent »….. oui mais tout est tellement éphémère…. bientôt juin raccourcira la lumière du jour, c’est le glas du printemps.
Comme le dit Darie, il faut goûter le printemps en grignotant les fleurs, elles trouvent aussi une place de choix dans les décorations culinaires.
Dominique, vous avez des vers buissonniers et buissonnants ! j’ai la chance de ne pas être trop loin de Giverny, c’est un enchantement renouvelé . Alors, on les balance ces chaussures et on court pieds nus dans la rosée ?

Oui chère Monique, justement « présent  » exprime le fait que ce n’ est pas éternel ni même durable.
Ainsi que vous le dites si bien  » la nature se réapprovisionne chaque jour dans une autre palette » et surtout au printemps.
Je partage votre idée de l’ été.
Pieds nus dans le carré urbain, un bol de café à la main, le matin, je regarde les surprises du jour offertes par la nature tandis que les chiens pistent les passants de la nuit.
Bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

mai 2015
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
mai 2015
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 130,153 hits
%d blogueurs aiment cette page :