happy days

Jardin d’ un jour

Posted on: 1 novembre 2014

Roger Godchaux Nature morte aux chrysanthèmes

Roger Godchaux Nature morte aux chrysanthèmes

Le cimetière
De pierre
Soudain
Devient jardin
En fleurs
Et se pare de couleurs

C’ est le jour des défunts

Des pots de chrysanthèmes
Pour dire « je t’ aime »
Généreuses fleurs d’ or
Pour se souvenir encore

Certains promeneurs apaisés
Visitent des tombes délaissées
Furtives traces d’ une pensée
Quelques pales pétales semés
Un geste
Pour que reste
Un peu d’ humanité
En ces lieux désertés

Ils ont existé

(copyright)

Publicités
Étiquettes : ,

7 Réponses to "Jardin d’ un jour"

Bonjour Dominique,

Une jolie pensée pour ce jour des morts, les cimetières sont gais parce que nos défunts ne voudraient pas que l’on soit triste. Les tombes en déshérence ont été également fleuries, pas une n’a été oubliée, c’est mieux qu’un devoir c’est une pensée. Comme le dirait St-Augustin « la mort n’est rien, je suis seulement passé dans la pièce à côté… » ils ne nous quittent pas, ils sont avec nous dans la maison, on sent leur présence fidèle.

Le tableau est magnifique de douceur, de légèreté et d’apaisement.

Bises.

Bonjour Monique,

J’ avais aligné ce poème hier matin, mais il me déprimait -:) alors je l’ ai retiré.
Nous avons eu une belle conversation sur les clowns !
Et ce matin un visiteur qui avait eu le temps de le lire hier, m’ a demandé ce qu’ il en était advenu, me disant qu’ il était joli, alors, le revoilà.

Je trouve le tableau de Roger Godchaux (1860-1938), superbe avec les mêmes qualificatifs que vous ; ainsi que vous l’ avez perçu, il m’ a semblé avoir son doux mot à dire comme illustration d’ un sujet délicat selon ce que le lecteur y projetterait de son histoire et sensibilité.
Et puis aussi, c’ est « une nature morte… » ^^

Bises.

Hello Dominique, subtil la nature morte, moi qui n’y voyais qu’un très joli bouquet !
J’avais eu aussi l’occasion de survoler ce texte sans trouver le temps d’y répondre et HOP, évaporé, il faut reconnaître que nous avions beaucoup de choses à évoquer sur le clown….. peut être nous l’aborderons d’une manière moins « hostile » depuis nos échanges ?
Le souvenir, c’est un moment profond d’intimité avec nos défunts, quels que soient nos souvenirs tristes ou heureux… cela va vous faire sourire, mais pour moi c’est le moment où je leur pardonne les moments malheureux, ce que je n’ai pas pu de leur vivant. Voilà qui va heurter mais tant pis.
Et je pense qu’aujourd’hui, avec cette tempête de vent et de pluie, nos fleurs d’hier se sont déjà éparpillées comme les pétales d’un seul jour.

Bises.

Chère Monique, au fond c’ est bien aussi ce que signifie ce titre « Jardin d’ un jour », un coup de vent et c’ est fini…
c’ était pour un jour.
Je crois comprendre ce que vous dites, l’ amie, visiter les tombes, c’ est aussi établir une forme de communication particulière dans le souvenir, en un lieu donné, avec la personne partie.
Le pardon nous est nécessaire pour vivre, alors on pardonne aux morts, pour solde de tout compte.
Et puis, ils ne sont plus là pour alimenter notre ressentiment, nous nous libérons pour avancer.
C’ est une démarche tellement forte que parfois, on ne peut aller sur la tombe de l’ auteur des moments malheureux, il faut du temps.

Bises.

Bonsoir Dominique , Monique , le poème est comme une promenade dans les allées . Je n´aime pas beaucoup les cimetières , mais quand les fleurs les égayent , on y retrouve de la vie , surtout en voyant des visiteurs dont on devine les pensées , sans hésiter .
J´avais vu aussi le passage éclair du poème . Vous avez bien fait de le publier à nouveau , Dominique . Cela nous évoque des souvenirs , et les chrysanthèmes sont de si jolies fleurs . Elles n´ont pas de chance
d´être confondues la Toussaint , mais ce sont des fleurs de saison :-))

Bonsoir Darie, c’ est en effet l’ intention du poème.
Amitiés.

Bonsoir Darie, un cimetière, bien que très silencieux, est un endroit qui parle. On l’associe bien sûr au deuil, à la perte d’un être cher, à sa disparition physique, ce qui est parfois très difficile à vivre, mais c’est un lieu d’apaisement avant tout.
Parfois on murmure ce qu’on n’a jamais osé dire de vive voix mais c’est vrai que ce n’est pas une promenade spontanée sauf si le cimetière est historique comme le Père Lachaise où j’ai aimé me promener parmi l’ombre de grands noms.
Je connais des personnes qui ne franchissent jamais la porte d’un cimetière, le souvenir étant ailleurs, disent-ils et ça se défend aussi. Je trouve aussi que les chrysanthèmes sont un peu les mal aimés des fleurs, trop associés aux défunts, ce qui est dommage. J’ai eu une belle-mère qui avait dit : » n’importe quelle fleur mais jamais de chrysanthèmes », on a tenu parole !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

novembre 2014
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
novembre 2014
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Blog Stats

  • 130,794 hits
%d blogueurs aiment cette page :