happy days

Le Réséda

Posted on: 5 octobre 2014

réséda odorata

réséda odorata

Dans un pot ocre de terre

Je plantai un réséda

Pour que le vert

De ce magnolia

Colore

Le rebord

De la fade fenêtre

Sur la ruelle ouverte.

Le chartreux

Gris bleu

Aux yeux d’ anis

Assis

Contre la plante

Odorante

réséda

réséda

Observe une pie

Qui regarde

Depuis la palissade

L’ intérieur de la maison.

Derrière une cloison

Je me tiens immobile

Si le volatile

Me découvre là

Il s’ envolera

Le chat quittera

Le pot de réséda

Pour chasser

L’ oiseau

Rompant le tableau

D’ un dimanche tranquille

En ville

(copyright)

Publicités
Étiquettes :

27 Réponses to "Le Réséda"

Bonjour Dominique , j´ai jusqu´à présent confondu le réséda et la fleur de sureau …. J´ai un peu honte de dire cela , mais c´est ainsi .
 » Un peu de honte est vite bue  » et maintenant je le pointerai sans me tromper . C´est le poème de l´observation , un peu comme les enfants qui regardent sans être vus . Ou bien aussi , les villages où les voitures sont absentes ; on marche ou éventuellement on pédale .
En voyant la  » plansch  » ( dessin botanique en suédois ) , j´en avais 4 ,
dont celle du réséda , il me souvient … , joliment encadrées . Et un jour , un des fils , vers 7-8 ans , a ôté 2 planches pour y mettre des photos de bouteilles de breuvage brun pétillant (…) ! Je m´en suis aperçue trop tard , et plus moyen de les sauver ! Disparues à jamais , deux de mes gravures anciennes ! Vous avez remué le fer dans la plaie 🙂

Bonjour Darie, votre commentaire est irrésistiblement amusant !
Bise.

Bonjour Darie et Dominique,

Je dois avouer que je n’ai pas de réséda. Le célèbre PLINE l’Ancien, dans son « Histoire naturelle » affirmait que le réséda était censé faire disparaître les abcès, les tumeurs et les inflammations, et en l’appliquant, on prononçait cette formule: Reseda morbos reseda. Je ne suis pas certaine que cela marche !! à dire vrai et en dehors des poèmes de Desnos et Aragon (que je sais par cœur) , je ne connais pas le réséda. Ce fut aussi la couleur de l’uniforme de l’armée française de 1914, après les pantalons couleur garance trop visibles de loin. La couleur vert réséda (qualifiée de vert pisseux) n’est pas franchement belle mais elle serait patriotique…. comme le coquelicot !!!!!
J’adore le chartreux et ses yeux verts, une merveille à caresser !

Hello Monique, on me demandait « à quoi ressemble le réséda ? » et je répondis un peu vite que cela ne ressemblait à rien.
Un peu rapide, peut-être, mais, entre nous, c’ est plutôt moche RIRE
Et Verlaine de faire rimer réséda avec Velleda ; c’ est plus élégant que résidu ou bien résida (Desnos) qui viennent à l’ esprit.
Et grâce à vous, chère l’ amie, le voilà affublé d’ un « pisseux » descriptif peu glorieux !
Si quelque passant ici, ajoute qu’ il n’ en a pas que la couleur mais aussi l’ odeur, je m’ empresserais d’ écrire un poème sur la rose, le muguet, le jasmin ou la lavande…enfin, vous voyez ce que je veux dire. -:)))

Bonjour les résédantes! Je ne connais pas vraiment le réséda – seulement par le poème de Verlaine appris par coeur en primaire, et à chaque fois que j’entends « Rien n’a changé », j’ai envie de continuer…Je trouve que la typographie de ce poème a l’allure de la plante…Il en existe plusieurs sortes, et l’une d’elles , la gaude, a servi depuis l’Antiquité à teindre en jaune; et en mélangeant réséda + garance, on avait l’orange, et réséda + indigo, le vert, cela va de soi. Donc vert ou jaune  » pisseux »( le réséda est aussi diurétique), le réséda peut être « odorata »; je viens de tomber sur un article très ancien et très long (« Encyclopédie ou Dictionnaire universel raisonné des connoissances « , d’un certain Fortunato Bartolomeo De Felice, XVIIIème) où il y a une tartine sur l’odeur de la plante; et la conclusion est que « le réséda à bonne odeur n’est pas l’espèce commune ». DONC, et c’est ce à quoi je voulais arriver, Dominique, empressez-vous de nous faire un bouquet de parfums poétiques; pourquoi pas sur chaque fleur que vous citez, même si Darie nous a donné le joli poème sur le jasmin.

Bonjour Marmara, mon poème est en hauteur et étroit typographiquement, comme la plante réséda, mais nous sommes encore loin des calligrammes d’ Apollinaire !
Voilà des informations, chère résédante, passionnantes et spirituelles et grâce à vous, après la poésie, les pinceaux pour s’ amuser en couleur.
Bon, je vais tenter de nouer poétiquement quelques fleurs agréablement odorantes et je reviens. ^^

Voilà Marmara avec des « provisions » pleins les bras encore une autre facette du réséda… mais oui, mettons-le au milieu d’une composition parfumée, un poème en bouquet, voici une très belle chanson que chantait Jean Lumière « envoi de fleurs » :

Pour vous obliger de penser à moi,
D´y penser souvent, d´y penser encore,
Voici quelques fleurs, bien modeste envoi,
De très humbles fleurs qui viennent d´éclore,

Ce ne sont pas là de nobles bouquets,
Signés de la main de savants fleuristes,
Liés par des nœuds, de rubans coquets,
Bouquets précieux, chefs-d´œuvre d´artistes,

Ce sont d´humbles fleurs, presque fleurs des champs,
Mais ce sont des fleurs simples et sincères,
Des fleurs sans orgueil au libre penchant,
Des fleurs de poète, à deux sous, pas chères,

J´aurais mieux aimé de riches bijoux,
Que ce souvenir vraiment trop champêtre,
Bagues, bracelets et mille joujoux,
J´aurais mieux aimé, vous aussi peut-être,

Mais du moins ces fleurs, ce modeste envoi,
Ces très humbles fleurs qui viennent d´éclore
Vous diront tout bas de penser à moi,
D´y penser souvent, d´y penser encore..

Ah, que c’était beau ! cet envoi de fleurs est pour vous toutes, mes poétesses…. avec des bises.

Chère Monique, c’ est le texte parfait et en le lisant, je l’ entends mis en musique ; oui, il y avait de jolies chansons.
C’ est un magnifique et touchant envoi de poème en bouquet.
Bises.

Bonjour ! C´est un joli poème que celui de Jean Lumière . Il fait penser aux quelques pâquerettes que les enfants ramènent du jardin en été .
Ainsi qu´à cette phrase de Romain Gary :  » …un de ces bouquets de fleurs qui partent toujours à la recherche d’un cœur et ne trouvent qu´un vase .  » J´aime bien cette petite citation , si expressive !

Bonjour Darie, c’ est une ancienne chanson dont Monique nous a donné le texte à lire.
Je ne connaissais pas cette citation de Romain Gary, une petite touche d’ amertume sur la faveur qui noue les fleurs en bouquet.
Mais cela pourrait être pire, il est de ces bouquets qui contentent la poubelle sans même connaitre l’ eau d’ un vase ! ^^

Hello Dominique . Il y a aussi parfois  » incompréhension culturelle  » .
Pour ma première fête des Mères , ne voyant rien venir , 3 jours plus tard , j´ai fait de lourds reproches au papa de mon petit trésor , qui
s´est alors rattrapé avec un bouquet . Toujours fâchée et déçue , j´ai failli le mettre à la poubelle . Puis une amie française , mariée à un suédois , m´a dit :  » Mais moi non plus je n´ai pas eu de fleurs . Il m´a dit que je n´étais pas sa mère  » . Logique ! Rire .

Bien sûr Darie, ce n’ est pas faux mais parfois…on frise la mauvaise foi, en Suède ou ailleurs ! -:)))

L’ imminent Sage chinois, de renommée internationale et de mes
amis, si si, Tchin Tchin Tchong, en ses derniers travaux devant
quelques Sommités du Monde Vert, comme il est commun de le
nommer, prétendait que le Réséda était … odorata .
Et il n’ avait pas tort, comment pourrait on d’ ailleurs mettre en
doute, l’ homme qui par de ses lointaines et brillantes Etudes,
avait pu il y a quelques temps affirmer et à la face du Monde,
que ce n’ était pas  » Titanic « , qui s’ était dirigé droit vers l’ Iceberg,
mais bien ce dernier, qui était allé à lui, alors que tous, jusqu’ ici,
étions convaincus du contraire .
Et je vous ferai grâce des ouvrages en plusieurs volumes établis, concernant notamment la migration des kangourous en Australie,
toute faite de bonds, ou de celle de la reproduction des puces sur
le Hérisson, donc en marchant, tous deux de qualité exceptionnelle
et faisant dattes … sur le palmier du grand Sud .

Bonsoir Yannick,

RIRE ! il en a fait du chemin ce savant chinois contre un savon de Marseille…souvenirs, souvenirs, mais quelle rigolade !

Oui, le hérisson effectivement est plein de puces mais pour lui hélas, impossibilité de se gratter.

C’ était là notre jeunesse internaute, quand j’ y repense,
on a sacrément bien rigolé, souvenirs souvenirs, d’ y
repenser, me rempli d’ allégresse, que de piques à
l’ emporte pièce, de répartie, de recherche aussi mais
cela a fini par payer, c’ est aussi cela la ténacité,
lorsqu’ utilisée à bon escient !

Ah les amis, que je ris en vous lisant !

Niché et Dodé, Monique c’ est hilarant et je mesure la tentation de repartir avec le bouquet dédaigné.

Bonjour en chantant sous la pluie, du moins ici! Mais rassurez-vous, je ne vais pas rivaliser avec Jean Lumière , dont je découvre la belle chanson, comme la citation de Gary; rien ne vaut les petits bouquets de fleurs des champs cueillis par « nos petits trésors » qu’ils offraient parfois, devenus un peu grands, en s’accompagnant de la chanson d’Henri Dès : » Je t’apporte maman Une petite fleurs des champs. C’est la surprise Que j’ai promise, Une marguerite, toute petite ». Oh! là là! que de moments charmants j’ai vécus …Que dit Tchin Tchin Tchong sur la manière de fêter les mamans suédoises???

D’ aprés lui et il me l’ a confié,en apparté, lors de sa Conférence
du 10 Juin 2011 à Genève, portant sur la survie des batraciens
en milieu hostile, toutes les mamans du Monde se doivent
d’ être fêtées et couvertes de fleurs sauvages, mais pas trop,
afin que de pouvoir respirer un peu, elles puissent !
Concernant celles suédoises, il spécifiait que les fleurs pouvaient
être harmonieusement remplacées par des … glaçons … vous
connaissez, ces petits cubes d’ eau glacée !
Aprés cette confidence, j’ ai tout de même mieux compris,
pourquoi, Sage parmi les Sages, il avait refusé de naître
en Scandinavie !

Yannick , les fleurs de glace ne peuvent pas être cueillies , voyons.
Et d´ailleurs , avec les triples vitrages , elles n´existent pas en Suède . C´est presque dommage , c´est si beau . ( Mais cela signifie qu´il fait bougrement froid dans l´isba …)
Savez-vous que j´ai horreur des glaçons ? On m´a toujours dit qu´il fallait s´en méfier ( sous les tropiques ) , car c´est le plus sur moyen d´attraper des amibes . Donc , pas de glaçon pour moi ;
c´est pour rafraichir la Piétri des pinzutti sur le port de Bastia ,hi-hi .

Bonjour Marmara , Tchin Tchong le Vénérable a dit :  » Je t´ai apporté des bonbons , car les fleurs sont périssables  » .
Les jardins de pierres zen japonais sont un mystère pour moi . Un jardin sans fleurs , et couvert de cailloux !?… Je préfère les fleurs , même sauvages et indisciplinées . Quels beaux souvenirs que ces chansons d´Henri Dès . J´ai entendu souvent mon frère chanter avec sa fille , et c´était très drôle . Elle entrainait son père qui chantait timidement , et à la fin , il et elle chantaient à tue-tête !

Bonjour Darie, j’ai vu « en vrai » , et pour la première fois, un jardin japonais, dans un parc de Toulouse; il a été conçu selon les règles de l’art, que j’ai pu lire sur les grands panneaux explicatifs installés dans le pavillon du thé, et s’inspire d’anciens jardins de Kyoto: c’est vrai que j’y ai éprouvé une grande paix; pas de fleurs, mais beaucoup d’arbustes ,harmonieusement plantés; on trouve des explications bien condensées avec ce lien http://www.parcsetjardins.fr/midi_pyrenees/haute_garonne/jardin_japonais_de_compans_caffarelli-794.html. C’est sûr que les petits n’y trouvent pas de pâquerettes, ni les grands du réséda!

Hello les amis,

Puisque nous en sommes aux confidences, voici une anecdote authentique. Un soir, mon mari et moi nous sommes invités chez un collègue « important », relation d’affaires et tout le saint frusquin. Je me ruine dans une composition florale hors de prix (c’est l’hiver), une merveille impossible à vous décrire, une symphonie de bleu, de blanc, de jaune avec quelques touches de violet. En entrant, la bouche en derrière de poule, j’offre mon bouquet à la dame très sophistiquée, qui ne le regarde même pas, le couche sur une chaise sans même dire merci. Visiblement il l’encombre !
Toute la soirée je reluque (populairement) le bouquet qui s’étiole ! durant le dîner absolument trop cuit ou brûlé (au choix), la dame me parle de « Niché » (Nietzsche) visiblement c’est le seul qu’elle connait, pas une once d’humour, alors je tente « Dodé » (Daudet !!) et là, c’est le clou de la soirée, « elle ne connait pas  » me dit-elle.
Nous sommes repartis vers les onze heures tant on s’ennuyait (je me modère !) et mon bouquet était toujours à la même place, pour peu je serais repartie avec ! ma grand mère aurait eu une saine expression pour ce cas précis « c’est donner des manchettes à un cochon ».

Il y a des soirées ainsi, où de rester chez soi, on devrait,
tant on ne partage pas de points communs avec ses hôtes,
vous avez fait là, une BA, Monique, comme hélas on se doit de
pratiquer de temps à autre, afin d’ entretenir un tissu humain,
dont se passer, on pourrait fort bien, en définitive .
Ma maman part du principe que sa maison est ouverte à tous,
mais ce n’ est pas pour autant qu’ elle va chez les autres, il
faut dire qu’ avec nous autour, elle a de quoi s’ occuper et
sainement, sereinement aussi !
C’ est que sauvages nous apparaissons et disons le franchement,
on est vraiment bien, entre nous, seuls, en meute !

C’est en Thaïlande que j’ai vu un jardin japonais, ce qui parait incroyable mais sans aucune fleur, rien que des centaines de bonzaïs, de quoi rêver mais quel travail pour les soigner. A côté, il y avait la serre aux papillons géants, des merveilles de couleurs, des immenses papillons aux ailes roses et fuschia, un moment unique et bien sûr, tout est contrôlé, température, lumière, fleurs et verdure. C’est là que j’ai compris le sens profond du mot « mimétisme ». Que reste-t-il de tout cela vingt cinq ans après ?

Bonsoir Dominique . Je me souviens maintenant … le bouquet délaissé sur une chaise me rappelait quelque chose … Quand on reçoit un cadeau , des fleurs , en Thaïlande , il ne faut pas y attacher plus
d´importance qu´à celui/celle qui offre le cadeau . On ne doit pas se répandre en remerciements et oublier ses hôtes . Voilà peut-être un début d´explication . C´est vrai que les mettre dans l´eau était quand même indispensable …on offre un verre de bienvenue à ses invités , fleurs comprises … 🙂

Bonsoir Darie, offrir à boire au bouquet de fleurs en guise de bienvenue, « Vous prendrez bien un vase ! » -:)))

Le Haïku, poème d’ Asie, nippon même, bien sur que de là-bas
il provient, mais de là, à le nommer poème, non, du tout !
Même si ses vers ont les yeux bridés, ils ne se regardent qu’ avec
des yeux ronds, pigé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 131,499 hits
%d blogueurs aiment cette page :