happy days

AU PARC

Posted on: 20 septembre 2014

Agostino Aglio William Blake' s cottage Hamstead Heath

Agostino Aglio William Blake’ s cottage Hampstead Heath

Le parc n’ a pas de grilles forgées
Ni de murs
De pierres empilées
C’ est un espace illimité
Entre ciel
Et verdure

Du lever du soleil
A son coucher
Chacun
Avec son chien
Y marche à son pas

Il n’ y a pas
De gardien
Ni de chaisière
C’est comme au temps
d’ hier

Nul besoin d’ argent
Pour s’ asseoir
Ou bien
Boire

De fontaines
Anciennes
Coule une eau fraîche et claire
Des arbres séculaires
Abritent du vent
Et de la pluie

Un banc

Sortir un carnet à croquis
Une mine de crayon
Esquisser la saison

Et puis rentrer à la maison

(copyright)

Publicités

48 Réponses to "AU PARC"

Bonjour Dominique,

D’abord bonheur de relire « toute passion abolie » article très intéressant et j’ai envie de lire le livre de Vita Sackville-West il est paru en collection poche, les critiques sont excellentes. Je connais un peu mieux Virginia Wolf.
Voilà un joli texte qui pourrait s’appeler aussi l’instant esquissé. Ce mot de « banc » si court permet des pensées à l’infini, ce n’est pas un mot c’est une atmosphère qui prête à toutes les méditations, pas seulement celle de la solitude comme on peut le ressentir d’une manière spontanée et irréfléchie.
On se promène librement dans ce parc qui semble échapper au temps (est-ce possible ?)
Bises

Bonjour Monique « Toute passion abolie » est un très joli livre, une femme qui prend sa vie en main pour la première fois, alors qu’ elle entre dans le grand âge.
La jeune fille en elle s’ ouvre à la vie, sans regrets, sans amertume.
Un excellent téléfilm britannique, à voir un jour… aussi réussi que le livre, avec l’ admirable dame Wendy Hiller.
C’ est amusant que vous évoquiez ce roman ici, parce que lady Slane quitte la maison familiale pour en louer une, à son goût, à Hampstead, et l’ aquarelle qui illustre mon poème représente le vaste parc de Hampstead Heath où elle se promène.

Ce poème est l’ évocation d’ un espace de respiration, d’ observation et de méditation.
En effet, ainsi que vous le notez avec justesse, il n’ y est pas question de solitude mais de liberté, comme lady Slane qui respire enfin à son propre rythme et non plus celui de son époux, de ses enfants qui même devenus adultes, lui imposaient celui de leur vie.
Lady Slane est si belle dans son nouveau bonheur qu’ elle attire de nouveaux venus et s’ en fait même des amis.
Le banc est un élément majeur du tableau ainsi brossé par le poème, il permet la promenade autour de soi , observation, et en soi, méditation.
Oui, ce parc est intemporel, comme une promenade.
Bises.

Bonsoir chère Dominique,

Merci pour cette excellente critique, je me posais cette question : comment peut-on tout recommencer à 88 ans, c’est l’âge au contraire où l’on n’écoute que le chant du feu et des pantoufles avec un dernier regard sur le jardin. Ce n’est pas une question de découragement, mais de sérénité, causée bien souvent par l’usure, la fatigue et la routine des années. je vais acheter le livre pour connaître le secret de Lady Slane !!!
Bises.

Bonjour chère l’ amie Monique, plutôt que « tout recommencer », dans le cas de lady Slane, il s’ agit de se retrouver ; sa vie d’ épouse fut une longue parenthèse où elle s’ était perdue de vue, à une époque et dans un milieu où les codes étaient si contraignants pour les femmes dans la société.
Mariée très jeune, veuve à un âge avancé, incomprise par ses proches qui décidaient de tout pour elle, cependant la jeune fille silencieuse était restée vivante, intacte, artiste, un peu rêveuse, avec une personnalité certaine.
Elle réussit sa fin de vie et transmet l’ étincelle, voire le flambeau à son arrière petite-fille en laquelle, elle se reconnait.
Amitiés.

En une autre pièce, bien plus originale, il était alors question
de poissons, les bans etaient donc en atmosphère aquatique
et le poète, la, se mouillait vraiment !

Bonjour Yannick, le charme de cette poésie « AU PARC » réside dans la simplicité du sujet , sa banalité, qui autorise ainsi à chacun une promenade imaginaire, selon son goût, dans ce parc entre ciel et verdure.

Le poème « LES POISSONS » était une œuvre de commande, tu m’ as demandé un jour, comme un défi, d’ écrire un poème sur les poissons.
Cela fut fait le 04/11/2011 et je te l’ avais donc dédié :

LES POISSONS

Il dit
Et pour moi jamais
Tu n’ écris
Un sonnet

Et bien mon chéri
Mon petit rat
Dis-moi

Je voudrais une poésie avec des poissons

Oui cela pourrait rimer avec polisson

Non non
De vrais poissons
Avec des nageoires et des yeux ronds

Mon petit rat
Je peux faire cela pour toi
Mais un poisson
Cela ne vit pas

Pas d’ histoire d’ amour
Pas de lever du jour
A deux contemplé
Après une nuit serrés
Les branchies collées

Les poissons ne vont pas à l’ école
Ils n’ ont pas d’ heure de colle
Pas de cour de récréation
Pour jouer avec un ballon

Que dire sur les poissons ?

Ne veux-tu pas plutôt
Un grand livre d’ images
Pour enfants de ton âge
Tu pourrais apprendre le nom
Des poissons

Et puis ensemble alors
Nous irions dehors
On plongerait dans les profondeurs
Des mers
Si claires
Et pendant de longues heures
Nous nagerions
Avec des poissons en couleur

Une fois rentrés à la maison
On écrirait un joli roman
Toi et ta maman

Un roman-fleuve
Ou les poissons s’ abreuvent
Avant qu’ ils ne lisent tout haut
Au lent fil de l’ eau
Une histoire de cygnes dans la mare
Et d’ un vilain petit canard

Veux-tu que je la narre ?

(copyright)

A L ‘ AMI RAT ROSE .

Ça … c’ était beau !
Superbe livraison au commanditaire …
Tout simplement GÉNIAL .

Ah, il est content le garçon !

Le tableau aussi, qui illustrait le poème,
était coloré, vivant, rafraichissant meme …
De poèmes superbes et émouvants,
personnels, ô combien, il y en a eu de merveilleux
et tout laisse à penser, que clos le recueil n’ est
encore !

T’ es un vrai pote. -:)))

Égal à lui même,
droit comme un i …
D’ humeur constante,
un ratounet rose …

Et ZUT, un Haïku !!!

Tu vois, ça vient tout seul, on n’ y peut rien, le haïku s’ impose aux esprits brillants.^^

C’ est peut être vrai,
Qu’ esprit brillant,
Je dois être …

C’ est bien la première fois que je vois un raton qui s’ envole,
avec 4 chevilles grosses comme ça, je connaissais les souris,
mais elles, sont chauves, de celui dont je parle, son poil, il a
même sur le sommet du crane, c’ est que force est de le
constater, ce raton là, il est mignon tout plein !

Bonsoir Dominique; je viens m’asseoir sur votre banc pour échapper à cette oppression que je ressens à lire certains mauvais écrits, insupportables, et que j’imagine bien plus forte chez vous …Voici un petit texte que j’avais écrit d’un trait, il y a quelques années.

L’étoile jaune.
Réminiscences des enfants trop sages
Le ballon rouge s’est envolé.
Et vous tous les petits en blouse étoilée,
Vous avez bien couru aussi sur les trottoirs sonores.
Courez plus vite: le maître vous attend.
Prenez le porte-plume et racontez-nous
Pourquoi vous ne reviendrez pas.

C’est une manière de vous marquer mon amitié.

Bonsoir Marmara, certains mauvais écrits sont éloquents.
Ce texte est fort, émouvant, touchant, comme…votre amitié qui m’ honore.

Dans un tout autre domaine, autrement moins émouvant,
mais s’ étendant sur davantage d’ années, que ces 5 là
et si folles, l’ ile de beauté est sous la voie lactée et elle
scintille sous les étoiles et ce toutes les nuits que Dieu
fait, bon, bon, je sais, mais de détendre l’ atmosphère,
il faut bien, d’ autant qu’ avec cette Modération à la …
je n’ ai guère eu le loisir de participer à ce débat si
outrancier et mal venu, comme si l’ on pouvait mesurer
la souffrance, il n’ y a que ceux qui ne sont pas revenus
qui l’ ont connu, les autres, plus chanceux ont souffert
et c’ est tout, quant à la folie des hommes, elle, elle est
à jamais grandiose et de l’ Histoire, ils n’ en retiennent pas
grand chose, hélas, la preuve en est encore à ce jour .

Voilà une vision apaisante et belle( je suis encore tourneboulée par le « débat » , qui a d’ailleurs presque disparu de la page!!), et comme vous avez raison!

Bonjour Marmara, la violence, les insultes, les inventions, heureusement, ne sont pas notre mode d’ expression.
Et l’ on garde notre humour !

Oui Yannick, la beauté demeure.

Euuuuhhhh … a vrai dire, je n’ en demandais pas temps,
Dominique, mais c’ est vrai … si si … je suis superbe en
ma livrée toute rose !

Yannick, c’ est exactement ce que je venais d’ écrire à Marmara, on garde notre humour -:)))

Il n’ y a que ça de vrai, on vient de m’ extraire une dent et
j’ en ris d’ inconfort et de douleur, puisque tout se réveille,
hi hi hi, ha ha ha, ho ho ho, hu hu hu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bonsoir Marmara,

Votre texte est très beau, j’aime cette évocation du film « le ballon rouge » et ces bambins étoilés qui n’ont jamais su qu’il n’y aurait plus jamais d’étoiles pour eux. Seule une petite poignée est revenue et j’aurais voulu ne jamais croiser leur regard !
… et je me souviens de ce film italien « la vie est belle » le camp c’était comme un jeu pour ne pas inquiéter l’enfant…. l’ont-ils cru seulement un instant ? j’aimerais croire qu’ils n’ont jamais eu peur un seul instant.

Bonsoir Monique, j’avais eu l’occasion de dire que ce qui m’a donné le choc « nécessaire » pour découvrir sans cesse l’histoire de la Shoah, c’est la photo , dans mon livre d’Histoire de Terminale , du petit garçon du ghetto de Varsovie, avec son étoile immense; J’avais apprécié à l’époque le film de Benigni  » la Vie est belle », mais je le vois à présent surtout comme une fable, belle, mais une fable.

Il est toujours plus facile d’ en parler, de critiquer, de la refaire même,
l’ Histoire des Hommes, celle avec la majuscule, encore faudrait il, y
avoir participé au moment même où elle s’ écrivait, Marmara, mais
de cela n’ est donné qu’ à peu de gens et d’ ailleurs, ce sont ceux
qui sont les plus discrets sur le sujet, car eux et pas nous, ils l’ ont
connu, vécu et parfois … subi et de cet incognito si l’ on puit dire,
les honore vraiment .
Lorsque l’ on découvre un militaire par exemple et que l’ on sait lire
ses décorations étalées sur sa poitrine, on sait fort bien qu’ elle ne
sont pas là pour faire joli, mais qu’ elles représentent le prix du
sacrifice et parfois même du sang, mais de cela, de moins en moins
savent le faire, se contentant de sourire sans comprendre, parfois
même de les moquer, ces vieux … , une honte en soi, de ne plus
rien connaitre de son propre passé récent .

Bonsoir les poètes,

Ici nous pouvons parler à haute voix et partager un moment d’amitié sans voix discordante, sans agressivité ni méchanceté, sans relent de frustration ni de jalousie. Les masques tombent et parfois le réveil est brutal mais il est nécessaire pour mieux comprendre.

Les copains, je ne vous ai pas dit que le tableau était terne… aïe, aïe, j’espère que Dominique ne m’en voudra pas… qui a passé de l’eau de javel sur la toile ? bon, je vais rattraper le coup avec un oignon… mais oui, pour raviver les couleurs d’un tableau, couper un oignon en deux et frotter doucement la toile ! alors, qui c’est la mère Denis ici ?
Des bises et du sang froid.

Bonsoir l’ amie Monique, c’ est vrai qu’ il s’ agit d’ une aquarelle un peu délavée.
J’ avais entendu dire qu’ une pomme de terre coupée en deux aidait à nettoyer les peintures à l’ huile, huile et p de t cela fait un peu frites , une fois !
Un ami commissaire-priseur, quand je lui avais parlé du coup de la pomme de terre, m’ avait contemplée silencieusement et m’ avait écrit le nom d’ une dame qui entretient les tableaux.
C’ était la réponse à mon système D (je ne sais pourquoi on dit D ?)
Je suppose que cela vaut, chère Monique, pour vos rondelles d’ oignon qui feraient pleurer la Joconde.

C’ est plaisant et doux de pouvoir se dire ici, en toute gentillesse, ce qui plait, ce qui plait moins, exception pour Yannick qui a ,
je l’ admets volontiers, subi et supporté mon coup de touche « corbeille » plus souvent qu’ à son tour ces derniers temps, mais il s’ en doutait en rédigeant ses provocs ! -:)))
Bon, on pense à lui, pour cause de bobo dentaire.
Il adore être plaint, alors on le plaint, voilà, ça c’ est fait.

Chère Monique, le sang froid et le recul, nous n’ en manquons pas.
Le spectacle consternant qui a été donné à voir, ailleurs, nous renforce dans la conviction qu’ il est bien agréable d’ avoir de bons camarades aimables et équilibrés avec lesquels on peut communiquer normalement, respectueusement.
…C’ est pourquoi je ne vous qualifierai pas, malgré la perche tendue, de mère Denis ! RIRE

RIRE !

Je compatis et je plains Yannick qui, sans avoir de dent contre nous, en avait quand même une méchante qui le taquinait, demain il n’y paraitra plus… ma grand mère, comme beaucoup d’autres, disait « mal de dent mal d’amour » et là non plus je n’ai jamais rien compris à la comparaison. Pour le système D, il me semble que c’est la « débrouille » qui implique parfois une manière peu orthodoxe mais « qui veut la fin veut les moyens ». C’est à vérifier.
Bon courage à Yannick.

Voilà, chère notre Monique, une bonne question soulevée ; pourquoi associe-t-on (cela sonne comme saucisson) mal de dent et mal d’ amour ?
Peut-être parce que les deux font vachement mal et que cela passe …
Imaginez dans les foires, comme il y a l’ arracheur de dents, il y aurait l’ arracheur d’ amour.

Et bien moi, par experience, je peux vous dire
que lorqu’ on a un mal de dent, meme a l’ amour,
on ne pense pas, mais plutot a l’ aspirine 1000 !

Quant a la pomme de terre, elle est aussi extra,
pour enlever la buee dans les masques de plongee,
comme quoi la patate, elle a aussi des vertues cachees !

Très drôle, Dominique , cette idée de l’arracheur d’amour…cela abrègerait les souffrances de certains, sans doute! J’avais aussi dans la tête l’idée que la pomme de terre était utile au nettoyage de tableau, mais je ne connaissais pas l’oignon: une Annonciation de Fra Angelico qui sentirait l’oignon, what else??? Après un rapide tour d’horizon sur le net, il appert que ce sont des solutions catastrophiques, mais je suis tombée sur cette phrase  » Un système tout aussi empirique mais scientifiquement correct consiste, selon le restaurateur Helmut Ruhemann, auteur de l’ouvrage “The Cleaning of Paintings”, à utiliser la salive. « ….
Pour finir avec une touche d’humour , j’espère que la petite souris va passer apporter un sou à Yannick…

C’ est à votre tour, Marmara, de me faire rire, l’ idée d’ une madone qui sentirait l’ oignon est délicieusement iconoclaste.
Quant à la salive, oui bien sûr, d’ où l’ expression « un tableau léché ».

Je me permet de vous faire remarquer que l’ odeur
qui se dégageait de ce tableau et au Louvre, la Joconde,
pour ne pas le nommer, était celle du beurre rance et
n’ en déplaise à Dominique, Monique, Marmara, autres
comme son auteur, Léonard devint clé à molettes !

Marmara, ce petit garçon à la casquette, qui lève les mains, dans ce terrible ghetto de Varsovie, il s’en est sorti, il vit en Amérique et doit être un très vieux monsieur aujourd’hui. Sa photo a fait le tour de la planète et il a eu la même chance que cette petite japonaise d’Hiroshima (ou Nagasaki ?) au milieu des cendres qui elle aussi a émigré et vit aux Etats-Unis. Il a été « élu » pour témoigner.
Il y a des documents terribles sur la Shoah sur Internet, le cas des enfants est très peu évoqué car ils n’ont vécu, pour beaucoup, que quelques heures après leur arrivée.

On dit aussi « menteur comme un arracheur de dent », encore une étrangeté, un arracheur de dent s’appelle un dentiste mais dans le temps il y avait le système D également pour arracher une dent de lait aux enfants, l’image populaire veut que ce soit un bout de la ficelle attachée à la dent et l’autre bout à la poignée de porte et là CLAC … vous m’avez comprise ??? je n’ai jamais expérimenté ce système qui me parait sortir des blagues d’il y a un demi siècle.
Je suis d’accord avec Yannick, le mal de dent n’attend pas, et quand le dentiste n’a pas de place, on court chez le toubib qui vous dit « je ne suis pas dentiste » mais on repart quand même avec des antibiotiques en attendant l’extraction !
Un arracheur d’amour ? je préfère l’accroche cœur !

Et quid de l’ arna cœur ?

… pfff … le vain coeur, c’ est moi !
Certains sont sacres Roi ou Empereur,
Je suis l’ unique a etre sacre coeur et
de cela apprenez le par coeur !

Yannick, dans la foulée, je me souviens que nous avions une autre version : « nous étions vaincus et seulement dix neuf chaises »!!! évidemment nous écorchions les tirades qu’il fallait apprendre jusqu’au jour où quelqu’un l’a dit vraiment ! pareil pour V. Hugo, je vous épargnerai notre « revisitation »

En ces lieux solitaires
où je viens rêver
la bouche doit se taire
le cœur seul doit parler.

Je connaissais d’ autres paroles à ce charmant poème,
mais je me doute qu’ en ce lieu choisi, elles ne soient
tolérées et pourtant, elles ne laissaient entrevoir que
la stricte réalité des choses de la Vie, Monique !

A titre indicatif, voici le Post un peu crû adressé hier à la Modération,
qui m’ a mis hors de moi hier soir, en refusant la genèse même de
l’ implantation de la XIII ème Tribu juive en Corse, datant des années 1760, sous le Généralat du patriote Pasquale Paoli .
A détruire aprés lecture … sans plus d’ intérêt que sur le moment,
ça soulage, c’ est tout !

La MODERATION, votre connerie
n’ a d’ égale que votre ignorance,
cela en devient presque risible,
J’ en viens a me demander si des
Etudes sont nécessaires pour
accomplir votre quotidien, à moins
que tout ne soit automatisé, mais
hélas … par des branleurs !

Je sens et je le répète, qu’ entre elle et moi, la fin n’ a jamais été
aussi proche, ils ne sont devenus que parfait reflet de la Bêtise
Humaine, celle qui semble être insondable et non canalisable,
en parfaite croissance hélas, en notre Environnement actuel .

Ce que vainement ne passe, mépris qu’ ils ont de la pure
vérité historique, lamentable tant en parfaite harmonie
avec leur Charte à la …

Pas de racisme antisémite là-bas, cette histoire remonte
a bien longtemps, la Corse était alors indépendante et son
Chef, Pasquale Paoli, désireux d’ enseigner a son petit peuple
les rudiments du commerce, fit venir dans l’ île, quelques
8 000 juifs, persécutés qu’ ils étaient tous en Europe,
Espagne, France, Italies d’ alors, ou de pratiquer leur culte
leur était interdit et comme il savait que de souffrir ils allaient,
il leur accorda les mêmes droits qu’ aux siens, preuve de
son ouverture d’ esprit à l’ époque .
Lors du second conflit mondial, la Préfecture de Corse,
fut la seule en France, a n’ avoir jamais donne un juif,
bien contraire, elle les protégeait en les naturalisant turcs,
tandis que la population les cachait en ses villages !
Cet épisode méconnu faillit lui valoir le titre de  » Juste « ,
décerné par l’ Etat d’ Israël, a ceux ayant sauvé de ses
ressortissants durant la guerre, mais comme cette distinction
individuelle, ne pouvait être accordée a une région entière,
après polémique et vive, on lui refusa, mais de cela les corses
n’ avaient que faire, ayant agis de manière naturelle,
en temps de guerre, ou ils risquaient pourtant beaucoup,
leur territoire ayant été, avec un occupant pour deux corses,
celui d’ Europe le plus envahi, ce qui ne l’ empêcha pas
de se libérer et quasiment seule, devenant ainsi,
le 1er Département français libre, dés 1943 !

Merci Yannick pour tous ces détails historiques, je ne pense pas que beaucoup de personnes connaissent l’histoire de la Corse, surtout sous la deuxième guerre mondiale,…. ceux qui la connaissent c’est par le Club Med !!!!

L’ Histoire de la Corse, souffre depuis 1768 d’ une méconnaissance
profonde et entretenue de la part de la France, du fait que depuis
l’ origine ou presque de sa présence, elle y assura un rôle bien
plus souvent ambigü, qu’ autre … et oui …
C’ est seulement depuis les année 1970 que des Etudes en tous
domaines furent lancées et aboutirent à des livres, qui jusque là,
lui faisait vraiment défaut, quant à sa Culture propre, à ce jour,
elle est en pleine résurgence et peu à peu, les corses
dorénavant, ne sont plus honteux d’ un Passé qu’ on leur
dissimulait sous un folklore frélaté et condescendant, mais bien
réel ou sous quelques défauts de caractère, duent à l’ insularité
et à leur singulier isolement au sein du Bassin Méditerranéen,
si si, prédominent de grandes qualités, même si force est de le
constater, ces société de consommation et vie trépidante, qui
nous oppriment, cette mondialisation aussi, font que ses fondements ancestraux eux mêmes, sont ébranlés.

Bonjour Yannick, bien que le journal ne le dise pas, la modération n’est pas en France, elle est au Maroc, en Afrique, et même à Madagascar. Elle est d’une totale inculture, n’a aucun sens de l’humour et refuse des poèmes très connus qu’elle accepte pour d’autres dont la page est morte et sans réactivité. J’ai donc écrit au journal pour expliquer mon incompréhension. Nous sommes repérés par ordre alphabétique, un avatar l’est aussi, j’ai fait passer des commentaires refusés en changeant simplement mon pseudo et mon avatar pendant quelques heures seulement.
Modérateurs est un p’tit boulot qui emploie des personnes sans qualification et à de bas salaire, évidemment refuser un post c’est plus facile que le comprendre. Pensez qu’un commentaire historique qui retrace un fait divers, l’explosion du Parthénon en 1687, a été refusé trois fois ! je ne compte plus les refusés, je perds mon temps. Nous vivons une époque de m….. !

Et je dirai même que je m’ étonne encore, d’ être parmi vous,
mais il est vrai que cette base arrière, tant qu’ elle demeurera,
votre page donc, c’ est un véritable plaisir, que de s’ y promener,
pourtant, même là et on ne comprend pas toujours le pourquoi,
on y est embêté et continuellement sans raison, pour plus de
détails concernant mon opinion sur le journal, consultez mon
assistante de direction, poète à ses heures, lorsque de mon
emploi du temps, elle ne vous fait pas l’ écho, quelques défauts
certes, mais une excellente copine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

septembre 2014
L M M J V S D
« Août   Oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
septembre 2014
L M M J V S D
« Août   Oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Blog Stats

  • 130,153 hits
%d blogueurs aiment cette page :