happy days

Ma poésie

Posted on: 28 juillet 2014

Orfeo Negro (copyright)Que serait ma poésie
Sans
La petite touche de mélancolie

Avoir l’ humeur joyeuse
Me rend
Tristement
paresseuse

Le bonheur
N’ inspire pas les auteurs
Contrarie le lecteur

Alors qu’ un brin
De bleu
A l’ âme
De la dame
Réjouit le pékin
Un peu

Ainsi pour mon inspiration
Au nom de la création
J’ écoute un fond de samba
Des notes de bossa nova
Saudade et sensibilidade
Dans la Rua Madureira
Norman Gimbel à Ipanema
Orfeu Negro
How insensitive Astrud Gilberto
Gilberto Gil
Et Joäo
So Danço Samba…

…Calypso et cha cha cha

Mais voilà
En quelques pas
Saudade
Devient Felicidade
Et
La mélancolie s’ en va ?!

(copyright)

Publicités

69 Réponses to "Ma poésie"

Bonjour Dominique, il est vrai que le malheur inspire plus que le bonheur, du moins pour les romans. Dois-je vous avouer que , étant donné mon ignaritude, je suis allée à la recherche de tous les noms propres que vous citez, sauf, quand même  » Orfeu negro », dont j’ai la musique du film sur vinyl ; je ne connaissais même pas Gilberto Gil…Comment ne pas avoir maintenant en tête ces rythmes dans la tête, et les images qu’ils évoquent?

Ah, c’ était le piège amie Marmara, faire chanter et danser le lecteur, tout en le faisant sourire !
Objectif atteint. -:)))

Bonsoir amies poètes,

Comme le souligne Marmara le malheur est un tremplin alors que le bonheur serait plutôt un oreiller !! S. de Beauvoir disait « on n’écrit rien dans l’indifférence » et on connait cette citation courante « les chants désespérés sont les chants les plus beaux », ils sont source d’inspiration pour un artiste ou un poète…. mais faut-il être heureux pour chanter la joie ?
J’ai acheté, dès la sortie du film Orfeu Negro, la musique originale sur un double 45 tours, je vois que Marmara doit avoir le même ! c’est si loin et pour ressortir le vieux matériel, c’est tout un travail.
J »avoue que ces rythmes me laissent … euh…. de bois même s’ils prêtent à danser…. je préfère le langoureux tango et quand il est exécuté à la perfection, c’est un peu comme le fado en chant !
Et comme je chute toujours sur une chanson, qui a connu « Mélancolie » chantée par Pierre Dudan, sur une belle musique, Jacqueline François l’a également interprétee :

 » Mélancolie
C’est une chanson nostalgique
Que l’on chantait dans les bars
Les bars de n’importe où
Bars de hasard, bars du cafard

{Refrain :}
Mélancolie une jour s’achève
Mélancolie on n’y peut rien
Chaque jour dans la fumée et dans l’alcool, on noie ses rêves
Seul jusqu’au matin…
Et chaque nuit, ça recommence
Pour torturer le coeur trop lourd
Le cafard dans la fumée et dans l’alcool, mène la danse
Jusqu’au jour
Demain, y’aura de l’amour et de la lumière
Peut-être bien, ça m’est égal…
Barman jusqu’au matin, remplis mon verre
Je veux rêver que j’ai moins mal
Mélancolie… tu nous enchaînes
Plus fortement qu’un grand amour
Un beau soir dans la fumée et dans l’alcool, on noie ses peines
Pour toujours.

2- Le rire est bien trop près des larmes
Et ton coeur trop loin du mien
Ton oublie me fait mal
A moi qui n’ai presque plus rien.

{au Refrain}

Hé moi aussi j’ ai le 45T d’ Orfeu Negro, je l’ avais reçu à Noël en…19…à la sortie du film.
Dites donc Monique, votre chanson, elle est fournie avec la corde ?
Pierre Dudan avait du charme et Jacqueline François une belle voix.
J’ aime beaucoup le fado, comme vous.
Il y a aussi « Si tu t’ appelles mélancolie » chanté par Joe Dassin.

Dominique, quoi, pas de date entre nous ! RIRE !
Non, c’est l’alcool qui arrose la mélancolie de la chanson, c’était une époque où les bars louches, les filles perdues, les garçons de mauvaise vie, l’alcool et les états d’âme faisaient fureur. C’était un temps où il fallait sangloter. Quand je relis ces textes-là je ne peux pas m’empêcher de rire. Quand je pense que nos grands-mères pleuraient sur les « Roses blanches  »
Je préfère Joe Dassin, j’ai tout son répertoire aussi sur vinyle. Disparu trop tôt hélas, tout comme Mort Shuman que j’ai particulièrement aimé, surtout dans ses chansons les moins connues comme « on a déjà donné »…. mais voilà que je m’éloigne de la mélancolie pour sombrer dans la nostalgie.

J’ aime beaucoup Mort Shuman aussi.
Bon bon d’ accord, 1959-1960, c’ est bizarre d’ offrir ça à une petite fille et bien, j’ ai adoré mon disque !
La nostalgie est un état que j’ ignore, la mélancolie me tombe parfois dessus BOUM mais ne dure jamais longtemps, heureusement.

La mélancolie est assimilée à un état dépressif, je ne suis pas d’accord. On peut être envahi par une tristesse passagère, parfois sans raison. Voilà un sujet de dissertation.
Et si on appelait cela « le blues » ?
Je ne crois pas à l’état perpétuel de joie pure même si de grands saints l’ont trouvée.
Mélancolie est un mot qui ne me parle pas, la nostalgie si, beaucoup.

La mélancolie n’ a rien de dépressif, c’ est une promenade au « blues country », ce n’ est pas de la tristesse, c’ est autre chose.
Tiens, il y a aussi une chanson de Dassin sur le « Blue Country » !

« Si tu veux connaitre le pays
Où les chansons ne sont jamais tout à fait gaies,
Jamais tout à fait tristes,
Mais où elles sont toujours teintées de bleu.
Bleu comme le ciel quand il est dégagé
Bleu comme la mélancolie quand elle devient une musique

Viens !

Viens avec moi, destination Blue Country
Viens avec moi, prends ma guitare, comme on prend un bateau.
Sur un solo d’harmonica, un accord de piano
Viens on s’en va, destination Blue Country »

Dominique , bonjour ,
 » Le bonheur
N´inspire pas les auteurs
Contrarie les lecteurs « .
Oui , c´est vrai , mais c´est pour le suspense ! On aime toujours que
l´histoire se termine bien , sinon pas trop mal .
D´ailleurs , ne dit-on pas ? C´est un gros cliché , mais je vais le dire quand même : Ils se marièrent et eurent beaucoup d´enfants …
Et à la fin du livre  » Fanfan  » d´Alexandre Jardin , c´est textuellement ce qui est écrit ! Je suis tombée des nues devant cette conclusion un peu inattendue , même si c´était la fin logique . Rire .

Darie, je vais provoquer des HURLEMENTS (je les entends déjà, avant) mais
« Ils se marièrent et eurent beaucoup d’ enfants »
est-ce une fin forcément heureuse ?
Ouille, aïe …

Hi-hi , Dominique . mais j´avais prévenu que c´était « un gros cliché  » .
Rire .

Bon, ça va, je peux de nouveau passer une tête ^^. Le danger est passé RIRE vous réagissez bien.

Bien d’accord avec vous sur l’excellence de Joe Dassin que les enfants et les petites-filles aiment bien aussi. L’évocation des « bars louches « , et ce fond musical, m’a fait penser à la danse de Gérard Philipe dans « Les Orgueilleux », sur une musique de huapango ( que je viens de découvrir…); impossible de la trouver en vidéo sur le net.

Hello Marmara, là, je suis collée, je vais me renseigner sur cette musique des « Orgueilleux » !
—– Voilà, j’ en reviens et j’ ai regardé la scène de la danse des « Orgueilleux », avec la rencontre de Gérard Philippe et Michèle Morgan pendant qu’ il danse fiévreusement pour une bouteille d’ alcool.
C’ est une musique, dans cette scène, volontairement répétitive, plate, un peu crin-crin bastringue.
J’ ai lu qu’ elle pouvait s’ apparenter (de loin) au flamenco.
Merci, c’ est un nouveau rythme (mexicain) à mon arc !

Finalement, Dominique j’ai trouvé 53 secondes du début de cette danse dans le film, via ce lien http://www.dailymotion.com/video/x5g69l_les-orgueilleux_shortfilms; mais elle dure longtemps, en réalité, comme durent ces morceaux de huapango , aux règles bien définies ; et les extraits ne manquent pas.

Merci, j’ ai trouvé la video ! francoiseuncoeurquibat.blogspot.com/2011/01/les-orgueilleux.html
Je vais prendre le temps d’ écouter d’ autres morceaux de huapango pour me faire une idée plus définie.

J’ai regardé la vidéo dont vous donnez le lien, mais j’avais bien en tête cette scène qui m’avait frappée, car elle est presque insupportable. Mieux vaut retrouver les rythmes de votre poème!

GP a une forte présence physique, c’ est un don ; à mes yeux, il en est de même pour Sean Connery, sur un écran, on ne voit qu’ eux, indépendamment de leur beauté, il y a autre chose.
Il y a un contraste entre la mélancolie et le désespoir.

Magnifique la video, revoir GP est un bonheur, il avait quelque chose de fragile en même temps que déchirant, en le regardant j’ai pressenti le côté éphémère de sa vie, je ne sais pas pourquoi. Il était de l’étoffe de ces héros fulgurants qui ne font que passer sur notre scène. J’ai beaucoup aimé le livre de sa femme, Anne Philippe, tout en délicatesse, « Le temps d’un soupir », c’est tout ce qu’il a eu. La mélancolie a deux trottoirs, on peut encore traverser, le désespoir n’en a qu’un, mais ils sont dans la même rue.

Oui Monique GP faisait fragile mais pas transparent, on ne voyait que lui.
Si la mélancolie n’ est pas pathologique (saturnienne), effectivement, elle passe et on en sort intact, c’ est l’ état d’ un moment.
Le désespoir…
Mais une mélancolique passagère et une désespérée spirituelle peuvent faire un sacré couple d’ amies.

Pour en revenir aux bars louches, si j’ose dire, il y a une poétesse, Hélène Picard (en espérant que je ne l’ai pas déjà donnée par ailleurs) qui a manié l’atmosphère de cette époque des mauvais garçons avec des vers magnifiques, un recueil titré d’ailleurs « pour un mauvais garçon ».

« j’ai cru à la fierté d’un certain déshonneur
aux ferveurs du vermouth, aux rêves de lanterne
à ce rouge as d’amour, ce riche as de cœur
beau comme l’incendie, l’échafaud, les casernes… »

Le poème est très long, je l’ai dans un recueil qui fait plusieurs pages.

J’ aime bien ces vers d’ Hélène Picard, et comme je le dis souvent à Marmara qui m’ apprend beaucoup aussi, je pars me renseigner et je reviens !
Bises.

Bonjour Dominique , Monique , j´ai lu ( j´ai dû chercher ) des poèmes
d´Hélène Picard , et ses vers sont très modernes pour l´époque . Je
n´ai pas trouvé celui de Monique , mais d´autres . Elle a eu une vie plutôt triste . On devine une personne passionnée , mais que les déceptions ont écrasée . Monique , vous avez parlé de cette poétesse , mais ne sais plus à quelle occasion . Un moyen mnémotechnique pour bien retenir son nom : Picard … Picardie… et Monique … C´est une bonne idée , n´est-ce pas Dominique ?… sourire …

Bonjour l’ amie Darie, notre Monique est une érudite et tout particulièrement, entre autres, dans le domaine de la poésie écrite par les femmes.
Elle a même publié une belle étude à cet égard.
Ainsi que nous le savons, elle est elle-même une poétesse publiée.
J’ ai noté Darie que vous pratiquiez volontiers les techniques destinées à augmenter les performances de la mémoire ce qui, dans votre cas, est particulièrement utile, vous avez le goût d’ apprendre…et vous mémorisez ! SUPERBE
Picard, oui, association pertinente avec Monique -:))

Hello Dominique,

Je tiens à corriger, je ne suis pas érudite mais disons que je suis une passionnée de poésie depuis toujours.
Il y a longtemps que je n’écris plus n’en éprouvant plus le besoin mais j’aime lire les autres, là je n’ai pas changé.
A partir de quel moment la poésie devient-elle psychanalytique ? voilà une question difficile qui nous rapproche de la mélancolie !!! rire !
bises.

Hello chère Monique,

Vous me connaissez bien, me semble-t-il, alors vous ne serez pas étonnée si je vous réponds que je ne me pose pas ce genre d’ interrogation.
Je pense qu’ il est bon de s’ exprimer, quelque soit le vecteur, artistique, artisan, création ou simplement imitation…
Je crois aux vertus de l’ amusement, le « fun » anglais, les distractions de l’ esprit.

La poésie, à mes yeux, autorise une liberté totale, et puis, elle supporte volontiers la courtitude, il n’ est pas indispensable de rédiger des fleuves, de pleurer une rivière -:))), pour exprimer émotions, sentiments et elle offre aussi une forme narrative possible, comme les fables par exemple.

Pour moi, il y a quelque chose de « chimique » dans la mélancolie, un peu trop de ceci ou pas assez de cela dans le cerveau et voilà la mélancolie qui
s’ invite…comme elle s’ en va.

Mais s’ il me semble favorable de s’ exprimer, je pense que l’ amitié et les échanges qu’ elle autorise ne sont pas moins importants dans une vie équilibrée, quelles sources d’ inspiration, de réflexion, de bonne humeur et de gentillesse !
Bises.

Bonjour Darie,

C’est vrai que je me suis attachée à la poésie féminine, Janine Moulin leur a consacré une très belle anthologie « Huit siècles de poésie féminine » éditer chez Seghers, édition épuisée mais on doit pouvoir se procurer ce livre sur eBay ou autres grands diffuseurs. Mon livre est en « guenilles », les pages s’envolent tant il a été ouvert lu et relu, une vraie bible ! les poétesses, dans l’ensemble, n’ont pas eu une vie facile, mais seraient-elles des poétesses autrement ? j’ai quatre noms de poétesses pour lesquelles j’ai une affection particulière, j’en ai rencontré trois, je dirai « in extremis » car elles étaient âgées et malades mais elles ont gardé ce merveilleux étonnement et la faculté de s’émerveiller. Deux n’étaient pas picardes mais du Nord quand même puisque belges ! Hélène Picard n’a pas eu la grande célébrité d’une André Chédid par exemple, mais grâce à Janine Moulin nous pouvons encore l’apprécier. Régine Deforges a fait beaucoup aussi pour promouvoir la poésie féminine. Longtemps la poésie fut un domaine réservé aux hommes …. Vous avez une bonne technique pour mémoriser… vous allez rire, mais je ne me souviens plus non plus quand et où j’ai parlé d’Hélène Picard… ne serait-ce pas ici, chez Dominique ?
Amitiés.

Chère Dominique,

Nous avons travaillé sur cette question intéressante lors d’une réunion entre « poètes » car certains en ont fait tout un art, c’était il y a au moins vingt ans. J’ai beaucoup aimé ces moments partagés, quelquefois avec des lectures difficiles mais bouleversantes….. comme j’aime partager ici votre poésie très diversifiée selon les thèmes choisis et illustrés.
Ne croyez pas « que le bonheur contrarie le lecteur », c’est qu’il ne sait pas le lire.
Bises.

Disons que j’ ai la poésie généraliste ^^.
Bises notre amie de Monique.

Il est ici trop question de chat et pas assez de rat .
Pour ce que j’ en disais, hein ?
Faites comme si de rien n’ était, les fifilles …

Bonjour Yannick, mais il suffisait de voir passer un rat pour que nous en parlions !
Là, ce n’est pas un haïku et ces airs de calypso, de samba, de tcha tcha tcha nous rappellent nos jeunes années, la nouvelle vague que l’on peut appeler maintenant l’ancienne vague, le temps passe !
on a tous dans la tête un p’tit air de samba ou de bossa nova !

Je lis…je lis …et je n´ai toujours pas vu de chat ! Vous êtes une souris pour avoir si peu la conscience tranquille ?… hi-hi…

JE SUIS UN RAT ROSE … ( Déformation internaute )

Oui Yannick et j’ ai même écrit une (jolie) poésie pour toi ‘Le rat rose » !

Quand allons-nous revoir le petit rat rose ? Mais si ! Celui qui trottine , avec sa patte gauche en arrière , et son ombre sur le sol . On ne savait pas où il courait , mais lui , il le savait .
Et puis , il y avait aussi la petite fille qui se balançait sur sa branche .
La nostalgie , comme disait Monique …

La petite demoiselle sur la branche s’ est lassée, son temps et ses centres d’ intérêt se balancent ailleurs…pour son amusement renouvelé.
Mais le lien avec ses petit(e)s camarades est solide -:)))

Promis, je vais tenter une résurrection Darie,
aprés tout, il y en a bien un qui l’ a réussi,
alors pourquoi pas moi ???

Et voilà, le ratounet rose est de retour !!!
Si si !

Une résurrection ? mais n’est pas Lazard qui veut même si on croit aux miracles ! Darie a raison, j’aimais bien ce petit rat rose, moqueur et espiègle, qui partait d’une patte tranquille sur le chemin des bons mots. tout en sifflotant.
La petite fille sur la branche elle aussi se balançait mutine, en regardant de haut la terre et ses flonflons.
Bon, assez de nostalgie car j’allais aussi vous dire que j’en ai assez des coquelicots « porte-poisse » (si, si, que des refusés) et puis je me lasse d’attiser les taureaux.
Notez que je n’ai pas utilisé l’expression « j’en ai ma claque » (un jour je me suis pris une baffe à la maison !) …. mais amis de l’argot bonjour ! un peu de culture :
« Ici, la claque n’est pas simplement la gifle.
Au XIXe siècle, en avoir sa claque, c’était « être rassasié ».
Dans cette expression, la claque a un sens de ‘mesure’ (avoir sa part, avoir son compte, avoir sa dose).
Le dépassement de la mesure est renforcé par l’intensité du geste violent ou du coup qu’on associe généralement à l’onomatopée ‘clac’.
En Picardie, une claque désigne une « bonne mesure de lait » et claquée a le sens d' »abondance »

Oui oui chère Monique, tout cela est fort bien dit, n’ empêche, une claque, c’ est une claque !
Madame votre grand-mère et votre joue en savent quelque chose -:)))

C’est que dans ce temps-là, la langue argotique n’était pas un art mais au contraire une forme d’extrême impolitesse ou bien du « dévergondage » ! notez que maintenant, depuis la disparition des polars de papa, il n’est plus usité. Nous sommes loin de l’élégant Philippe Clay qui pouvait utiliser « ma claque » dans un texte magnifique.

C’ est juste et Philippe Clay n’ avait pas besoin d’ une claque parmi le public qui l’ appréciait.^^

Et pour ma pétition contre les Haïku, on la lance ?

Carré vert et carré rose , c´est donc kif-kif et bourricot ? J´ai toujours aimé cette expression pittoresque .
Mes faux coquelicots , jaunes , sont partout , et se renouvellent continuellement . C´est sans entretien !
On parle de  » claque  » ? Moi aussi j´ai reçu une belle claque de mon grand-père , qui me cherchait partout le dernier jour des vacances . Et moi je faisais une dernière belle balade en vélo , tellement j´étais contente de mes vacances à la mer ! Paf , gifle et  » rentre et va chercher ta valise tout de suite « … Je monte , essaye de fermer une fenêtre sans succès … et paf , ma grand-mère , agacée , s´y met aussi ! Voilà comment on a failli me gâcher mes magnifiques vacances ! rire .

Mais Darie, rien d’ étonnant, comme les hirondelles, les baffes vont souvent par deux, ne dit-on pas « une paire de claques » ?

Bonjour Dominique . Mais c´est bien sûr ! J´aurais du me méfier 🙂
 » Comme les hirondelles  » , vous mettez de la poésie partout …
Chapeau ! ( claque , bien sûr !… )

Bonjour Darie,

-:)))))

Yannick , non , on ne pétitionne pas contre les haïkus . Au contraire !
Il y a un concours et c´est votre tour . Un haïku corse est demandé à
l´unanimité . Ou un haïku sur l´IDF ?… au choix …

Par delà mer,
grande bleue,
montagne pointe,
nuages horizon,
neige dessous,
La Corse !

Et bien voilà, Yannick, c’est y pas facile un haïku ? bravo au rat rose retrouvé et celui-ci est fort bien tourné, pas de retouche, on se laisse transporter… enfin on aimerait bien mais ma fille et mon gendre sont arrivés en Corse et sont à Calvi, direction Bonifacio et en vélo depuis le départ de la maison, ça c’est du sport…. mais ils se plaignent, en Corse il n’y a pas de connexion !!!

Qu’ est ce que je vous disais, Monique !!!
Mais ils sont arrivés et c’ est bien là l’ essentiel .
A eux les vraies vacances, quoi qu’ en vélo,
cela est hardu, ô combien …

Fraicheur, pluie, vent,
pollution et bêtise …
Ile de France ?
Oui … c’ est moi !

Peut faire mieux encore , Yannick ! Ne mettez que de la poésie . Pourquoi  » bêtise  » et  » pollution  » ? Hum… je sens que la critique littéraire me convient bien . Je sais …La critique est aisée , mais
l´art est difficile … Mais pour progresser , il faut passer sous les fourches caudines de la critique … hi-hi …
Je me lance aussi .
Foudre et fracassement
Dans l´air surchauffé
Dernier sursaut de l´été .

C´est l´averse dehors qui m´a inspirée quelques minutes :-)))
C´est fini . L´inspiration est tarie …

Bonjour Darie, normal, inspiration tarie sans eau de pluie !
Suis d’ accord, Yannick devrait éviter le vocabulaire trivial pour cuisiner un bon haïku, mais l’ effort…est louable !

Cake il a mon baragouin, y plaît pas ?
Se kom sa con cose issi, non meee !!!
Ohhh … jeu dizet … tarie !

Ah Yannick, voilà, ça c’ est correct, une jactance dans le catalogue des propos sans grossièretés, accepté !

OUF !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

…euh… je ne reconnais pas , cher signore Yannick , la lingua nustrale dont vous nous avez charmé les oreilles … Serait-ce un patois des contrées reculées de la Castagniccia , coupées de toute civilisation ?…
Bonsoir Dominique . J´ai séché sur un haïku ce soir . Mais s´il pleut encore … 🙂

Bonsoir Darie,
Nous avons eu beaucoup de pluie cet après-midi et…cela n’ a pas pour autant hydraté mon inspiration en vacances ! ^^

A l’eau les poètes, j’aurais préféré « hello ». Nulle inspiration, que des soupirs mais pas de lamentation, j’ai pris mes quartiers d’hiver, je lis et avec la lumière, incroyable !
Même avec de la bonne volonté, on voit bien que Yannick n’est pas au parfum avec l’argot mais dans le burlesque nous avons des classiques… histoire d’en rire, un texte de Geo Norge,( il eut pour belle fille Lucienne Desnoues que j’aime beaucoup) :

Zoziaux

Amez bin li tortorelle,
Ce sont di zoziaux
Qui rocoulent por l’orelle
Di ronrons si biaux.

Tout zoulis de la purnelle,
Ce sont di zoziaux
Amoreux du bec, de l’aile,
Du flanc, du mousiau.

Rouketou, rouketoukou
Tourtourou torelle
Amez bin li roucoulou
De la tortorelle.

On dirou quand on l’ascoute
Au soleil d’aoûte
Que le bonhor, que l’amor
Vont dorer tozor.

Geo Norge (1898-1990)

Bonsoir Monique, vous êtes impayable !
C’ est très marrant, comment connaissez-vous donc ce texte ?
Il est 21h ici et il fait nuit noire, l’ automne est là avec sa fraîcheur nocturne humide.
Ma chambre est comme une douce étable, trois bêtes qui viennent se réchauffer contre moi et moi contre elles, profondément endormies, bercées par le bruit discret du clavier.
Et je souris en vous lisant,
Bises.

Bonsoir Dominique,

Oui une vraie crèche je peux amener la vache et l’âne et justement pour ce qui est du petit poème je connais les âneries classiques !
Le temps est un désastre, foi de souvenir, je n’ai jamais vécu cela. Je plains les vacanciers de nos plages du Nord, pourtant très belles, une saison catastrophique pour tout le monde.
Bises.

Merci Monique, nous affichons COMPLET, bien que, en se serrant un peu…
Je ne sais pourquoi on dénigre les ânes en qualifiant d’ « âneries » des sottises, d’ où cela vient-il ?
C’ est injuste !
Et voilà que l’ on pense déjà tenues d’ automne, le bordeaux sera à la mode cette année, à porter audacieusement avec du bleu sombre.
Les couleurs de l’ été ne sont plus de mise, à la remise.

L’âne est un animal très intelligent un peu têtu mais courageux et il a un long passé d’esclavage, maintenant il a mérité de gambader heureux dans son pré… malheureusement, dans beaucoup de pays, il reste une pauvre bête de somme. Le poète Francis Jammes leur a dédié une émouvante « prière pour aller au paradis des ânes ».
Du bordeaux avec un bleu sombre ? l’automne ne s’annonce pas gai dans les penderies ! les affaires d’été sont flambant neuves, Il faut viser dans la demi saison toute l’année…. verrons-nous un flocon cet hiver ?

Cela peut-être joli avec un maquillage adéquat sur un teint pâle et puis des accessoires.
Des flocons, oui plein !
J’ ai vu un reportage sur Chamonix aujourd’ hui, fête des guides de haute montagne, on aurait la pluie d’ un jour de novembre…

Bonjour Dominique et Monique .Heureusement en France , on réhabilite
la bonne réputation des ânes , qui sont comme dit Monique , intelligents et courageux . J´ai vu un docu. il y a 8 jours sur les ânes du Poitou , les baudets plus exactement . On a récupéré cette belle race d´âne in extremis , en leur donnant des activités précises , notamment dans les vignes . Avec de la volonté , des buts précis , des gens enthousiastes aussi , les ânes retrouvent une fonction et par là , une bonne vie avec
l´Homme .
On sait aussi qu´en Bellissima Corsica , grâce à notre expert Topu ,
l´âne corse coule de meilleurs jours désormais . C´est bien .

U sumeru in Corsica, il a été le véhicule de l’ Histoire !
Sans lui, rien n’ aurait été possible, il a souffert, c’ est
vrai, mais aujourd’ hui, il coule des jours heureux, ce
qui ne fut pas tellement le cas de ses ancêtres, à la
fois, tracteur, camion, voiture, brouette et j’ en passe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

juillet 2014
L M M J V S D
« Juin   Août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
juillet 2014
L M M J V S D
« Juin   Août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 130,593 hits
%d blogueurs aiment cette page :