happy days

Rivage d’ automne

Posted on: 30 septembre 2013

Boudin Le rivage de Portrieux

Boudin Le rivage de Portrieux

Une mouette morte est bercée par les vagues
Elle viendra s’ échouer bientôt sur la plage

Et se mêler aux bois et pâles coquillages
Cassés
Par le mouvement rythmé des marées

Un rivage d’automne
Délaissé
Monotone
Au loin un bateau amarré

Seuls les vieux s’ y promènent
Emmitouflés de laines
Ils marchent lentement
L’ âge rend prudent
Se tiennent par le bras
Au cas

Les pierres hasardeuses
Détachées des falaises
Creusées en parenthèse
Sont dangereuses
Aux pas

Ils montent ainsi
Parmi les genêts et bruyère
Prendre l’ air
Jusqu’au belvédère

Et là
Les attend
Un vieux banc de bois
Erodé par le vent

Ils ont le temps
Assis
Ils contemplent la mer.

(copyright)

Publicités
Étiquettes : , , ,

31 Réponses to "Rivage d’ automne"

Un bon rythme, comme si on marchait au bord d’une plage encore en septembre…

Oui France, c’ est celà, on déambule sur la plage, au pied des falaises, la jeunesse est partie avec l’ été, métaphore ou non, c’ est selon (sourire).
L’ énergie fait place à la monotonie qui peut être agréable aussi, la contemplation.

Ce paysage ressemble à celui d’aujourd’hui, et il permet des mélancolies passagères, rafraîchissantes…et puis on part vers la ville qui est si animée en hiver avec les lumières,- mais pas trop, ou la campagne, son « or et sa pluie », merci aussi Marmara !

Ce qui me frappe d’emblée , c’est bien le rythme , comme celui des vagues , qu’on croit entendre s’écraser sur la plage; mais aussi l’idée de la mort: la mouette, ces vieux , comme ceux de Brel, vers lesquels elle arrive. Tableau magnifique de Boudin , qui donne envie de s’y perdre.

Marmara, c’ est un regard différent sur l’ automne, en effet. Il n’ y est pas question de migrations d’ oiseaux, des couleurs fabuleuses des sous-bois, c’ est une méditation sur le temps, les saisons de la vie.
Ou bien, une simple description d’ un rivage d’ automne.
Libre à chacun de …
Amitiés.

Très jolie peinture, ce sont les premiers pas dans le vent et les vagues. J’aime cette simple promenade marine qui raconte les plages désertées des jeux, c’est l’heure d’une certaine solitude des lieux, ne reste que l’écho des rires de l’été, c’est la saison des vieux bien souvent, une dernière promenade avant l’hiver de la vie. Le banc est un familier dans un décor et c’est peut être l’essentiel pour admirer la beauté de cette mer grandiose. J’ai un peu les cheveux humides.

Monique, le banc est le repère, le point fixe qui résiste aux éléments et au temps.
C’ est une station.

Et parfois une gare, Dominique.

Lassé de la couche de Censure qui sévit, là, sur ce Blog,
j’ exige à sa créatrice des excuses et ce au plus tôt, mais aussi
en bon uniforme, car en civil cela laisserait trop à désirer, si si !
Me suis je bien fait comprendre ?

T’ as raison mon pote, trop c’ est trop, j’ viens ici un peu
pour lire Astérix, yeuter les images et j’ me tape un texto
incompréhensible sur un volatile qui se bronze sur le sable,
pas de quoi en faire un fromage et elle appelle çà, un poème,
mais dites, c’ est quoi ce machin là ?

Messieurs Mécontent et Solidaire, veuillez cesser, je vous prie, de vous plaindre.
C’ est un endroit correct ici, surveillez votre style.

Oui, Dominique mais voilà on vient se défouler au bord de la mer pour oublier la censure de Louison (c’est la guillotine) ! je vois qu’on se la fait à la Audiard ? à la Blondin, à la Boudard ? quoi, ferait-on de l’anti culture ici ? de la dentelle en plastique ? des fleurs d’épitaphe ? oublions la rudesse du moment et laissons nous aller sur cette grève où nos pas se perdent à l’infini, nous sommes des hommes de sable et de vent.. cela me rappelle ce superbe poème de Lanza del Vasto

« La maison de vent

J’ai ma maison dans le vent sans mémoire,
J’ai mon savoir dans les livres du vent,
Comme la mer j’ai dans le vent ma gloire,
Comme le vent j’ai ma fin dans le vent. »

Oui la hérissonne, avez-vous vu ces insatisfaits du moment (rire)?!
 » … écoute la réponse dans le vent »
C’ était chanté par Joan Baez.

 » NOUS  » … au moins, on ne pique pas, parce qu’ à Domi,
on a rien à lui piquer, juste recevoir c’ est tout !
Passez votre route, la hérissonne et attention de ne pas
vous faire écraser, espèce d’ ortie des champs picards,
non mais !

Gratte gratte,
Gratounette !

Quelle belle chanson , « mon ami écoute dans le vent », c’était pas du Bob Dylan ?

J’ en sais rien,
mais du vent dans les yeux,
avec plein de sable aussi
et de la pluie par dessus,
mais aussi au dedans,
voire même en dessous,
hi hi hi … ça chatouille …
J’ ai donné, foutue région,
laquelle à votre avis ?

Hello Yannick, la cˆote d’ Opale, un jour de tempˆete en novembre ?

Bien vu, d’ ailleurs çà ne pouvait être que là-bas,
pauvres gens, tu te souviens, ils étaient 3 sur la plage,
avec 2 cleps tout petits, mouillés qu’ ils étaient eux,
à affronter de face les éléments, pas comme la hérissonne
dans sa samoissonne, ou sa harley davidson, je ne sais plus …

J’ y étais l’ ami, et toi aussi !
Un joyeux souvenir, mais quelle soupe …
J’ aime imaginer la hérissonne sur son Harley David sonne sonne !

Mais mon cher Yannick, de quelle région parlez-vous ? serait-ce le Nord et sa Manche ? non, bien sûr, cette région est réputée vivifiante, l’air y est vif, certes, mais les maisons sont si charmantes, les gens sont chaleureux, oui, même en dehors de la chanson d’Henrico M…. et puis la sole grillée, le petit Sancerre, ou carrément le homard … bref, je m’égare dans des considérations purement culinaires, laissons la place à la poésie de Dominique.

Je vois là que la défense de la Picardie et du Nord,
de la Manche aussi est toujours aussi bien assurée,
mais si en plus, vous me prenez par les papilles,
Monique, vous risquez de me traîner fort loin en ce
plat Pays grisailleux, pluvieux et parsemé d’ ornières,
dites et si on se faisait un p’ tit piquenic champêtre
au pré aux biques, entre deux averses ou plus
romantique, sous un joli ciel noir et sans étoiles ?

Vous faites forum tous ?
Mécontent et solidaire, Yannick, la hérissonne sonne et Monique, BONJOUR !
Et on finirait sur une bonne tarte aux pommes !

Amen … la tarte aux pommes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Tu vois, je sais faire l’ unanimité, pour ne pas dire … emporter le morceau !

Mécontent et Solidaire, mais c’est quoi ce raffut ? ah, je vois qu’on a des souvenirs communs de soupe trempée, ou l’inverse ! attention la hérissonne pas trois fois, c’est pas un facteur ! mais reste les cloches avec les Compagnons de la Chanson, là aussi elles étaient trois !

Interprétée entre autres par Les Compagnons de la Chanson,
Mireille Mathieu t Edit Piaf, Les Trois Cloches est une chanson écrite par Jean Villard (dit Gilles) en 1939 .
Voilà une précision qui ravira Monique, d’ autant que même
il y a de ça peu, Chjami Aghjalesi aussi l’ enregistra en langue
française, ben oui le p’ tit Nicot François, il est bien gentil,
mais il n’ est pas de chez nous !

Bravo Yannick, ça c’est la culture que l’on aime, tout en chanson ! mais une chanson est impérissable, pourquoi se souvient-on d’une chanson et pas d’un poème ?

Oui, nous faisons forum bien que la hérissonne me rappelle quelques titis parisiens bien campés sur leurs jambes, les pieds dans leurs galoches à semelles de bois …

Vous avez remarqué comme nous sommes sortis du sujet ? oui, comme le dit Marmara, on pense à cette chanson de Brel, mais Pierre Corneille , lui, se montre un peu vachard (excusez l’expression), le poème a été écrit en 1658 pour Marquise- Thérèse de Gorle, dite Mlle Du Parc :

A la Marquise

Marquise, si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu’à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m’a vu ce que vous êtes;
Vous serez ce que je suis.

Cependant j’ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n’avoir pas trop d’alarmes
De ces ravages du temps.

Vous en avez qu’on adore;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.

Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu’il me plaira de vous.

Chez cette race nouvelle,
Où j’aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu’autant que je l’aurai dit.

Pensez-y, belle marquise.
Quoiqu’un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu’on le courtise
Quand il est fait comme moi. »

Pour la petite histoire, Tristan Bernard a imaginé la réponse de la belle marquise :

« « Peut-être que je serai vieille,
Répond Marquise, cependant
J’ai vingt-six ans, mon vieux Corneille,
Et je t’emmerde en attendant. »

On peut aussi imaginer une autre réponse que Thérèse de Gorla, comédienne chez Molière, qui dédaigna ce pauvre Corneille éperdu d’admiration devant sa beauté, aurait pu écrire, mais elle ne l’a pas fait. A vos plumes !

Et chère Monique, Brassens l’ a mis en chanson.

Les promenades d´automne ,ou même d´hiver , sur les plages éventées
ont un effet unique , je trouve . On avance à reculons ( enfants ) , les adultes se tiennent par le bras . On parle du chocolat , des gaufres
au sucre qu´on va manger . Les enfants auraient préféré une course en
cuistax ( je devine les yeux intrigués des non-initiés :))) L´enfance accumule des souvenirs innombrables , et je revis tous mes WE à
Nieuport , la plage belge la plus proche de la France . C´était sympa .
Vous faites revivre mes bons souvenirs , merci Dominique , et ce
n´est pas la première fois …

Oui Darie, le Nord, ça nous connait !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

septembre 2013
L M M J V S D
« Août   Oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
septembre 2013
L M M J V S D
« Août   Oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blog Stats

  • 130,187 hits
%d blogueurs aiment cette page :