happy days

Goupil de ville

Posted on: 25 février 2013

Pieter Boel

Pieter Boel

Sous un éclairage froid
C’ est une nuit d’ hiver
Dans la pâle rue noire
Un renard
Aux yeux verts
Rousse créature
Etincelle l’ obscure

Je ne sais s’ il me voit
Dans cette pièce sombre
Sans ombres
Où immobile je me tiens

Rien
Nulle luminescence
Signale ma présence
Il scrute à travers le carreau
je me garde de bouger le rideau

Est-ce lui l’ acteur
Ou bien le spectateur
Quel est de nous deux
Le voyeur
Le curieux

La bête noctambule
Détourne la tête
Voilà qu’ elle déambule
Pas plus grande qu’ un canin
Son long museau est fin

Puis soudain escalade
Une haute palissade
Et saute dans un jardin

Son fouet large et fourni
Est comme fier étendard
C’ est certain
Ce n’ est pas un chien
C’ est un goupil
De ville
Un renard
Londonien.

(copyright)

Publicités

28 Réponses to "Goupil de ville"

D’ abord un cleps, cela ne franchit pas ainsi les palissades,
en tous cas, pas les tous petits, tels ceux de la famille rat,
les yorkshire … et PAF !
Pour la suite, je dirai que cette pièce est bien relevée
et n’ a point besoin de tabouret, pour être à la hauteur,
elle dépasse ainsi et de loin, sa propre créatrice, qui là
aussi, est en la Poésie, comme poisson rouge serait
en son bocal, à l’ aise dans ses écailles et de cela,
il n’ y a rien à dire, en parcourant ce poème, c’ est la vie
elle même de ce renard, que nous contemplons, naturelle,
de ce côté du vitrail, cela n’ en est que plus impressionnant,
tout juste si de lui dire de ne pas oublier de refermer la
poubelle, il faudrait, tantce poème là, c’ est du vécu !

Merci beaucoup YANNICK !
En ce qui concerne les poubelles, la municipalité de Londres est un exemple à suivre en terme d’ organisation de tri sélectif et livraison de grandes poubelles profondes avec fermeture conçue de telle sorte qu’ un animal ne puisse soulever les couvercles.

Ce qu’ il y a de génial avec notre poétesse Dominique,
c’ est qu’ elle peut  » toucher à tout « , j’ entends par là,
s’ adonner à tous les styles et que cela passe comme
lettre à la Poste, mais non comme Collissimo …
Elle nous signe là et encore là une franche et belle poésie,
simple et enjouée, toute fraiche, non issue de son imagination,
mais plutôt sortie tout droit de son propre vécu londonnien,
celui qu’ elle affectionne tant et où elle s’ épanouit dans la vie
et qui comme chacun le sait, est parsemé de ces petites bestioles
sympathiques et rousses, communément appellées … renards …

Mais ce renard est le mien… oui, celui que j’ai vu passer furtivement, là-bas, entre les maïs, il a sauté prestement, évitant ainsi la clôture électrifiée, il est rompu à tous les pièges et déjoue les chasseurs qui en veulent à sa peau et à sa vie… quelque part cacher dans une grange, sous les litières animales, il y a deux petits qui attendent !

Quel joli texte, qui est l’observateur ? on dirait qu’il fait corps avec le renard, on dirait qu’ils se comprennent et se respectent.

C’ est moi, c’ est moi !
RIRE, bonjour notre Monique !!!!!

Dans les gros animaux , j´admire le tigre qui est une vraie splendeur .
Oui , j´arrive au goupil , je ne suis pas hors sujet . Et le renard est , dans
le registre des moyens , mon animal préféré . Sa tête en triangle , avec
un peu de blanc , de noir , son beau corps roux flamboyant ( vraiment
orange !) , et la queue très fournie pour équilibrer le volume du corps ,
c´est une très belle bête . J´espère que ma description lui fait honneur , autant que le poème décrit si bien son attitude . Et quand on observe des renardeaux , là je fonds , ils sont à croquer ! expression ad hoc
pour ces petits bandits de grands chemins ! 🙂 On les traque un peu
partout , et pourtant quel plaisir d´en voir un trottinant , la queue dans
l´axe du corps , et le museau en avant .
Un renard londonien ! J´espère qu´il y a des lapins ( des vrais ! )
dans la City , pour le renard ….

Bonjour Darie,
Jolie description de tous ces animaux qui sont des splendeurs, c’ est vrai que le renard trottine, avec un petit chaloupé de déhanchement …
Je n’ ai jamais vu, à London, un renard s’ en prendre à un lapin, en revanche, à des boîtes de chips McDo … si !
Ici, Darie, il n’ y a pas de « hors-sujet », concept inconnu,
libre expression, tout est possible !
On rebondit, rebondit, rebondit jusqu’ à la lune !!!!!!

Les animaux savent vivre ensemble, ils savent s’ignorer supputant certainement leurs chances innées qui ne sont pas égales, ils évitent l’attaque. Mais un loup ou un renard ont une véritable stratégie de chasse, à aucun moment ils n’attaquent l’homme dont ils se méfient, mais nous épient pour connaître notre rituel qui leur donne le signal d’entrer dans un poulailler ou une ferme.

Ici, une renarde a caché ses deux petits dans de la paille de façon à ce qu’elle seule puisse les atteindre. Se voyant découverte, elle a abandonné les petits qui ont été élevés par une amie et une fois devenenus forts, ils ont été remis en liberté. On a retrouvé dans un champ les deux corps sans vie des renardeaux qui ne savaient pas chasser parce que leur instinct sauvage est dicté par la mère et pas par les humains.

L’ issue était inscrite dans la démarche, il y a l’ instinct mais aussi l’ apprentissage.
Qui a tué les renardeaux ?

Aucune plaie apparente sur les renardeaux mais les chasseurs n’utilisent pas toujours des balles, et chez les agriculteurs il y a aussi « les pâtées » ! c’est vrai que ces animaux déciment les basses-cours et qu’il leur est facile d’embarquer une poule, quelquefois des petits chats !

Le titre du poème est fort harmonieux, Dominique, mais il fallait s’attendre à des histoires tristes et vraies, car les renards des villes ne sont pas dans leur élément. Où seraient-ils en sécurité, d’ailleurs ? Trop beaux, fragiles en réalité.
Peut-on les -apprivoiser- en les- approvisionnant -régulièrement ? Est-ce permis ?

Plaisir de vous lire ici France.
Les renards à Londres sont heureux, il y a tant de jardins privés et de parc et les terrains autour des stations de lignes suburbaines de chemin de fer.
Ils se nourrissent de boîtes pour chien, de poubelles et autres petits animaux qui vivent aussi dans la capitale.
J’ en vois quasiment tous les jours, dans mon jardin, dans la rue, avec des renardeaux la nuit.
Ils ne se laissent pas approcher, mais eux s’ approchent .
Rien n’ interdit de les nourrir.

Qui se souvient du roman de Mary Webb- « La renarde » ?

Ancien souvenir, le film avec Jennifer Jones !
Je n’ ai pas lu le livre.

Est-ce que ces renards très hardis ne sont pas agressifs avec vos
petits yorks ? Ils se défendraient , j´en suis sûre , mais les renards
sont plus gros . Et n´y a-t-il pas des risques de gales ou de la rage ?

Bonjour Darie, la rage n’ est jamais entrée sur le territoire de GB, et nombre d’ opposants au creusement du tunnel sous la Manche en avait fait un argument de salubrité.
Les renards évitent les chiens et une nuit, j’ ai entendu du bruit et je suis descendue dans la piède du r de c qui donne sur la rue déserte : mes deux chiens étaient sur le large rebord de fenêtre, postés comme deux gros chats rieurs de Disney, une renarde était allongée dehors sur mon coin de gazon, observant la fenêtre, tandis que son renardeau faisait le clown pour retenir l’ attention de mes boyz !
Je n’ ai jamais entendu parler de gale, en revanche une attaque récente d’ un bébé dans sa chambre par un renard (?) pourrait susciter des réactions municipales . C’ est rarissime.
L’ odeur de l’ urine des renards le matin dans mon jardin est à tomber raide, et mes clebs qui ont suivi les traces, passent directement en baignoire !!!!

Je me permets d’intervenir
Une scène à la Disney: l’ avez-vous photographiée ?

Bonjour France, vous savez, c’ était en pleine nuit, mais c’ est vrai qu’ on devrait avoir avec soi un appareil photo, prêt à l’ empmloi, et raison de plus si ce sont des intrus !
C’ était tellement amusant et touchant !

C’est dans les vieilles expressions que nous puisons un peu le caractère des animaux, comme malin comme un singe, rusé comme un renard, intelligent comme un loup, faux comme une fouine et malheureusement bête comme une oie ce qui est vrai pour les oies de basse-cour.

Le commentaire est parti tout seul ! le renard est considéré comme un ennemi dans les campagnes, il a mauvaise réputation mais en fin de compte il fait moins de dégâts que les corneilles et les étourneaux, par exemple, qui consomment 30% des récoltes céréalières. Il est difficile ici de savoir quel est leur nombre, mais ils sont décimés et chassés. Parfois, en plein jour, on peut en apercevoir un qui se faufile dans les maïs, maigre et efflanqué, mais quel regard vif !

L’ hiver, même en pleine ville, à Londres, leur pelage devient magnifique et volumineux.
Aux beaux jours, c’ est vrai qu’ ils ont l’ air mince, quasiment efflanqué.

Bonjour amies , amis des renards et de la poésie- ainsi que de la très belle et sobre illustration : une amie qui vit à la lisière de la campagne en Bretagne me dit qu’elle voit aussi la nuit des renards s’approcher de sa maison, où vit un chien gentil. Quand elle circule en voiture, la nuit, également, elle en croise souvent qui traversent la route, panache au vent. Elle espère ne jamais en écraser, car un jour elle a percuté une biche, très mauvais souvenir.

Hello France, c’ est certainement un traumatisme que de tuer un animal sur la route.
L’ illustration date de la fin du XVII ème siècle.

J´ai regardé un peu les œuvres de Pieter Boel . Il reproduisait parfaitement les attitudes des animaux . Il fallait bien les observer pour obtenir un si bon résultat car il n´y avait pas de photos à l´époque .
J´aime bien la quatrième strophe qui montre l´interrogation de l´animal
face à celle de l´humain .

Oui Darie, Pieter Boel devait être un fin et patient observateur pour reproduire si bien les attitudes animales, de même un dessinateur talentueux.
Ce sont des qualités qui font mon admiration !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Blog Stats

  • 131,485 hits
%d blogueurs aiment cette page :