happy days

Et nourrir les oiseaux

Posted on: 20 février 2013

jan Groenhart

jan Groenhart

J’ ai mis dans un sac
De papier brun
Du pain sec
Pour porter aux oiseaux
De la plage
Etourneaux
Mouettes et moineaux

Je suis du paysage
Mes cheveux comme des algues
Sculptés par les embruns

Une proue de bateau
Une statue de sel
Un marbre de Praxitèle
Qui renait de l’ eau

Tout cela je suis
Et une femme aussi
Qui respire
L’ air
De rien

Immobile et tranquille
J’ ai ouvert
Le petit sac brun.
(copyright)

Publicités
Étiquettes :

9 Réponses to "Et nourrir les oiseaux"

Et manque de chance, au moment ou je l’ ouvrai ,
attendant les oiseaux, un rat est passé et l’ a vidé,
mon sac, pas le sien, c’ est que discret il est,
cet animal …

Je n’ en crois pas un mot, il n’ y avait pas de loukoums dedans …

Disons plutôt, Dominique, que désormais,
il n’ y en a plus, vous avez donc été bernée …
On ne trompe pas ainsi un rat, d’ autant que celui ci,
il n’ est point n’ importe lequel, car tous ici, nous savons
que de rose, il est fait, ce sublime petit rongeur,
aussi génial, qu’ imprévisible …

Et bien, il n’ y en a plus, au moins, je ne serai plus tentée !
(surtout par les roses … je parle loukoums, bien sûr !)

Allô la Poste, 3 Kg de rose pour Dominique et en
Colissimo s’ il vous plait …
Dites, 3Kg, cela nous fait un beau ratounet rose, non ?
A moins que présentés sous forme de loukoums ?
Encore !!!!!!!!!!!!

Bonjour Dominique et Yannick,

Puis-je vous faire remarquer que vous êtes « hors sujet » ? comment non ! mais si, mais si. Il est question de la mer, d’un sac en papier brun contenant de la nourriture pour les oiseaux… mais pourquoi en papier ? avec le vent et les embruns, il vaut mieux du plastique, gardons l’esprit pratique… et puis, auriez-vous la fraternité de me donner quelques loukoums ?

Bonjour Monique, il parait qu’ il n’ y a plus de loukoums, désolée !
Et un sac en papier brun parce que les tortues prennent les sac en plastique pour des méduses.
Le sac en papier brun a contenu des légumes, des fruits …

En avant pour les tortues :

« Tortue, ô ma petite sœur,
Moi, je sais que tu suis un rêve,
Dans le gazon gonflé de sève,
Dans le jardin qui sent la fleur.

Tous ceux qui n’ont qu’une âme brève
N’ont découvert que ta lenteur ;
Tortue, ô ma petite sœur,
Moi, je sais que tu suis un rêve.

Sous l’inoubliable lourdeur
De cette écaille, que soulève
Le rythme d’un trop faible cœur,
Tu rêves d’un monde meilleur,
Tortue, ô ma petite sœur !

(Rosemonde Gérard, Les Pipeaux, Paris, Bibliothèque-Charpentier Fasquelle, 1923)

J’ aime beaucoup cette tortue qui lentement sort … hors sujet !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Blog Stats

  • 130,187 hits
%d blogueurs aiment cette page :