happy days

AUTANT EN EMPORTE LES VENTS

Posted on: 24 janvier 2013

AP
– « Monsieur l’ apothicaire
Pour une petite misère
Une constipation
Avec vents contraires
Et puis éructations »

– « Tiens
Dit le pharmacien
(Il m’ avait connue enfant
Je lui achetais du Zan)

Prends
Et donne ceci à l’ imaginaire
L’ atrabilaire

Aux grands maux
Les grands remèdes

Aux gros mots
Point de remède
En pot
Ni en cachet

La seule aide
Pour cette
Allergique à la galette
Un petit sachet
De poudre d’ escampette
Ainsi ira-t-elle ailleurs
Empester d’ autres petits bonheurs. »

Blanche de Pastille
(copyright)

Dédié à AP

Publicités

13 Réponses to "AUTANT EN EMPORTE LES VENTS"

C´est tout l´art de la transformation , d´une contrariété , en subtilités
épistolaires …… :)))))

Bonjour Darie, le pamphlet est un art, en cela, il se distingue de la vulgarité qu’ il écarte et choisit d’ ignorer ! ^^

Bonsoir Dominique,

J’aime le style pamphlétaire, peut être est-il plus facile à écrire parce qu’il part d’une ironie, parfois mordante, plus aisé à exprimer que la beauté d’un clair de lune ! mais « croquer » c’est quand même tout un art, certains le font en dessins humoristiques.

Nous n’avons pas épuisé tous les remèdes de votre brave pharmacien, j’aurais acheté, moi, des dragées…euh… Fuca !

Rire !
Bises, chère Monique.

Le Coca cola, vous connaissez peut être, a été inventé,
nous dit Ratoupédia, par le pharmacien John Pemberton,
Il tire son nom de sa première composition, la feuille de coca et l’utilisation de noix de kola, la boisson était alors préconisée alors, comme remède contre les problèmes gastriques,
maux d’estomac et diarrhée .
Il serait bien plus précis d’ affirmer ici, que ce pharmacien
n’ a pas découvert, mais adapté, une recette d’ un autre
pharmacien, corse celui là et antérieure de 20 ans au moins,
mais qui lui, ne jugea pas utile de remplacer le vint cuit, par
soda et caféine, le premier comme le second, eurent
leur heure de gloire, mais aujourd’ hui, il est de bon aloi
de rappeler que de ce truc qui mousse et qui est bien
moins bon que le Mouss’ or, il est un peu de nous aussi,
comme tant d’ autres choses de ci de là, tel ce somptueux
ratounet rose que tous, nous avons pu croiser du temps
où il se dégourdissait les pattes, sur un Réseau public,
bien connu de vous .

Un petit pamphlet, dans un autre registre, composé en 1993 :

« La divine comédie ou le plateau du monde »

Monsieur de La Fontaine
comme vous aviez raison
la vie est une scène
celle de la déraison.

Le plateau est immense
et nombreux sont les comédiens
qui vont rivaliser de science
Pour changer le cours du destin.

Certains jouent la Puissance
soutenus par quelques gredins
à grands coups d’éloquence
ils sont les maîtres du festin.

Derrière suivent quelques bons à rien
qu’on regarde avec déférence
et qui boivent des pots de vin
à s’en crever la panse.

Incomplète serait la comédie
sans une armée de marionnettes
de l’ordre, elle est la parodie
avec képis et mitraillettes.

Il y a toujours les bien-pensants
de l’Ecole de la Vertu
qui le soir s’en vont chassant
une quelconque ingénue.

Voilà enfin les notables,
ils font commerce de profits
et vivent de dessous de table
en attendant le Paradis.

Et ces dames de la charité
des beaux dimanches chapeautés
et joyeux plumage et joyeux ramage
et médisance enrubannés.

Il y a aussi les intouchables
qui baignent dans la compromis
ils n’ont jamais les mains sales
sauf pour trouver un alibi.

En coulisse sont les souffleurs
jamais par devant, toujours par derrière
ils tirent les ficelles des plaideurs
comme le fit Perrin Dandin naguère.

Et puis vient la Cour des Miracles
les gueux, les crève la faim, les sans logis
c’est la grande masse du spectacle
de ceux qui restent des incompris.

(suite)….

Quelle bouffonnerie pantagruélique
entre les compères et les comparses
la justice devient une farce
et le pouvoir une tactique.

Monsieur de La Fontaine
vos animaux ont plus de bon sens
que les hommes n’ont de conscience
et le crier bien haut en valait la peine..

(ML – SACEM- recueuil N°22, novembre 1993)
tous droits réservés.

Ha, on parle de Zan ? J’arrive…

RIRE !
Vous nous manquez,
Cordialement.

Ce que j’ apprécie ici, c’est plus la recherche dans l’ illustration,
que la démarche poétique qui s’ y colle et d’ elle, elle me fait rire
et aux éclats !

Et oui Yannick, c’ est un peu comme coller un timbre !

Mais là …avec une, déjà timbrée, même pas besoin,
d’ y mettre langue ou colle, vive le progrés et par les
temps qui courent, des déjà timbrées, on en trouve à
profusion, on devrait même les avoir en carnets, je
vais de ce pas, me renseigner !

Je peux te renseigner, on les trouve en pile au siège virtuel d’ un journal.fr !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

janvier 2013
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
janvier 2013
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 130,153 hits