happy days

Beaux yeux marrons

Posted on: 26 juin 2012

Le regard profond
De ses beaux yeux marrons
Me caresse
Et sa tendresse
Me touche

Je pose un long baiser
Appuyé
Sur la soie de sa tempe dorée

Le doux satin
Sous ma bouche
Me dit d’ où il revient
Qui garde l’odeur
Des grands chemins
De ce bandit fugueur

Mon bel amour de chien.

(copyright)

Publicités
Étiquettes :

8 Réponses to "Beaux yeux marrons"

Mince …
ils sont marrons les miens,
mais avec du vert au dedans,
je ne puis être chien,
mais j’ ai été rat …
Rien n’ est perdu
et puis,
pour savoir d’ où je viens,
point besoin de satin,
puisque soi je suis,
non ?

très joli poème pour un chien, le meilleur ami de l’homme, celui qui comprends tout silencieusement, le fidèle jusqu’au bout. Voici un très beau texte du chanteur compositeur Georges CHELON

Je m’appelle Sampa Et bien que chien bâtard Je fais tourner la tête A bien des pedigrees. Je m’appelle Sampa,
Je suis né quelque part. Je m’appelle Sampa, Et mon histoire est belle Je mouille des divans, Je souille des parquets, Je vis auprès d’un roi Comme un chien de poubelle. Je m’appelle Sampa, Et j’ai des yeux qui parlent, Un corps qui fait le fou, Un coeur qui se remplit
De tant et tant de joie Qu’une caresse régale. Je m’appelle Sampa, J’ai des maîtres fidèles, Lui me donne du mal A me faire obéir,
Mais quand il n’est pas là, Je suis seul avec elle. Son amour à lui, C’est mon amour à moi. Comme elle est jolie, Comme elle est gentille. Son amour à lui,
C’est ma maîtresse à moi, Et, quand elle me sourit, Moi j’ai les yeux qui brillent. Elle m’appelle San San ,Et je l’aime et elle m’aime. La nuit je dors près d’elle, Et au matin je la réveille D’un coup de patte Ou bien d’un coup de dent. Je m’appelle Sampa Et mon histoire est courte. Pour aller du lit où je dormais Jusqu’au jardin où je repose, Il ne m’aura pas fallu un an.
Toi le jardin, je te connais Dans tes moindres recoins .Hier encore je t’ai prêté un os Aujourd’hui je te donne les miens.Je m’appelais Sampa Et j’étais chien batard. »

Chère Dominique Impossible d’aligner le texte de la chanson dans l’encadré. J’aime beaucoup votre poésie à vous, dépouillée mais tellement expressive qu’on en ferait un tableau ! joli Renoir !!!

Il n’ y a pas à dire, Monique, elle est douée notre copine,
à faire remonter en surface bien des sentiments et de les
convertir ainsi en poèmes aussi agréables à parcourir …
C’ est léger, frais, vivant et mon Dieu, quel style !
On voit bien que c’ est moi qui guide sa plume depuis
4 ans déjà …
Euuuhhhh … Monique …
Elle ne vous en avait rien dit encore, alors je me jette, si si,
appréciez mon pseudo à tout ses écrits, (copyright),
ben oui, c’ est moi !

RIRE peut être non partagé par notre poétesse,
mais comme absente, autant en profiter .
Allez une couche encore, merci Monique d’ être passée
et sur MON Blog !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bonjour les amis !

Je suis bien contente que ce petit poème vous plaise .

Je le lis à mon chien qui reconnait les phrases tendres que je prononce souvent, enfin, il a SON poème !

Monique en a un, Yannick a le sien et Pascale, bientôt en aura .
… et d’ autres qui ne s’ en doutent pas … qui ne le savent pas même s’ ils me lisent .

Merci Monique pour le texte de cette chanson que j’ ai plaisir à retrouver .
Jean Ferrat avait écrit sur son chien aussi, il me semble que c’ est « Oural » .

Pascale … en vers ?
Ouille ouille ouille …
WAAAOOOUUUU, tout un poème !
Une mise en boite donc ?
Bon courage Dominique .
A vos risques et périls !
Dommage, on vous aimait bien …

RIRE

Mon ami, plus un mot … on pourrait nous entendre …

hurlement de RIRE

J´aime beaucoup les chiens , mais ceux des autres , car c´est le
symbole-même de la fidélité . Ils demandent beaucoup d´attention ,
de temps . Quant à embrasser le chien , non-non , ce n´est pas
possible . Mais plutôt que je cheval , c´est le chien , pour moi , la
plus belle conquête de l´Homme . Chiens de berger , chiens-sauveteur ,
chiens d´aveugle , même sans profession , ils sont géniaux . Je vois
souvent dans la rue , une dame très âgée avec son rullator , avec son petit Westie attaché , et on se demande qui tire qui ! Une vraie symbiose . Quelquefois , je me demande ce qui adviendra de l´autre quand l´un des deux partira …Le poème est fort spontané ! Quand
au tableau , quelle expression et de charme . Et on devine l´air mutin du
petit chien ! Je découvre des merveilles avec vous , merci Dominique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

juin 2012
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
juin 2012
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Blog Stats

  • 130,177 hits
%d blogueurs aiment cette page :