happy days

TU T’ EN VAS …

Posted on: 19 mai 2012

Te souvenir de moi
Est une fatigue profonde
Dont tu ne te remets pas
Je ne suis plus
De ton monde
Amoindri et reclus

Tu t’ éloignes sans peur
C’ est ton sens du bonheur

L’ indifférence

Tu seras bien
Tu n’ auras plus de soucis
C’ est ce que tu as dit
Aux tiens

Ton esprit pense
Des mots
Tes lèvres en forment d’ autres
Tu ris
Quelle importance
Cette danse
Effrénée
Des sons insensés

Ta mère est maintenant plus jeune que toi

Ai-je de ses nouvelles
Est-elle toujours belle ?

Cette plante glorieuse
près la fenêtre ouverte
C’ est elle qui l’ a offerte
Elle est si généreuse !

Je dis oui d’ un sourire
Et soupire
Moi ta fille ou bien ta mère
Une chaîne de femmes
De fortes âmes
Des filles qui sont mères
de leur mère

Tu ne sais plus le temps
Du reste jamais
Cela fut important
Le temps qui est

Tu es ton univers

Je te regarde fragile ainsi le verre
Et pourtant si dure comme toujours
Une armure

Encore un jour
Et puis …

Je ne sais pas

Tu t’ en vas …

(copyright)

Publicités

15 Réponses to "TU T’ EN VAS …"

C’ est peut être ainsi qu’ il faut partir …
Sans même plus se souvenir,
ni de rien, ni des siens,
en paix seulement, avec soi
et tant pis pour l’ entourage !
Les questions demeureront,
sans réponses toujours,
trop tard il est, désormais,
inutile …

Cette existence vécue, extrême,
banale non, jusqu’ au boutiste,
inconnue au commun,
si étrange en ses relations,
de mère à fille,
de fille à mère,
au déclin de sa vie,
si séquelles, elles laissent encore,
en faire fi et de l’ avant aller,
tenter d’ oublier, je sais,
une vie … rien que çà,
pécadille,
facile à dire, mais vous êtes là,
vous, solide et parmi nous,
que plus méritante encore,
si pétillante, qui plus est !
De vos épreuves, Dominique,
certains ici, en sont conscients,
vous cernant mieux à ce jour,
personnalité,
admiratifs même ils sont,
vous auriez pû vous affaisser,
vous vous êtes, en fait, redressée,
d’ autres non, ignorance,
mais que voulez vous,
il en est ainsi
et c’ est pour tout …

Au delà du chagrin,
de cette jeunesse échappée,
de cet amour maternel privé,
de cette souffrance infligée,
de ces questions qui vous assaillent
et ce depuis le commencement,
Il y a …  » NOUS  » … si si
et essolée et gentillement,
vous ne le serez plus vraiment,
tout à fait …

Cher Yannick,
Que répondre à un témoignage d’ amitié de cette nature ?
Bises .

Hormis l’ écrit, toujours aussi poignant,
lorsque de vous, on sait entrevoir,
ne serait ce qu’ un peu,
ne serait ce qu’ à peine,
tant en lui, il n’ y a que du vous,
sa parfaite illustration, bonheur partagé,
contribue elle aussi, à coucher l’ oeuvre,
non vers la Postérité, quoi que …
Simple recueil suffirait à cela,
mais vers l’ agrément que nous procure
pareille découverte, car toujours,
elle s’ avère en être et pourtant,
de Poésie, je ne suis point fervent,
loin s’ en faut, esprit simple,
mais de celles ci, Dominique,
elles me touchent, me parlent même
et curieusement à Pascale aussi,
ce qui n’ est pas peu dire …

Chère Dom,

Quel texte, poignant parce que vrai.

La vieillesse est une naufrage et la mort un scandale. Pourtant, toutes deux font parties de nos vies et il nous faut les affronter.
L’amitié peut-être une précieuse aide pour cela. La prière aussi.

Bien amicalement.

Ronan

Bonjour Ronan,

Au-delà de la vieillesse , il y a la douleur de ne pouvoir aller à la rencontre de sa propre mère .
Le mur est plus haut que jamais .
Après une disparition, on se dit que l’ on n’ a pas assez dit « je t’ aime » ou que l’ on n’ a pas osé ou su poser les bonnes questions, mais parfois, cela était tout simplement impossible parce que cela nous a été refusé .

Et puis, on constate à quel point un pays qui se vante de son modèle de santé , est peu soucieux de la santé, du bien-être , de la sécurité de la fin de vie de ses aînés et là,
les familles n’ ont pas fini de souffrir et c’ est la colère et l’ indignation qui les saisies , en plus de la douleur .

Bises .

Bonjour chère Dominique,

J’ai lu ce poème plusieurs fois, la gorge serrée sans pouvoir seulement y mettre un mot ! il est à la fois poignant mais aussi définitif car sans recours. Je pense que la disparition physique d’une personne aimée est moins insurmontable que cette présence absente, quelqu’un qui vous échappe comme un mur infranchissable entre deux êtres de même chair et même sang. La vieillesse est terrible, comme le dit Ronan, quand la fin de vie efface toute trace de ce qui fut sentiment et présence attentive. Je ne viendrai pas ici, attrister par de pures réflexions personnelles qui n’apporteraient rien de plus.

Je préfère rester sur ce très beau poème plein d’amour derrière ce miroir brisé !

Bises Dominique

Bises Monique .

En fait, je pense que Monique a très bien exprimé mon ressenti face à ce poème. Cette « présence absente » est probablement ce qu’il y a de plus douloureux à vivre.
Et il est des souffrances devant lesquelles seul le silence témoigne de notre compassion amicale. Alors je me tais et je prie.
Ronan

La mort, le départ… peut-être que c’est la même chose. Finalement, oui, je le crois. La mort, le départ… et pour celui qui reste, le début d’une rédemption !

Bonjour Patrick,
A mes yeux, la mort est définitive, alors qu’ un départ peut laisser espérer un retour .
Je ne saisis pas bien, en l’ occurence « le début d’ une rédemption pour celui qui reste « 

Simplement l’arrivée des doutes. Qu’est-ce que j’ai fait ou pas fait ? Est-ce que mon comportement (amour) a été à la hauteur ? Si oui, tout est bien. Si non, c’est la recherche de soi et le début d’une rédemption. Pour moi, la mort n’est pas définitive, il y a un très beau poème de Williams Black la-dessus.
Bien à vous.

Bonjour Patrick,

Si ainsi que vous le dites, il y a recherche de soi et début d’ une rédemption, alors, peut-être, la mort n’ est-elle pas définitive « Si le le grain ne meurt » .
Je vais rechercher le poème de William Blake .

Cordialement .

Je crois que le titre est « La Mort » ou « Le Voilier » ??? Ce poème de Blake est souvent lu lors des enterrement, un peu comme la prière de Saint-Augustin. En quelques lignes il apporte de la joie dans la mort.

Merci beaucoup Patrick, je vais le trouver plus aisément .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

mai 2012
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
mai 2012
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 130,607 hits
%d blogueurs aiment cette page :