happy days

Des ronds dans l’ eau

Posted on: 8 avril 2012

Alors que je vais pensive et solitaire
Me promenant sur le bord d’ un plan d’ eau

Je remarque une grosse pierre
Que je jette dans le ruisseau

Nulle puissance ne la retient
Elle y sombre sans frein

Nuls creux trace ni cicatrice
Aucun remou tourbillon précipice

Le miroir de l’ eau claire
Absorbe la matière
La pierre a touché terre
Au fond
Sans effraction

Et puis comme doux frissons
Je vois sur l’ eau des ronds .

(copyright)

Publicités

44 Réponses to "Des ronds dans l’ eau"

Oeuf en chocolat,
il voulait un ratounet,
pour compter fleurette
et plus si affinités …

Dans la boutique, il se tenait,
paré de ses plus beaux atours,
Fébrile, lui, il le guettait,
pâtisserie, qu’ elle était .

Soudain, il pénétra, rose acidulé,
la serveuse d’ un sourire, l’ aguicha,
c’ est qu’ arguments, elle avait aussi,
simple mâle … il l’ ignora .

Moralité de cette histoire,
même si en chocolat,
face à amour et eau fraiche,
on ne fait pas le poids …

YB

( Copyright )

Quelle exquise poesie, sur l’ amour le chocolat et … l’ abstinence .

Je ne relève pas même .
Abstinence, pffffffff, à moi !

Ben oui, seulement les beaux yeux de la moule !

Personne ne les voulait et en plus ils étaient tout petits,
elle n’ avait pas les yeux plus gros que le ventre,
celle là, dommage d’ ailleurs …

… « c’ est vous qui … voyez ! »

J’ peux pus Domi, sont fermés, DODO …

Mais quel est le …
qui m’ a balancé une caillasse sur le coin de la …
C’ est que j’ étais en train de me baigner, moi !
Ce trou d’ eau là, il est de chez moi …
Même que dedans, il y a MES poissons !!!
Reprenez vos vers, ils ne sont pas bons .
Bouder je vais faire, seul, enfin non,
puisqu’ avec ma bosse !!!!!!!!!!

RIRE,

mes vers ne sont bons qu’ à être mangés par les poissons , monsieur le polisson !
si je t’ assomme avec mes vers, je n’ ai heurté aucun poisson .

GLOU GLOU GLOU
GLOU GLOU GLOU
GLOU GLOU GLOU

Traduction simultanée d’ un Ensemble de trucs à écailles
résidant sous ce cours d’ eau .

 » A qui le dites vous, Domi !!! « 

Aucun poisson n’ a été blessé pendant la confection de cette oeuvre rimée , aucun poisson ne s’ est noyé , n’ a bu la tasse … Tu ne manques pas d’ air !

OUUUU la menteuse, la coquine !!!!!
regardez donc un peu celui à qui vous avez jeté la pierre,
il est raplapla, on dirait une limande !!!!!

Mais mais C’ EST une limande !

Dans ce fleuve là, une limande !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Continuez à me prendre pour ce que je suis,
vous !

Tu veux dire « un expert » ?

Et pas de Miami moi,  » di u Capicorsu « , je sais ce que c’ est
et où ça vit une limande, dans le sable et en cette soirée,
de sable dans les yeux Domi, vous me semblez en avoir,
à moins que de me titiller, vous essayez …
Euuuuhhhh … Dites vos petits reflets dorés,
vous ne pourriez pas me les prêter un tout petit peu ???

Héééé … Ca s’ appelle un banc, ton ensemble, PIGNOUF !

( Ta conscience … )

Un carré (FINDUS)

Cabillaud ou colin ???

Pas mal du tout …
Enfin si, il piquotte, il a des arêtes le caillebottin,
au milieu des adresses et numéros de téléphone !

Il y a aussi le caillebottin mondain, mais c’ est un autre milieu de … requins !
Assez commenté, a dumane l’ ami , et des bises marines .

Yep …
Le jour se lève,
gris, gris de gris et non vin,
grisaille simplement …

Seul en mon lit,
délaissé je suis,
Pascale fait son café,
le sien, pas le mien …

Junior me dévisage,
je lui demande pourquoi,
t’ es pas bien joli joli,
marmonne t’ il …

Compris,
direction salle de bain,
vite vite, avant qui tu sais,
sans quoi …

Et voilà, tout mignon,
vitrine de bon goût,
je peux enfin enfin !
Enfin, mais quoi ???

Téléphoner à Domi .

Dis donc le raton,
si c’ est pas de l’ addiction çà,
comment ça s’ appelle ?
Si de moi tu t’ occupais un peu,
j’ en serai toute flattée,
tu sais ?

( Ta conscience … )

Ma p’ tite conscience à moi,
voilà, je t’ ai entendu,
sans toi je ne serai rien,
juste fort peu,
tu guides pas virtuels,
méandres du Réseau,
tu me reprends parfois,
on s’ émoustille tous deux,
fréquemment, si si,
mais comme tu le sais bien,
qui aime châtie,
c’ est toi ma raison
et de cela coquine,
convaincue tu en es,
d’ où tes outrances,
toujours pardonnées …
Ce jour, cette heure,
cette minute, cette seconde,
bisou à toi, tu es moi .

Yééééééééééééééééééééééééééééééééé !
Vous avez lu, c’ est lui qui l’ a écrit !!!
Il parle de moi !!!
Que de moi !!!
Gentil tout plein, je le savais bien,
c’ est comme çà qu’ il est …
Je suis contente, je suis contente, je suis contente !!!!!!!!!!!!!
Je suis contente, je suis contente, je suis contente !!!!!!!!!!!!!
Je suis contente, je suis contente, je suis contente !!!!!!!!!!!!!

Bon bon, tu es ma p’ tite faiblesse,
je le reconnais, mais dis, on est pas tout seul ici,
alors faisons comme si de rien était …

Il arrive ce kawa !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Et tu fais le lit, OK ?

Une s’ agite sur son clavier,
de dos elle est,
absorbée à sa tâche,
elle semble m’ ignorer …

Et pourtant je l’ ai choisie,
il y a de ça bien des années,
la Micro n’ existait pas,
seuls nous étions bien .

Ce qui devait arriver arriva,
l’ intruse elle s’ imposa,
de moi, il ne fût plus question,
de sa maman seulement .

Aujourd’ hui grande elle est,
autonome aussi,
vers son papa elle revient,
Pascale alors, comme avant ?

Oui et non, non et oui,
peut être, qui sait ?
Il y a ce p … de clavier,
devrai je le déconnecter ?

Houlà ! La poésie aurait-elle des effets secondaires ?
Ca va mon Ratounet ? Un excès de loukoums peut-être…

CHTUP …
Comment savez vous, j’ ai laissé par mégarde sucre,
sur le clavier ???
Pas un mot à quiconque …
OK, Ronan ?

Je venais mettre un petit vers au bout de mon hâmeçon pour pêcher quelque petit poisson rescapé de Pâques mais que vois-je ??? le désespoir du pêcheur : bruit et agitation, en plus des ricochets ! l’eau se trouble en vase ! et puis il y a Yannick qui saute du coq à l’âne sur son clavier, et si on l’envoyait chez Caillebotte avec les cireurs de parquet ????

Texte léger, les ricochets c’est le réflexe de tout promeneur solitaire, le lac a quelque chose de figé qui donne envie de faire quelques remous.

Coucou Monique !
Je me suis laissé prendre au jeu et comme personne
il n’ y avait, j’ y ai laissé ma marque, mieux vaut çà,
que quelques gouttes, m’ a t’ on dit .

Coucou yannick, J

Je savais bien que le petit poisson sortirait de son trou….de vase !! la marque c’est le crocodile et pas Dundee… et l’empreinte c’est un personnage qui n’est ni des champs ni des villes mais ici peut être et exceptionnellement un rat d’eau, allez savoir !

Hello Monique, Ronan et Yannick !

Bien évidemment qu’ il s’ agissait d’ un rat mouillé,
je dirai même d’ un grondin, cela aurait été bien inconvenant
en ces pages, que d’ évoquer autre empreinte,
pas vrai ???

Cher Yannick,

c’ est une évidence ! Et tout le monde aime te lire et répondre .
Je n’ ai eu à supprimer que deux commentaires sur près de 45 000 visites, et c’ était ceux de la folle furieuse …

Bisous .

Une vache aurait elle pénétré, votre Blog, Domi ???
La vache folle ???????????????

La Folle Furieuse …

hello, les amis, le 13 je n’écris rien ! HURLEMENT DE RIRE !

Bonjour Monique, une bonne nouvelle , demain c’ est le 14 !

Bises .

Comme une pierre que l’on jette
Dans l’eau vive d’un ruisseau
Et qui laisse derrière elle
Des milliers de ronds dans l’eau
Comme un manège de lune
Avec ses chevaux d’étoiles
Comme un anneau de Saturne
Un ballon de carnaval
Comme le chemin de ronde
Que font sans cesse les heures
Le voyage autour du monde
D’un tournesol dans sa fleur
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

Comme un écheveau de laine
Entre les mains d’un enfant
Ou les mots d’une rengaine
Pris dans les harpes du vent
Comme un tourbillon de neige
Comme un vol de goélands
Sur des forêts de Norvège
Sur des moutons d’océan
Comme le chemin de ronde
Que font sans cesse les heures
Le voyage autour du monde
D’un tournesol dans sa fleur
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

Ce jour-là près de la source
Dieu sait ce que tu m’as dit
Mais l’été finit sa course
L’oiseau tomba de son nid
Et voila que sur le sable
Nos pas s’effacent déjà
Et je suis seul à la table
Qui résonne sous mes doigts
Comme un tambourin qui pleure
Sous les gouttes de la pluie
Comme les chansons qui meurent
Aussitôt qu’on les oublie
Et les feuilles de l’automne
Rencontre des ciels moins bleus
Et ton absence leur donne
La couleur de tes cheveux

Une pierre que l’on jette
Dans l’eau vive d’un ruisseau
Et qui laisse derrière elle
Des milliers de ronds dans l’eau
Au vent des quatre saisons
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur »

Comment ne pas offrir ici ce beau poème « Les moulins de mon coeur » par Michel LEGRAND

bises.

Merci chère Monique,

Je ne l’ avais jamais parcouru, seulement écouté et si la musique en fait une sorte de « bolero de Ravel », la lecture révèle un beau poème d’ amour !
Ma poesie est « factuelle », c’ est une paisible observation d’ une promeneuse concentrée .

Des bises .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

avril 2012
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
avril 2012
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blog Stats

  • 130,794 hits
%d blogueurs aiment cette page :