happy days

Nuit de pluie

Posted on: 15 décembre 2011

Par une nuit de pluie
La parure de mon lit
Me semble comme une voile
Où sont prises les étoiles
Qui éclairent la toile
Des songes de ma nuit

Une lueur orange
Comme un soleil sombre
Allume de son ombre
Les réverbères sévères
Qui sont dessins étranges
Dans le passage désert

Le sol ciré de noir
Et l’ on pourrait y voir
Refléter les éclairs
Si une dense ondée
Ne brouillait les lumières

Tout est doucement bruyant
Alors que pluie sonore
Cadence le fouet du vent
En force venu du nord
Tel un souffle vivant

Cette vision de rêve
M’ inspire
Suis-je éveillée
Je respire
Fenêtre grande ouverte
Et pourtant bien fermée

Je suis au vent offerte
Une tempête sans trève
Pas de prisonnier

Je retourne me coucher
Si je m’ étais levée

(copyright)

Publicités

4 Réponses to "Nuit de pluie"

Bonsoir Dominique,

Je passe et repasse, je lis et relis ce très beau texte, il me rappelle une ancienne chanson par le duo Blues Trottoir « un soir de pluie… » J’aime le reflet des flaques d’eau la nuit dans le halo des réverbères, j’aime aussi lorsqu’elle frappe aux vitres comme pour y entrer ! c’est amusant comme les saisons changent la pluie, ou bien triste en hiver mais tellemant salvatrice au printemps ou les étés assoiffés.

En ce moment il pleut, elle invite plutôt à se réfugier sous la beinveillante chaleur de la couette !

Bise Dominique.

Bonsoir Monique,

Comme notre souricette , j’ aime beaucoup la pluie que je sois à l’ intérieur ou dehors .

Je ne connais pas ce duo « Blues Trottoir », je vais le chercher sur le net !

Des bises .

Voilà, j’ ai trouvé les paroles de « Un soir de pluie »

« Un soir de pluie et de brouillard,
Quelques taxis passent sans me voir.
Une insomnie qui tourne au cauch’mar.
J’n’ai qu’une envie,
Rentrer pas trop tard.
D’toutes facons,
Je n’voulais pas sortir
Et ce soir, j’avais le blues
Sur le trottoir.

Un genre gangster vient m’accoster,
Joue le mystère pour m’épater.
Là sous la pluie, il veut bavarder.
Ses p’tits ennuis
Me donnent la nausée.
D’toutes facons,
Moi, c’que j’veux, c’est dormir
Et ce soir, j’avais le blues
Sur le trottoir.

L’aube abimée arrive enfin,
Grise et gorgée de parisiens
Mais moi, j’m’en fous :
J’rejoins mon décor.
Y courent partout,
Toujours et encore.
D’toutes facons,
Je n’voulais pas sortir
Et ce soir, j’avais le blues
Sur le trottoir.

Un soir de pluie… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

décembre 2011
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
décembre 2011
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Blog Stats

  • 131,485 hits
%d blogueurs aiment cette page :