happy days

Que serait

Posted on: 13 décembre 2010

Que serait un jour sans amour
Que serait une journée sans toi

Toi que j’ aime si fort
Bien au-dela des bras

Je te rêve nocturne
Et Je t’ adore diurne

Tout me plait tant
En toi
Chaque cicatrice dit ton histoire
Sans moi

Je suis jalouse de ton passé
Que je ne connais pas

Comme une femelle aimante
Je me blottis
Ton torse m’ émeut
Et me ravit
J’ aime ton odeur rassurante

Doucement j’ effleure tes lèvres
Je les caresse du doigt

J’ étais avant toi
Que serai-je sans toi

Qu’ est-ce qu’ un jour sans amour
Qu’ est-ce qu’ un jour sans toi
Mon amour

(copyright)

Publicités
Étiquettes : ,

26 Réponses to "Que serait"

je suis admirative de votre sensualité à fleur de peau. Tout ceci est très touchant et beau, dénudé et pudique..c’est à la fois une matrice et une femme qui s’y blottit, un besoin de mère…c’est enveloppant et piquant, la rousseur des cheveux est mystérieuse, c’est la créature et le créateur c’est tout en un , on s’y mire comme dans un miroir et on s’y voit en fillette qui attend !!! qui est devenu femme non comblée..merci c’est mon expression qui n’engage que moi..je vous embrasse très fort mon amie, c’est BEAU….

Vous êtes belle … et indulgente .

Bonjour Dominique! Je découvre maintenat votre Blog: un ravissement!Que de talents! donc voici mes corrdonnées:moumoun77@live.fr ou 0160437163.Paul et Luisa (Mon épouse depuis plus de 38 ans!)Donc à bientôt!

Donc, vous êtes un vrai Paul ! Si Luisa peut venir, cela me fera plaisir de faire la connaissance de ce couple, marié si jeune, quel bonheur !!! oui, à bientôt .

Bonsoir Dominique,
Oui Rosie a raison, votre texte est très émouvant, vos mots évocateurs, vous savez nous entraîner dans une vague de sensualité, mais en douceur..
Cependant, little girl, vous êtes, nous sommes, chacune de nous les femmes, même si parfois nous en doutons, quelqu’un par nous-mêmes, l’artisan de notre destin.
Hauts les coeurs!
Bises à vous et notre Rosie.

Merci Lisa, hauts les coeurs ! Je vous embrasse .

Voilà des mots charnels et prudes qui disent bien votre grande sensibilité. Merci de nous les donner à lire.
Je suis d’accord avec le commentaire de Lisa tout en ne pouvant m’empêcher d’y apporter un bémol. Etre l’artisan de mon destin, que je sois homme ou femme, ne m’empêche pas d’avoir besoin de l’autre. Etre, c’est d’une certaine manière se recevoir d’autrui et s’accepter dépendant de l’amour des autres. Je ne puis croître sans amour puisque celui-ci me révèle ma dignité d’être.
Là où je rejoins Lisa, c’est que cette « dépendance » ne saurait se transformer en chaîne. L’amour prend tant de formes.

Enfin tout ça pour dire, Do, que votre écriture est une joie et nous vous souhaitons heureuse.
Bon voyage !

Bonjour Ronan, j’ aime vous lire, ici ou ailleurs, mais ici … Je serais plus proche de votre vision, mais en fait je crois que vous ne parlez pas tous les deux exactement du même sujet, pour finalement vous rejoindre sur le refus de la « chaîne » . Ma nature est heureuse, je suis née ainsi, un beau cadeau et j’ ai des amis, bons, qui me le rappellent quand choquée, la découverte d’ aimer dans le vide, je fais du surplace et ne peux plus avancer . Je vous embrasse cher ami Ronan, si vous m’ y autorisez .

Non Do, je ne vous y autorise pas mais vous y encourage !!!

Je crois que ce rapport aux autres est particulièrement vrai pour les tempéraments créatifs qui ont besoin de ce substrat relationnel développé. Mais c’est pure spéculation de ma part.

Bonjour cher Patagon si sage (mais oui!), dear little Do si sensible et douée, je vous rejoins tout à fait sur l’importance de l’amour des autres.
Pour ma part, en effet, après huit ans d’exercice, j’ai renoncé à ma carrière pour me consacrer à ma famille, mais afin de ne pas me rouiller intellectuellement j’ai poursuivi mes recherches à titre personnel et à mon rythme, en intervenant autant que je l’ai pu pour informer sur ce qui menace notre culture dans certains préceptes théocratiques.
Je n’ai jamais regretté mon choix, bien qu’on m’ait souvent dit que c’était fort dommage d’avoir ainsi mis un terme à ma vie professionnelle, et notamment ces derniers temps où mes enfants et mes parents ont eu encore davantage besoin de moi, j’ai béni ma disponibilité!
Ce sur quoi, je voulais insister, je pense que Do l’a saisi, c’est sur le fait qu’elle ne doit en aucun cas se dévaloriser parce que quelqu’un n’a pas répondu à ses attentes, elle a une valeur en soi.
Bises à tous, courage et espérance.

Merci Lisa, je crois que le réseau c’ est terminé pour moi, je vous embrasse .

La plainte d’une sirène…. ce dont rêve chaque marin et lui fait chavirer le coeur .
Lui, qui coupé du monde aspire a toute cette sensualité. Idolâtrer la femme , son retour à terre , combien de fois cela est il arrivé dans le coeur de ces hommes , privés de toute affection ?
Les marins sont des gens pudiques….la mer les a rendus humbles.
Très beau poème Dodo, j’ai beaucoup aimé.
Félicitations et bises.

Ah mon Gymnote,
Quel émouvant commentaire sincèrement pudique, mon ami .

Bonsoir Dominique. …  » à ce point ?  » … tiens alors je te donne celui-là…  » J’entrais comme un automate dans une papèterie, dans l’Avenue du Prado, en bas de mon bureau. La vendeuse me tendis le Mont Blanc que j’avais choisi dans la vitrine et me dit : ‘ Je vais mettre une cartouche pour que vous l’essayez ‘ . Je pris le stylo d’or et je me mis à écrire ce que ma main obéissais à l’esprit. Voici : … « De ta tendresse une caresse, que je dessine avec mes doigts, comme la vie que je respire et qui me touche au fond de moi, Je te dessine, je te divine encore une fois, sur des nuages, dans des mirages, comme un roi mâge je fonds en toi, quand tu m’embrasses, que tu m’enlasses, que tu t’effaces, alors je crois que pour toujours tu es à moi.  » … J’ai retrouvé ce petit papier plié là, sous le tapis du coffret du Mont Blanc, et qui n’écrivit dans sa vie, rien de plus que cela. Bonne nuit Dominique. Tu sais, il y a des sentiments qui n’existent que pour écrire de belles lettres, de beaux mots.

Chère Dominique , je fais un passage très discret après nos belles plumes …mais l’amitié n’a pas besoin de savoir faire, juste une présence pour vous dire que tout ce que vous écrivez est le l’expression de toute cette beauté en vous , vous trouverez l’ame qui saura entendre votre coeur et vos mots doux , viendra la page qui sera votre , refermez le livre d’hier qui n’a pas d’histoire , laissez vous sourire à demain ! là comme ailleurs un baiser pour vous , force et courage à vous .

Je lis sur BBB que votre blog est inaccessible, je suis peut-être comme St Thomas, je veux vérifier. Une occasion de vous faire un petit coucou et vous souhaiter un prompt rétablissement.
Bien amicalement.

Bonjour ADA, j’ aime bien votre caractère et merci de votre gentillesse . Amicalement .

chère Dominique,
ceci est mon 9e coup d’essai, espérons que c’est le bon ! je ne suis pas critique d’art et sans vouloir entâché ce magnifique site artistique, je trouve que la cuisse de Danae est un peu plantureuse, mais bref, il s’agit de Zeus !…….très joli texte, j’aime cette superbe phrase « chaque cicatrice dit ton histoire sans moi », nous avons tous des cicatrices, Dominique, même celles du rire et du bonheur au coin des yeux ! …j’ai relu le « Cantique des Cantiques » attribué à Salomon (dans notre Bible) si vous ne le connaissez pas, c’est le plus beau poème charnel jamais écrit (Dieu et Jérusalem) ! « que serais-je sans toi »…..mais que serais-je sans aimer personne d’autre que toi ! Bises Dominique !

Ah Monique, MERCI d’ avoir persévéré, je me réjouis de vos commentaires qui sont l’ heureuse moitié de mes textes . Votre conclusion est une perfection . Je n’ ai pas encore lu  » le Cantique des Cantiques », je vais le faire à Paris . Nos visages sont de plus en plus beaux avec le temps et ces petites marques nous disent que nous vivons . Je vous embrasse .

Oui, Dominique, nous vivons par l’amour que l’on reçoit mais aussi par l’amour que l’on donne! je n’imagine pas que l’un puisse vivre et grandir sans l’autre, le coeur n’a pas de sens, il vibre, il aime et c’est tout ! bien sûr, il y a des amours contrariés, certains aiment sans retour mais pas sans retombées ! « j’étais avant toi » ? oui, mais je ne cesserai jamais d’être, même sans toi, je reste ouverte à l’amour même sans toi, le reste est du domaine du rêve, lui aussi nous rend heureux ! vous connaissez la chanson « sans amour on n’est rien du tout » (Edith Piaf) je vous embrasse !

Oui, il y a qqes jours l a énuméré par écrit toutes les « qualités » de la femme qu’ il dit aimer, treize à la douzaine ! Et je lui ai répondu  » quand on aime on ne fait pas l’ inventaire, on aime .  » Cela lui a déplu et pourtant …
Je pense effectivement que nous vivons par l’ amour, mais comme il est curieux de se sentir vide, voire perdue ou amputée quand l’ amour s’ en va ! On était avant et on a le sentiment d’ être moins après, et cela c’ est douloureux, inquiétant, maladie d’ amour, rien à voir avec une blessure narcissique .
Je vous embrasse .

Bonjour chère DO, je suis heureuse de lire tous les mots d’amitié qui sur ce blog sont écrits..ce sont autant de messages et de messager (res) qui pensent à vous..nous vous entourons de notre affection, on aimerait tant vous revoir sur le forum..
mais parfois c’est vrai qu’il y a comme de la provocation
nous venons dans votre espace privé, pour vous apporter un peu de chaleur, vous en avez bien besoin avec ce temps enneigé qui vous tient prisonnière..Votre nom est évoqué par Lisa et ADA sur mon blog..pour vous dire deux fois on pense à vous..pour ceux qui ne trouvent pas le chemin et connaissent le mien , il suffit de cliquer sur mes liens …ET HOP par magie on est chez vous
Bisous et bonne semaine douce amie remettez-vous et pensez à autre chose, faites une descente en votre moi profond et remontez avec plein de bonnes choses, la solution se trouve en nous, il suffit de savoir en accoucher..re-Bisous

Ma belle Rosie, tout est dit dans votre doux commentaire et je me sens plus a l’ abri chez vous et ici et, je ne sais pas faire avec ce que je ne comprends pas bien , provocation … oublis volontaires …cela me fait trop de peine .
Alors, muette ! J’ ai intelligemment transforme le malaise en angine, c’ est dire que je ne dois aller que la ou je me sens bien aimee, ailleurs, « j’ en fais une maladie » .
Pardon pour l’ absence de ponctuation, mon bebe ordi a fait comme moi, un coup de faiblesse … Je vous embrasse tendrement et retourne sous les draps !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 131,447 hits
%d blogueurs aiment cette page :