happy days

Lettre à une amie

Posted on: 4 décembre 2010

Ma bien chère amie
Je vous écris d’ ici
On dirait la Laponie
Sans les polonais

La neige est tombée sur la maison
Tout est blanc à l’ horizon

On se croirait chez les lapons

Nous n’ irons pas à l’ école
Je le regrette infiniment
C’ est ce que je dis à Maman
Et aussi mon petit frère Paul

J’ ai pris une carotte au lapin
Une vieille charlotte de bain
La pipe de grand-père
L’ écharpe de grand-mère

J’ ai mis mes gants et mon bonnet

Je fais un bonhomme de neige
Ma chère amie c’ est aisé
Il vous suffit de penser
A une religieuse au chocolat
De neige

Un petit chou sur un gros chou

Ma chère amie
Je dois vous laisser ici

Ma maman m’ appelle
Pour rendre la pipe à grand-père
L’ écharpe à grand-mère
La carotte au lapin
Et la charlotte de bain

(tous droits reserves)

Publicités

14 Réponses to "Lettre à une amie"

voilà qu’il « se fait bonsoir » chère Dominique, le jour décline et déjà il faut allumer la lampe ! Chagall et son village sous la neige m’amuse, il n’avait pas de blanc dans sa palette ce jour-là, à moins qu’un grand artiste voit la neige autrement qu’immaculée !et le houx ? ses baies rouges…et le gui ses boules blanches, que ça pique sur la nappe blanche ! il est bon de « gambader » à vos côtés, j’ai encore 6 ans, verte l’écharpe ? rouge le nez et la charlotte, verts les gants…avec des pompons rouges ? bon, on refait le paysage à nous deux, l’hiver c’est blanc rouge et vert, les couleurs de Noël avec beaucoup de doré pour faire cadeau ! en parlant de « charlotte » je me souviens de cette vieille chanson de Noël qui me faisait pleurer quand j’étais petite, elle est longue mais ce texte dit par Marie Dubas vous arrache le coeur ! c’est un texte récité et non pas chanté et……on imagine l’émotion d’une Edith Piaf si elle l’avait mis à son répertoire! il est long donc j’hésite à vous le mettre en ligne, il faut « l’entendre » ! bises Dominique de votre amie Monique !

C’ est vrai que l’ on aime bien gambader ensemble .
J’ avais oublié Marie Dubas, dites moi quel est ce texte please .
La peinture de Chagall a les verts, les rouges de Noël .
J’ aime bien le doré et l’ argent à Noël, La neige par sa blancheur évoque l’ argent pour moi .
Monique, des bons baisers tendres de dominique .

voilà la chanson « quand la CHARLOTTE prie Notre Dame » des années 1903 ? dit par Marie Dubas

Seigneur Jésus, je pense à vous
Ça m’prend comme ça, y a pas d’offense
J’suis morte de froid, j’me tiens plus debout
Ce soir encore, j’ai pas eu d’chance

Ce soir, pardi, c’est réveillon
On n’voit passer qu’des rigoleurs
J’gueulerais : Au feu ! ou Au voleur !
Qu’personne y ferait attention

Et vous aussi, Vierge Marie
Sainte-Vierge, Mère de Dieu
Qui pourriez croire que j’vous oublie
Ayez pitié du haut des cieux

J’suis là, Sainte-Vierge, à mon coin d’rue
Où d’pis l’apéro, j’bas la semelle
J’suis qu’une ordure, qu’une fille perdue
C’est la Charlotte qu’on m’appelle

Sûr qu’avant d’vous causer première
Jeune femme qu’est plus bas que l’ruisseau
Devrait conobrer ses prières
Mais y m’en revient que des p’tits morceaux

Vierge Marie… pleine de grâce…
J’suis fauchée à mort, vous savez
Mes poignets, c’est pus qu’une crevasse
Et me v’là ce soir sur l’pavé

Si j’entrais m’chauffer à l’église
On m’foutrait dehors, c’est couru
Ça s’voit trop que j’suis fille soumise
Oh! mand’ pardon, j’viens d’dire « foutu »

Tenez, z’yeutez, c’est la Saint-Poivrot
Tout flambe, tout chahute, tout reluit
Les restaurants et les bistrots
Ils ont la permission d’la nuit

Tout chacun n’pensent qu’à croustiller
Y a plein d’monde dans les rôtisseries
Les épicemards, les charcuteries
Que ça sent bon l’boudin grillé

Ça m’fait gazouiller les boyaux
Brrr! À présent Jésus est né
Dans les temps, quand y s’est amené
Y gelait comme y gèle c’te nuit

Su’la paille de vot’ écurie
Vous avez bien dû avoir froid
Jésus et vous, Vierge Marie

Bing! On m’bouscule avec des litres
Des pains d’quatre livres, des assiettes d’huîtres
Non, regardez-moi tous ces chameaux

Oh! excusez, Vierge Marie
J’crois qu’j’ai encore dit un vilain mot

N’est-ce pas que vous êtes pas fâchée
Qu’une fille d’amour pleine de péchés
Vous cause ce soir à sa manière
Pour vous expliquer ses misères ?
Dites-moi que vous êtes pas fâchée

C’est vrai que j’ai quitté d’chez nous
Mais c’était qu’la dèche et les coups
La doche à crans, l’dâb toujours saoul
Les frangins déjà affranchis

C’était un vrai enfer, Sainte-Vierge
Soit dit sans être une effrontée
Vous-même y seriez pas restée

C’est vrai que j’ai plaqué l’turbin
Mais l’ouvrière gagne pas son pain
Quoi qu’a fasse, elle est mal payée
A n’fait même pas pour son loyer
À la fin, quoi, ça décourage
On n’a pus de cœur à l’ouvrage
Ni le caractère ouvrier

J’dois dire encore Vierge Marie
Que j’ai aimé sans permission
Mon p’tit, mon béguin, un voyou
Qu’est en c’moment en Algérie
Rapport à ses condamnations

Mais quand on a trinqué tout gosse
On a toujours besoin d’caresses
On se meurt d’amour toute sa vie
On s’arrêtait pas, que voulez-vous

Pourtant j’y suis encore fidèle
Malgré les autres qui m’courent après
Y a l’grand Jules qui veut pas m’laisser
Faudrait qu’avec lui j’me marie
Histoire comme on dit, d’l’engraisser
Ben, jusqu’à présent, y a rien d’fait
J’ai pas voulu, Vierge Marie

Enfin, je suis déringolée
Souvent on m’a mise à l’hosto
Et j’m’ai tant battue et soûlée
Que j’en suis pleine de coups d’couteaux

Bref, je suis pus qu’une saloperie
Un vrai fumier Vierge Marie
Seulement, quoi qu’on fasse ou qu’on dise
Quand on veut s’acheter une conduite
Y a quequ’chose qu’est pus fort que vous

Eh ben, c’est pas des boniments
J’vous l’jure, c’est vrai, Vierge Marie
Malgré comme ça qu’j’aille fait la vie
J’ai pensé à vous ben souvent

Et ce soir encore ça m’rappelle
Un temps, qui jamais ne reviendra
Ousque j’allais à vot’ chapelle
Les mois que c’était votre fête

J’revois vot’ belle robe bleue, vot’ voile
Même qu’il était piqué d’étoiles
Vot’ belle couronne d’or sur la tête
Et votre trésor sur les bras

Pour sûr que vous étiez jolie
Comme une reine, comme un miroir
Et c’est vrai que j’vous revois ce soir
Avec mes yeux de gosseline
C’est comme si que j’y étais, parole

Seulement, c’est pus comme à l’école
Ces pauvres callots, ce soir, madame
Y sont rougis et pleins de larmes

Aussi, si vous vouliez, Sainte-Vierge
Faire ce soir quelque chose pour moi
Pour l’temps qu’j’étais pas une impie
Vous n’avez qu’à lever un p’tit doigt
Et n’pas vous occuper du reste

J’vous d’mande pas des choses pas honnêtes
Faites seulement que j’trouve et ramasse
Un porte-monnaie avec galette
Perdu pas un d’ces muf’s qui passent
À moi plutôt qu’au balayeur

Un porte-lazagne, Vierge Marie
N’y aurait-y d’dans qu’un larantqué
Ça m’aiderait pour m’aller planquer
Ça m’permettrait d’attendre à demain
Et d’m’enfoncer dix ronds d’boudin

Ou alors, si vous pouvez pas
Ou voulez pas, Vierge Marie
Vous allez m’trouver ben hardie
Mais faites-moi de suite sauter l’pas

Et pis, emmenez-moi avec vous
Prenez-moi dans le Paradis
Ousqu’y fait chaud, ousqu’y fait doux
Où plus jamais je ferai la vie

Sauf mon p’tit, dont j’suis pas guérie
Vous pensez qu’je ne regretterai rien
D’Saint-Lago, d’la Tour, des médecins
Des barbots et des argousins

Ah! Emmenez-moi, dites, emmenez-moi
Avant que la nuit soye passée
Et que j’soye encore ramassée
Sainte-Vierge, emmenez-moi, j’vous en prie ?

Je n’en peux pus de grelotter
Tenez, allumez mes mains gercées
Et mes p’tits souliers découverts
J’n’ai toujours qu’mon costume d’été
Qu’j’ai fait teindre en noir pour l’hiver

Oui, emmenez-moi, dites, emmenez-moi
Et comme y doit y avoir du chemin
Si des fois vous vous sentiez lasse
Vierge Marie, pleine de grâce
De porter à bras not’Seigneur
Un enfant, c’est lourd à la fin

Vous me l’repasserez un moment
Et moi, je l’porterai à mon tour
Sans le laisser tomber par terre
Comme je faisais chez mes parents
La p’tite moman dans les faubourgs
Quand j’trimballais mes petits frères

Voilà Dominique, à écouter à côté d’un remontant et un kleenex, émotion garantie ! voilà ce que chantait nos grands-mères pour le Noël des pauvres ! si vous trouvez ce texte trop long, vous pouvez le supprimer après lecture ! bises ! Monique

C’ est incroyable ! je ne le connaissais pas, merci beaucoup, je le garde . Et je vois très bien Marie Dubas, impressionnante, avec sa voix caractéristique, tragédienne de rue . Il y a du Gabin aussi .
Vous avez tout à fait raison, c’ était pour Edith Piaf, on l’ imagine dans sa robe noire avec sa chair blanche du décolleté carré, se tordant les mains, le visage levé en prière à Marie . Superbe, boîte de kleenex sur la table basse, comme chez le psy, et pas de maquillage . Et on fini sur un pur malt, en hoquetant . Merci beaucoup chère Monique . Quel chemin aujourd’ hui, de la pizza à la détresse la plus sombre, la vie ! PS : l’ auteur est Jehan-Rictus .

Superbe texte. Merci de nous l’avoir partagé Monique.

Bonjour Ronan,
Magnifique de la part de Monique .
Avez-vous lu ma réponse sur « kevin » dans les ptits dej … du 27 nov ?
Amitiés .

Voui Madame, j’ai bien vu que le gars Kevin était un de ces gros mallabars qui cours après un ballon, même pas rond, en montrant ces guibolles à des supporters enbièrés…

C’est même pour cela qu’il m’est sympathique… Vive l’ovalie !!

Oui, il m’ est très sympathique aussi, ce kevin, vive l’ ovalie et la patagonie et , je ne sais plus … mais VIVE !
En anglais, on dit  » bottom up ! « , c’ est à dire, le fond de la bouteille jusqu’ en haut, finir !!!
PS : et au moins, kevin ne m’ em … pas .

Ce que je lis est beau, de la part de Monique c’est superbe et je vous suis tout à fait dans cette complainte, j’aime moins la pizza et la détresse !!! ce n’est pas bon de se nourrir ainsi, il faut se faire du bien et manger équilibré, penser à soi, pour se sentir bien intérieurement, c’est un savant mélange, du corps et de l’esprit, il faut nourrir les deux de façon harmonieuse..Allons chère amie, je sais, quand on est seule, on ne prend pas le temps, et pourtant il le faut..
je vous souhaite une bonne nuit et vous embrasse affectueusement..mes courtoises salutations à Monique…

Bonsoir chère Rosie, oui, il y a de beaux échanges spirituels et de savoir . J’ avoue, je me suis régalée d’ une délicieuse pizza en pleine nuit, c’ était trop bon ! Merci de vos bons conseils, d’ ordinaire, je m’ applique à me comporter de la sorte et parfois, boum, une pizza … Nous dirons que c’ est l’ exception qui confirme la règle . Merci pour votre douce bienveillance, je vous embrasse bien fort, do .

Les escargots, façon catalane ou bourguignonne, sont meilleurs que les pizzas, voyez le blog de Rosie ce jour.
Cordialement à toutes deux .

Bonjour ADA
Oui, vous avez bien raison, mais une pizza c’ est marrant à manger, avec modération !
Bien à vous, cher ADA .

bonsoir à tous amis de la poésie et de l’art….que lis-je ? ce blog hautement culturel dégénère en pizzeria ??? allons, allons ressaisissez -vous, mais vous savez quoi ? …ce soir je mange une pizza au fromage, avec tomate et olive…..évidemment, j’aurais pu le dire en vers ….. amitiés à tous

Oh Monique, ça a l’ air bon ! bise .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 131,485 hits
%d blogueurs aiment cette page :