happy days

GUERANDE

Posted on: 15 octobre 2010

Chers lecteurs, je vous emmène à Guérande en Loire-Atlantique, en France .
Célèbre pour ses marais salants et sa fleur de sel, et sa ville fortifiée moyennageuse .
C’ était hors saison, un lundi, et l’ ancienne ville était comme endormie en cette fin de l’ après-midi où le soleil valorise d’or doux, tout ce qu’ il caresse .
La route qui traverse la zone des marais salants conduit facilement à l’ ancienne ville .

Les marais salants ont plus de mille ans d’ existence, ils sont le « Pays Blanc » et emprisonnent l’ Ocean Atlantique en une vaste mosaique qui fait miroir au soleil . Les oiseaux y vivent en paix .
Les paludiers qui récoltent la fleur de sel travaillent artisanalement .

On pénètre dans la cité médiévale de Guérande par l’ imposante Porte Saint-Michel .
Cette édifice imposant, massif, sévère, témoigne très certainement de ce que la ville affichait de puissance et de prospérité au XV ème siècle , date de l’ édification .
Ces deux tours compactes encadrent les portes « charretiers » et « piétonne » en « logis-chatelet » .
Au commencement, le bâtiment logeait le capitaine de la ville, puis, à partir de 1532, date de l’ union de la Bretagne à la France, le Gouverneur de Guérande y logea .
De nos jours, les tours abritent sur trois étages le musée de Guérande, belles collections originales où l’ on peut distinguer » la synthèse du « Pays Blanc » des marais salants et des paludiers et du  » Pays Noir », marais des paysans de la Brière » .

J’ ai donc franchi cette porte en empruntant la porte piétonne .
Je me suis trouvée dans une rue, flanquée de petites maisons typiques , au rez-de-chausseé desquelles se succèdent les boutiques, confiseries, souvenirs, sacs de fleur de sel, ce qui permet à la ville de vivre .

A l’ angle de cette rue et de la rue de la juiverie, le maire a fait sceller une plaque à la mémoire des juifs qui ont participé à la vie de Guérande et ont fait prospérer le lieu ! J’ y reviendrai avec photo …

Je continuais, solitaire, et soudain je vis un bel édifice religieux, dressé sur une place ou une scupture contemporaine de bronze , peut-être en forme de fleur de sel, percée d’ une multitude de trous en forme de fleur de lis, fait fontaine basse .
La vue d’ avion de la cité permet de suivre mon itinéraire .

J’ ai eu le sentiment que j’ étais arrivée .
C’ était mon havre du jour .

La Collégiale Saint-Aubin de Guérande .

Je suis entrée dans la Collégiale par la porte Sud .
Tout de suite, j’ ai été saisie par la clarté et l’  » unité de l’ espace intérieur » .
Le lieu était désert, mais à ma droite, une dame était en train de faire du rangement dans un grand placard de bois sombre .
J’ ai supposé qu’ elle se tenait à genoux, ainsi faisant, sans y prêter plus d’ attention . Et puis … rencontre avec un ange !

Je crois aux anges de ma vie .
Ce sont des personnes que je ne connais, que je ne vois qu’ une fois, je ne connais pas leur identité et ils ne connaissent pas la mienne , et pourtant … Ils me font du bien au moment opportun, ils ne le savent pas, ne le sauront jamais, il en est ainsi et moi, je ne les oublierai jamais, ils se sont penchés sur ma vie avec bienveillance, gratuitement, discrètement et moi, je les ai vu ! Et j’ espère être, moi aussi, sans le savoir, un ange pour mes contemporains .

J’ ai aimé cette collégiale, je souhaitais prendre des clichés et je me suis approchée de cette dame qui tenait en fait la table de vente des cartes, et brochures .
Et j’ ai vu que cette personne était de petite taille . Cheveux courts, simplement coupés, lunettes seulement destinées à mieux voir, expression sérieuse, voire sévère .
Je lui ai demandé si j’ avais le droit de photographier à l’ intérieur de l’ église, puisque des cartes étaient en vente et c’ est alors que son visage s’ est transformé, transfiguration . Un merveilleux sourire, une bonté douce, une femme belle, si humaine et elle m’ a dit « oui » .
Je ne peux vous expliquer ce qui s’ est passé en moi, c’ est comme la neige qui fond au soleil, je me sentais moi-même, de retour, heureuse d’ être là, bien .
Nous nous étions simplement regardées dans les yeux et nos bonnes énergies se sont rencontrées .
J’ ai fait le tour de l’ église, sans brochure, je ne souhaitais qu’ être une promeneuse et non une visiteuse . Je me voulais intuitive et non mentale . J’ ai photographié ce qui me parlait, en ignorant ce que je photographiais .
Enfin, je suis retournée auprès de la dame, j’ ai pris un guide , je voulais aller à La Baule , Je lui ai demandé la route .
Elle ne savait pas comment faire pour m’ aider, pour être la plus claire possible, pour que je ne me perde pas . Cette femme était mon ange-berger . Elle m’ a guidée pour trouver la paix, elle m’ a guidée pour mon chemin .

(copyright)

Publicités

6 Réponses to "GUERANDE"

Une bien belle rencontre que vous avez fait là, Dominique.

Lorsque le coeur se concentre sur l’essentiel, sur notre être profond, sans doute est-il davantage ouvert à l’humanité. Je vous souhaite de nombreuses rencontres de ce type.

Encore une heureuse surprise, cher Ronan-patagon ! merci de prendre le temps d’ écrire . Oui, une rencontre … ma vie est jalonnée de ces rencontres, je sais les voir et je sais en être reconnaissante . J’ espère que cela va mieux … Je vous embrasse amicalement, dominique .

C’est une grâce Dominique que d’être ainsi attentive à vos rencontres. Je suis persuadé que cette disposition d’esprit est reconnue et appréciée de vos interlocuteurs.

Je vous remercie de vos bons voeux et vous rassure. Je vais mieux en effet.

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser l’adresse mail jointe à ce message.

Bien amicalement.

Merci Ronan . Et je suis bien heureuse que cela aille mieux . A bientôt , amitiés .

Nous avons raté la visite de Guérande, lors de vacances dans cette
région ! Il faut toujours se renseigner sur toutes les beautés des environs avant de partir ! Heureusement , grâce à l´ordinateur , on
visite comme si on y étiez ! Et votre commentaire rend la visite très
vivante ! :))))

Oui Darie, grâce à l’ ordi, on peut visiter les musées du monde, s’ attarder à notre rythme devant les oeuvres qui nous intéressent, en agrandir les détails et … imprimer !
Est-ce, hélas, la fin des somptueux livres d’ art, ces livres de « coffee table », qu’ on laisse sur la table basse du salon, tel un bibelot … on display, à disposition ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

octobre 2010
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
Darie sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
papy yabalou sur Haïku jaune
octobre 2010
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 130,407 hits
%d blogueurs aiment cette page :