happy days

Les heures

Posted on: 11 janvier 2010

Virginia Woolf avait pense au titre « The hours », avant de choisir « Mrs Dalloway « pour son roman, publie en 1925 chez Hogarth Press la maison d’ edition fondee par son mari Leonard et elle-meme, en 1917 .

Michael Cunningham, ecrivain qui vit a New-York, s’ est inspire du personnage de Clarissa Dalloway  pour construire son roman  » The Hours », edite en 1999 et qui a ete recompense par le prix Pulitzer .

Un film « The Hours » a ete tourne a partir du roman de Michael Cunningham, sorti en 2002 .

Stephen Daldry a assure la realisation,  Nicole Kidman (Virginia Woolf ), Julianne Moore ( Laura Brown ) ,  Meryl Streep ( Clarissa Vaughn ), Ed Harris ( Richard )  sont les principaux acteurs de ce drame .

     Une journee dans la vie de trois femmes, a trois epoques , dont le lien est le roman de Virginia Woolf  » Mrs Dalloway  » .

Si le film commence et finit sur la scene de la noyade de Virginia,  pour le reste nous suivons la journee de Virginia elle-meme dans les annees vingt, qui vit retiree a Richmond, la banlieue de Londres aux allures de campagne , sur ordre des medecins pour soigner sa maladie mentale, celle de Laura Brown, jeune mere d’ un petit garcon et de nouveau enceinte, dans la banlieue de Los Angeles en 1951 et enfin Clarissa Vaughn, quinquagenaire devouee et  editrice  energique qui vit a New York avec son amie,  en 2001 .

    La journee de ces femmes se ressemble etrangement . Toutes doivent preparer une reception  qui, normalement,  devrait etre heureuse et reussie . Mais elles sont inquietes des le reveil comme si ce jour s’ annoncait le tournant de leur existence .

Virginia est en train d’ ecrire  » mrs Dalloway » tout en luttant contre son mal de vivre,  sa soeur Vanessa Bell doit venir dejeuner avec ses enfants et passer un moment avec elle . L’ action lui pese, les bonnes la sollicitent pour le repas alors que la nourriture l’ ecoeure, son mari Leonard qui a installe l’ imprimerie dans la maison pour mieux prendre soin de Virginia ( elle a deja fait deux tentatives de suicide ) ne la lache pas .

Laura Brown doit preparer le gateau d’ anniversaire de son mari qu’ elle n’ aime pas sous le regard de son petit garcon qui adore sa mere et qui la scrute parce qu’ il est sensible et  voit que sa mere n’ est pas bien . Il est inquiet . Elle a du mal a le supporter, il en est douloureusement conscient, elle ne le touche jamais , elle est mecaniquement patiente avec lui mais  ne s’ en occupe pas .  Elle  s’ immerge dans  la lecture de  » mrs Dalloway  » entre deux taches menageres .

Clarissa Vaughn doit organiser la party qui honore son ami Richard ecrivain qui a recu une recompense pour son oeuvre . Il est tres malade, atteint du sida,  et redoute cette reunion . Clarissa mal a l’ aise elle meme,  tente de le rassurer . Elle connait Richard depuis leur jeunesse et prend soin de lui . Elle incarne jusqu’ a un certain point mrs Dalloway et d’ ailleurs Richard  l’ appelle ainsi avec une affectueuse moquerie . Elle partage son prenom avec  mrs Dalloway .

Une scene silencieuse ou Richard contemple la photo de Laura en robe de mariee et l’ on devine  alors douloureusement que Richard est le fils de Laura,  devenu adulte inconsolable du manque d’ amour maternel .

    Le montage du film est particulierement reussi , Les scenes courtes s’ enchainent et l’ on passe naturellement d’ une vie  a l’ autre tellement le lien entre ces femmes est puissant, au-dela de l’ epoque et du contexte .

L’ ennui, le mal de vivre, le sentiment tragique de s’ etre fourvoye dans leur propre vie, l’ incomprehension voire l’ aveuglement de ceux qui ne cessent pourtant de leur dire qu’ ils les aiment, c’ est leur triste lot commun .

A la fin du jour  des decisions seront prises, des evenements surviendront, des rencontres se feront et les trois femmes ne seront plus celles qu’ elles etaient le matin ,   » a single day, a whole life  »  entendons-nous en voix off,  c’ est Virginia qui vient d’ achever son roman, elle vient de resoudre la vie de mrs Dalloway .  [ une seule journee, tout une vie ]

        Ainsi que nous l’ avons deja ecrit , le montage est soigne et c’ etait essentiel pour une oeuvre qui nous transporte sans cesse d’ une histoire a l’ autre, on ne perd jamais le fil, cela parait aller de soi . L’ univers est feminin mais il n’ est jamais mievre . On pourrait se revolter ou se lasser devant la langueur anxieuse de ces femmes malheureuses, leur manque de confiance ,  leurs doutes, elles qui ont tout pour le bonheur . Or, la complexite des sentiments est finement exprimee, et en fin de compte ce n’ est pas un film pour les femmes mais une oeuvre doucement poignante qui parle de la douleur d’ etre, de la quete de l’ amour, ou la mort choisie est une option . 

 Et si Mrs Dalloway n’ etait que le pretexte pour exprimer le tragique de la condition humaine .

Publicités

2 Réponses to "Les heures"

Comme j’ai l’impression que tu racontes le film, je préfère ne pas lire ton billet pour le moment. Mais je reviendrai quand j’aurai lu le roman d’abord, puis vu le film !

C’ est le majordome qui …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

janvier 2010
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

miscellaneous

Archives

Commentaires récents

Monique sur Un 11 novembre
Dominique sur Si un jour
Dominique sur Si un jour
Monique sur Si un jour
Monique sur Un 11 novembre
janvier 2010
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 131,447 hits
%d blogueurs aiment cette page :